Notre Charte

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F.

L’Action française s’adresse au patriotisme, quand il est conscient, réfléchi, rationnel.

 

Fondée en 1899, en pleine crise politique, militaire et religieuse, l’Action française s’inspirait du sentiment nationaliste : son œuvre propre fut de soumettre ce sentiment à une discipline sérieuse.

 

« Un vrai nationaliste, posa-t-elle en principe, place la Patrie avant tout ; il conçoit donc, il traite donc, toutes les questions politiques pendantes dans leur rapport avec l’intérêt national.

 

« Avec l’intérêt national, et non avec ses caprices de sentiment.

 

« Avec l’intérêt national, et non avec ses goûts et ses dégoûts, ses penchants ou ses répugnances.

 

« Avec l’intérêt national, et non avec sa paresse d’esprit, ou ses calculs privés, ou ses intérêts personnels. »

  

En se pliant à cette règle, l’Action française fut contrainte de reconnaître la rigoureuse nécessité de la Monarchie dans la France contemporaine.

 

Etant donné la volonté de conserver la France et de mettre par-dessus tout cette volonté de salut, il faut conclure à la Monarchie ; l’examen détaillé de la situation démontre en effet qu’une Renaissance française ne saurait avoir lieu qu’à cette condition.

 

Si la restauration de la Monarchie parait difficile, cela ne prouve qu’une chose : la difficulté d’une Renaissance française.

 

Si l’on veut celle-ci, il faut aussi vouloir celle-là.

 

L’Action française voulait ceci et cela, elle devint donc royaliste. Chacun de ses numéros, depuis lors, tendit à faire des royalistes.

 

Les anciens royalistes eurent plaisir à se voir confirmer, par des raisons souvent nouvelles, dans leurs traditions et leur foi.

 

Mais l’Action française visa plus particulièrement ces patriotes qui sont tout enlisés encore dans le vieux préjugé démocratique, révolutionnaire et républicain : elle dissipe ce préjugé anarchiste, et, du patriotisme rendu plus conscient, elle exprime et fait apparaître le royalisme qui s’y trouvait implicitement contenu. Beaucoup de républicains ont été ramenés ainsi à la royauté. Bien d’autres y viendront si l’Action française est mise en état de les atteindre et de les enseigner.

 

Au nom des résultats acquis, en vue des résultats possibles, l’Action française demande à tous les royalistes, anciens ou nouveaux, un concours ardent, dévoué, incessant.

  

(Revue d’Action française, 1er août 1905.)

 

 

 

Voir les commentaires

Un anniversaire

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F.

Il y a quatorze ans, le 21 septembre 1992, la France vivait un cauchemar. Le traité de Maëstricht était adopté par une courte majorité du corps électoral. On nous avait promis le pain, la paix, la liberté. Nous eûmes le chômage, l'asservissement aux autocrates de Bruxelles et à leurs sacrosaints principes de "précaution" et de "bonne gouvernance", particulièrement ravageurs dans le Sud-Ouest agricole. Les Serbes, qui avaient le tort de tenir à leur indépendance, eurent la guerre.

 

Depuis le 29-Mai 2005, le peuple français connait une bouffée d'oxygène. Instruit par l'expérience, il a défait sans retour l'oeuvre de Monnet, Schuman, Giscard et consorts. Louons sa sagesse et méfions-nous de la démocratie, à l'aube d'une année de foire électorale! Le grand inconvénient de la démocratie, et c'est en celà qu'elle ne peut être totalement considérée comme française, nationale, c'est que le peuple peut dire blanc un jour, et noir le lendemain. Aucune valeur, pas même la Patrie, n'est sauve dans ce régime-là. Il n'est pas au pouvoir des démocrates, fussent-ils les plus patriotes, de dissoudre le peuple, en cas de décision contraire à l'intérêt national. Il ne leur reste qu'à se soumettre ou à se démettre!

 

En revanche, la Monarchie traditionnelle apporte des garanties nationales plus fortes: le Roi n'étant que le dépositaire du Pouvoir, respectueux par essence de l'ordre naturel, et non le principe fondateur de toute organisation sociale, il ne saurait dilapider d'un coeur léger le patrimoine national. Des revers politiques ou militaires sont toujours possibles, mais l'hérédité permet de les corriger, petit à petit. Méditons donc en ce triste anniversaire sans a priori les avantages et les inconvénients de la Vème République, guère plus nationale que ses devancières, en dépit des proclamations et des articles de loi.

Voir les commentaires

Voici venir le blog de l'Action française-Aquitaine!

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F.

Vous l'avez attendu, voici le fruit de votre patience: le blog de la fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française est né et bien né! La mère et l'enfant se portent bien, grace à Dieu! Nous tacherons, sans périodicité stricte, d'apporter aux abonnés de L'Action Française 2000 (10, rue Croix-des-Petits-Champs 75001 Paris), et aux adhérents, sympathisants de l'A.F. un regard nationaliste et royaliste sur l'actualité politique, économique et sociale de la Nation et de notre région, dans la fidélité à l'héritage de Charles Maurras.

 

 

Pour que vive la France, vienne le Roi!

Voir les commentaires

Voici venir le blog de l'Action française-Aquitaine!

Publié le par Pierre Garnier

Voir les commentaires