Sur le site internet de la 56ème Université d'été de l'Action française

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F.



Ainsi qu'il a été annoncé par la maîtrise de la 56ème Université d'été de l'Action française, les moments forts de Biarritz 2008 sont mis en ligne sur un site internet suivant:

http://www.actionfrancaiseaquitaine.com

Nos lecteurs sont donc priés de s'y reporter pour plus d'informations.

Voir les commentaires

Vincent Gaillère nous parle de la 56ème Université d'été de l'Action française

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F.

Question. – Vincent Gaillère, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

 

Réponse. – Volontiers. Je suis un jeune actif de trente ans. Je m’intéresse à la chose publique depuis toujours, mais je ne me suis engagé en politique que depuis une dizaine d’années, dans l’Action française. Très vite, j’ai été amené à exercer des fonctions de responsabilité (la direction de la fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest du Mouvement, soit la coordination de la propagande royaliste dans dix départements), grâce à la confiance jamais démentie de Pierre Pujo. Ce qui m’a donné une expérience des hommes et des réalités politiques, tant locales que nationales, unique, pour laquelle je suis infiniment reconnaissant à Pierre… Comme à tous les militants d’A.F., sa tragique disparition me fait devoir de continuer, dans la fidélité et l’honneur, ma vie durant, l’œuvre de restauration monarchique initiée par nos Fondateurs, – le combat pour défendre et augmenter l’audience du Journal L’Action Française 2000 – et l’animation de la Fédération que j’ai l’honneur de présider.


Pierre Pujo et son successeur à la tête du Journal, Michel Fromentoux (Photo D.R.)


Question
. – L’Action française est en effet un engagement à long terme… mais, précisément, qu’est-ce qui vous a amené au nationalisme intégral ?

 

Réponse. – La réflexion politique sur l’impossibilité de toute défense nationale et sociale en régime républicain. Le refus des poncifs progressistes de l’historiographie officielle qui sont assénés par les médias et par l’enseignement secondaire et supérieur. La lecture de Gaxotte, de Bainville etc. et, naturellement, de Maurras. C’est d’ailleurs la marque d’un royalisme politique que j’ai voulu imprimer à la fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest. Le royalisme, loin d’être la nostalgie de fruits secs anticonformistes ou de quelques salonnards conservateurs, assoiffés de rangs, de rentes et de rubans, est l’affaire du peuple tout entier, – du moins de sa partie la plus consciente, celle qui se préoccupe de l’âme du Pays, et de son avenir.



 

Dès lors, le royalisme d’A.F., qui est fondé sur une étude impartiale des problèmes nationaux de tous ordres, ne saurait être l’addition aveugle de toutes les fidélités au Prince, sans acception de doctrine, ni non plus le plus petit dénominateur commun de groupuscules fantaisistes et désarticulés : c’est au contraire la volonté conquérante d’instaurer une Monarchie traditionnelle, héréditaire, antiparlementaire et décentralisée, le régime de salut public chez nous. Seule, l’Action française est à même, parce qu’elle possède une doctrine politique cohérente et actuelle, de discipliner les volontés divergentes vers ce but commun, indispensable à tous les Français en vue de progrès ultérieurs.

 

C’est un nationalisme, car c’est la Nation qui est la première menacée par les folies du Régime, notamment par la « construction européenne ». Mais c’est un nationalisme purgé du ferment plébiscitaire ou électoral (sans même parler de totalitarisme raciste !), qui voue à l’échec, depuis plus d’un siècle, les tentatives de redressement français.


Charles Maurras, notre seul Maître (photo D.R.)
 

Un tel programme, contenu dans l’Enquête sur la Monarchie, me paraît toujours à l’ordre du jour. Il exclue le libéralisme, non seulement en politique et en économie, mais aussi dans le domaine religieux, en ce que celui-ci aboutit au libre-examen généralisé, à l’individualisme forcené, à l’impuissance de l’autorité et finalement à l’anarchie dans les esprits, dans les cœurs et dans les mœurs.

 

Nous ne rêvons pas le retour à un âge d’or idéalisé, mais nous voulons, à partir des éléments sains de la France de l’an 2008, du pays réel, faire rejaillir les institutions et les vertus de la France éternelle ; je ne pense pas que cela soit un objectif hors de portée, pour peu que nous sachions saisir les occasions favorables,  surtout quand on considère la demande d’ordre (et donc d’un juge-arbitre au sommet de l’Etat, indépendant des puissances occultes, d’argent et étrangères) qui sous-tend la plupart des revendications éparses des diverses catégories de la population. On retrouve la vieille formule française : le Roi en ses conseils, le peuple en ses états.

 

Question. – Vous parliez des auteurs qui vous ont marqué… quels livres conseilleriez-vous à un jeune qui ignore tout de l’Action française ?

 

Réponse. – Aucune étude historique ou de sciences politiques n’étant à mon sens pleinement satisfaisante, pour connaître en détail l’histoire de l’A.F. et la psychologie de ses acteurs, grands et petits, il faut se reporter avec confiance aux auteurs de notre école. Yves Chiron a écrit la biographie définitive de Maurras ; par ailleurs, rien ne vaut les livres vivants et suggestifs de Léon Daudet, en particulier Vers le Roi. Pour la période contemporaine, je recommande L’Autre Résistance : L’Action française sous l’Occupation qui explique l’attitude controversée du Mouvement, et, pour l’Après-Guerre, Un Demi-Siècle d’Action française, qui montre comment l’A.F. a survécu contre vents et marées jusqu’à nos jours, – deux monuments de probité historique qu’a tenu à nous léguer Pierre Pujo.



 

Sur le plan intellectuel, Mes Idées politiques est essentiel, qui ordonne en un tout didactique les grands thèmes de la pensée maurrassienne, que l’on retrouve dans l’Enquête sur la Monarchie et dans L’Avenir de l’Intelligence : critique de la démocratie et du romantisme, définition de l’intérêt national. Le Dictionnaire politique et critique, ses Compléments et Suppléments donnent le détail des réactions et analyses de Maurras et de l’école d’Action française devant les évènements historiques auxquels la France et l’A.F. ont été confrontés : ils sont particulièrement utiles.

 

Pour le reste et comme tout est à lire de notre école, le mieux est de venir tout au long de l’année à nos cercles de formation, ou, du 28 au 31 août prochains, à l’Université d’été de Biarritz, où des conseils personnalisés de lecture seront donnés.

 

Question. – Justement, à qui est destinée la 56ème Université d’été de l’Action française ?

 

Réponse. – A tous les jeunes nationalistes et royalistes, garçons et filles, de 15 à 35 ans, qui veulent approfondir les raisons de résister au relativisme et à la repentance ambiants qui empoisonnent la France aujourd’hui !

 

Ils y trouveront une formation théorique adaptée à leurs besoins, dispensée sous forme de conférences magistrales suivies de questions-réponses et d’ateliers pratiques portant sur les différentes facettes du militantisme politique. Les formateurs sont issus du corps enseignant, de la Société civile, des professions libérales et des cadres nationaux et locaux du Mouvement. Le programme des conférences et autres activités est d’ores et déjà disponible sur le blogue de la Fédération : pour en savoir davantage, on peut s’y reporter ou me contacter par courriel ou téléphone.

 

Mais l’entraînement physique quotidien et les loisirs encadrés (des sorties à la plage, des circuits-découverte du patrimoine basque sont prévus) tiennent aussi une grande place dans notre Université d’été : mens sana in corpore sano !


Sous les pavés, la plage! (Photo D.R.)
 

A la fois sérieuse et libre, l’atmosphère d’un camp d’A.F. est unique. Pour avoir assisté à un certain nombre d’entre eux, je puis vous dire que les nouveaux camarades y sont très bien accueillis, et qu’on y apprend le véritable sens du mot « Communauté nationale » ; ce n’est qu’après avoir participé à un camp que l’on fait véritablement partie de la famille d’Action française.


Maxime Réal-del Sarte, fondateur des camelots du Roi et modèle de notre 56ème Université d'été (photo D.R.)
 

Question. – Comment s’annonce Biarritz 2008 ?

 

Réponse. – Sous les meilleurs auspices ! Cette 56ème édition veut retrouver les fondamentaux qui ont fait l’originalité et le succès des camps d’été de l’A.F. : vie en collectivité sous la tente, conférences en plein air, alliage de la formation de base à nos doctrines et au militantisme avec des causeries qui nourrissent l’action politique du reste de l’année ! Et, bien sûr, il y a ce que j’appellerai l’éducation par le milieu : l’apprentissage de la sociabilité d’Action française, avec ce qu’elle comporte de bonne humeur, de bonne chère, de chants, de souvenirs aussi… Il n’y a vraiment que dans une ambiance loyale de franche camaraderie, de fraternité entre les générations, éloignées des tracas de la vie quotidienne et de ses mesquineries, que l’on peut vraiment se donner pour toute la vie au service de la Cause nationale et royale !


Debout là-dedans! (Photo D.R.)
 

Question. – Un jeune n’a donc aucune raison de s’abstenir ?

 

Réponse. – Si c’est pour des raisons matérielles, non : il faut savoir que des solutions au cas par cas peuvent toujours être trouvées.

 

A plus forte raison cette année, pour marquer la continuité et la vitalité de notre école de pensée, il est absolument essentiel pour un jeune d’A.F. de participer à la 56ème Université d’été de Biarritz: c’est le lieu où il faut être ! D’autant que les études y seront dirigées par Stéphane Blanchonnet, successeur de Pierre Pujo à la présidence du Comité directeur de l’Action française, et que la journée « portes ouvertes » du 30 août sera une occasion unique de faire sa connaissance et d’envisager avec lui l’avenir de notre Mouvement !

 

Et puis, une Université d’été, c’est souvent la seule occasion, pour un jeune en quête d’une noble idéal auquel se dévouer, de découvrir l’Action française, de s’en faire une opinion par lui-même : qui peut s’en dispenser ?


 Saint Georges terrassant le dragon (Photo D.R.)


Question
. – Vincent Gaillère, je vous remercie d’avoir répondu si complètement à mes questions.

 

Réponse. – Tout le plaisir a été pour moi, je vous assure ! J’espère que vous viendrez à Biarritz 2008 !

 

Question. – Je n’y manquerai pas !


 

 

 

(Entretien réalisé par Rémy Perrin.)

Voir les commentaires

Communiqué de la maîtrise de la 56ème Université d'été de l'Action française

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F.

La maîtrise de la 56ème Université d'été de l'Action française est heureuse de vous annoncer que les conférences de Biarritz 2008 seront mises en ligne en temps réel sur un site internet spécifique. Le blogue officiel de la fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest de l'Action française donnera en temps voulu le lien qui vous permettra de vous rediriger vers ce site dédié aux vidéos des différentes activités du camp.

Chaque intervenant se rendra disponique pour répondre aux questions légitimes que les internautes peuvent se poser dans les domaines les plus divers: histoire générale, locale et de l'A.F., - philosophie, - politique, - techniques du militantisme, - questions militaires, navales et de défense nationale, problèmes de reclassement du personnel militaire - haute intelligence, grande littérature et Langue françaises, beaux-arts, pratique de la musique chorale et instrumentale, - politique extérieure (Europe du Sud, questions nord-africaines, problèmes énergétiques), - médias, "nouvelles technologies de l'information et de la communication" (informatique-internet), -  entrainement physique & sports, arts martiaux, etc. etc...

Ainsi, ceux qui sont éloignés du lieu de l'Université d'été pourront malgré tout bénéficier de ses enseignements théoriques et pratiques qui y seront dispensés dans la droite ligne du Maître de Martigues, et respirer l'atmosphère d'A.F. qui y règnera. Restez connectés, vous en saurez plus dans quelques jours...


 

Voir les commentaires

Entretien avec Marie, Jeune Fille royaliste

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F.

Question. – Marie, est-il vrai que tu es la première inscrite à la 56ème Université d’été de l’Action française ?



Et vous, y serez-vous? (photo D.R.)
 

Réponse. – Oui, ce n’est pas bien difficile puisque c’est notre section qui l’organise. Je pense que ce sera un camp très intéressant car, après la disparition de Pierre Pujo que nous recevions tous les ans à Biarritz depuis l’an 2000, nous allons tirer les leçons du passé et tracer les perspectives d’avenir avec notre président, Stéphane Blanchonnet. 

 

Question. – Tu baignes dans l’Action française depuis ta tendre enfance ?

 

Réponse. – J’ai fait mon premier défilé de Jeanne d’Arc à l’âge de 5 ans. Arrivée à la statue de Jeanne, je me suis retrouvée entre Pierre Pujo et Michel Fromentoux et en photo dans le Journal de l’Action française. J’étais très fière. Ça a été le début d’une grande histoire d’amour entre l’Action française et moi.

 
Marie entre Pierre Pujo et Nicolas Kayanakis (photo D.R.)


Question
. – L’Action française et toi, une histoire d’amour… ou de raison ?

 

Réponse. – Les deux en fait, car la raison a pris le relais, avec la lecture de Maurras, de ses poèmes, de sa doctrine, la découverte de tout l’héritage gréco-latin, ce qui me sert d’ailleurs beaucoup pour mes études. Maurras, pour moi, c’est aussi la Provence que j’aime, le courage, la fidélité…


Maurras emprisonné à Clairvaux (photo D.R.)



Question
. – La fidélité ?

 

Réponse. – Oui, la fidélité de Charles Maurras à ses idées, jusqu’au bout, jusqu’à la prison… et la fidélité de Maurice et de Pierre Pujo à leur Maître. C’est d’ailleurs cet exemple que nous essayons de suivre et de faire vivre. En 1997, mon père a défendu Pierre Pujo devant les tribunaux contre les dissidents de l’époque ; dix ans après, nous avons organisé avec Michel Fromentoux et Vincent Gaillère une grande soirée d’hommage à Pierre Pujo qui venait de nous quitter. Je trouve donc naturel de m’investir personnellement dans le camp de Biarritz 2008 dans cet esprit de fidélité à l’Action française et à ce qui la caractérise : le Journal et son rédacteur en chef Michel Fromentoux, le Comité directeur et son président Stéphane Blanchonnet…
 

Question. – Jolis mots, mais concrètement ?...

 

Réponse. – Je suis chargée, avec mes sœurs, de l’accueil des participants, de l’intendance du camp, des Jeunes Filles royalistes et de leur « décrassage matinal » au stade Aguiléra tout proche où, avec un peu de chance, nous pourrons voir les joueurs de rugby du mythique Biarritz Olympique.


Le B.O. victorieux (photo D.R.)
 

Question. – Un début de journée en fanfare !

 

Réponse. – Mais il n’y a pas que ça ! On aura surtout des conférences de haut niveau données par des spécialistes de la doctrine maurrassienne, et des ateliers pratiques de militantisme qui seront retransmis en temps réel sur le blogue de notre Fédération !

 

Question. – Plutôt pas mal ! Dérouillage matinal, conférences, ateliers, certes, mais après, « on s’fait une p’tite bouffe » ?

 

Réponse. – Pour ça, on a une brigade spécialisée, déjà sur pied avec mes sœurs et les Gentils Membres de la section, très accros « bonne bouffe », sous les ordres de chefs cuistots extras, dont vous me donnerez des nouvelles…


Un dessert de la brigade à l'entraînement... (photo D.R.)

Question
. – Vous avez les bougies ? les gondoles à Venise ?

 

Réponse. – Non, on a mieux : les couchers de soleil, de la musique avec un groupe folklorique qui interprètera, en plus bien sûr des chants tradis d’Action française, de merveilleux chants basques et gascons, des chansons à boire, évidemment, avec les sardines grillées et le petit vin blanc frais qui vont bien… et tout cela face à l’Océan !


Rien de tel qu'un magnifique coucher de soleil pour clôre une journée de labeur... (photo: D.R.)
 

Question. – Et après, un bain de mer ?

 

Réponse. – Oui, on n’est pas à Biarritz pour rien !! On emmènera nos planches et on apprendra à ceux et celles qui veulent. Avec séance photos, pour revenir avec des souvenirs plein la tête !


N'oubliez pas la crème solaire! (photo D.R.)
 

Question. – Bref, un camp qui fera date ?

 

Réponse. – Oui, après avoir reçu près de dix ans Pierre Pujo rue de Parme, nous y ferons le camp afin de nous rappeler de bons souvenirs et de lui prouver une fois de plus notre amour et notre fidélité, à lui qui aimait tant venir ici !

 

Nous espérons donc tous que ce 56ème camp restera gravé dans les mémoires, puisqu’il se fait, quant à lui, dans un esprit de fidélité à l’Action française de toujours pour la France et le Roi !

 

Question. – Marie, je te remercie.

 

 

 

 

(Entretien réalisé par Rémy Perrin.)

 

 

Voir les commentaires

Informations pratiques sur la 56ème Université d'été de l'Action française

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F.



Lieu de l'Université d'été: quartier de PARME 64200 BIARRITZ

Accès:

Gare la plus proche: Biarritz-La Négresse.

Train aller recommandé (de Paris-Montparnasse): 28 août, 15 h 50, T.G.V. n° 8543.

Train retour recommandé (de Biarritz-La Négresse): 31 août, 17 h 52, T.G.V. n° 8584.

Par l'autoroute A-63: sortie n° 4.

Aéroport: Biarritz-Anglet-Bayonne.

Participation aux frais d'organisation:

80  € par personne pour l'ensemble de l'Université d'été.

10  € par personne pour la journée "portes ouvertes" (30 août) et pour celle du vendredi 29.

Règlement à l'inscription par chèque à renvoyer avant le 26 août.

Matériel: Se munir d'un bloc-note, d'un stylo, d'un sac de couchage, d'un tapis de sol, de vêtements de rechange (tenue correcte exigée), d'affaires de toilette et de sport, de crème solaire, d'un maillot et d'une serviette de bain, et d'un vêtement de pluie.

Pour tous renseignements complémentaires,

nous écrire par courriel via la rubrique "Contact" en bas de page.

Voir les commentaires

Sorties et physionomie de l'Université d'été de Biarritz 2008

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F.



Après les conférences, la proximité de l'océan Atlantique va permettre aux participants de se délasser à la plage où une veillée militante et musicale sera organisée le lendemain de l'arrivée. Des chanteurs contre-révolutionnaires interprèteront tout au long de l'Université d'été les classiques du répertoire nationaliste qui réunissent les coeurs de toutes les générations d'A.F.

Sur le plan historique et touristique, des circuits découverte de Biarritz et de Bayonne seront proposés, sous la conduite de guides connaisseurs de la beauté des sites basques.

Vue partielle du port de Saint-Jean-de-Luz (photo: fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest de l'Action française. - Tous droits réservés)

Des hommages particuliers à la grande mémoire de Maxime Réal-del Sarte sont prévus au pied des statues qu'il a édifiées, particulièrement au monument aux Morts de Saint-Jean-de-Luz à l'occasion journée "portes ouvertes" et à la statue de Jeanne-d'Arc de Bayonne, dans la défense de laquelle la section Béarn-Bigorre-pays basque-Landes s'est particulièrement illustrée il y a quelques années.

La statue de Jeanne-d'Arc due au ciseau de Maxime Réal-del Sarte à Bayonne, et défendue par la section Béarn-Bigorre-pays basque-Landes de l'Action française (photo: fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest de l'Action française. - Tous droits réservés)

Quant aux repas gastronomiques, réalisés par un brigade expérimentée, ils mettront en valeur tout le savoir-faire culinaire des deux côtés des Pyrénées.

Militantisme

Des sorties spéciales fourniront aux participants à l'Université d'été l'occasion de mettre en pratique ce qu'ils auront appris lors des ateliers consacrés au militantisme: collages, ventes à la criée, etc. renforceront la cohésion des équipes.

L'emblème de ce pour quoi nous nous battons: fleur de lys d'une église de Biarritz (photo: fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest de l'Action française. - Tous droits réservés)

Sports

Tous les matins après le lever et le rassemblement d'usage, une séance obligatoire de décrassage sera effectuée sous la conduite d'un moniteur. Avoir un esprit sain dans un corps sain fait partie des buts que l'Université d'été permettra aux participants d'atteindre.


"Debout là-dedans!" (photo D.R.)

Voir les commentaires

Programme détaillé des conférences de la 56ème Université d'été de l'Action française

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F.


Ordre dans lequel se dérouleront les conférences de la 56ème Université d'été de l'Action française

Les sujets sont traités par des membres du corps enseignant, des professions libérales, des forces armées, par des acteurs et des témoins de notre histoire contemporaine et de celle de l'A.F., enfin par des cadres nationaux et locaux du Mouvement.

- La poésie de Maurras;
- La haute intelligence française, par un professeur de lettres;
- L'oeuvre politique de Jacques Bainville, par Vincent Gaillère, délégué régional de l'Action française dans le Grand Sud-Ouest;
- La figure du roi au Moyen-Age, par un professeur de lettres;
- Un modèle de décentralisation: Les libertés locales au Béarn sous l'Ancien Régime, par un professeur d'histoire;
- Petite histoire de l'Action française: être lycéen d'A.F. avant-guerre, par un ancien vendeur volontaire de l'Action française;
- Ateliers militantisme/Presse/associations, par Me Philippe Fortabat-Labatut, délégué interdépartemental de l'Action française dans les Pyrénées-Atlantiques, les Landes et les Hautes-Pyrénées;
- Les Chantiers de la jeunesse: histoire et permanence, par Me Philippe Fortabat-Labatut, délégué interdépartemental de l'Action française dans les Pyrénées-Atlantiques, les Landes et les Hautes-Pyrénées.
- Les réformes souhaitables de l'enseignement, par un professeur;
- Les leçons des guerres coloniales, par un ancien combattant;
- Le 13-Mai vu d'Oran: cinquante ans après, par un expatrié d'Algérie;
- La guerre subversive aujourd'hui;
- La figure du roi dans l'Antiquité, par un professeur;
- La politique énergétique de la France;
- L'influence de la France en Afrique;
- Louis Jugnet et la pensée de Maurras;
- Maurras et le thomisme, par un professeur;
- Après la mort de Pierre Pujo: l'avenir du nationalisme intégral, par Stéphane Blanchonnet, président du Comité directeur de l'Action française.

Nota. - Le présent programme est susceptible de modifications de dernière minute en fonction des impondérables.



Voir les commentaires

Biarritz 2008 c'est parti!

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F.



Ainsi qu'il en a été décidé par Stéphane BLANCHONNET, président du Comité directeur de l'Action française (n° 2753 de L'Action Française 2000), la 56ème Université d'été de l'Action française aura lieu cette année, à la généreuse invitation de la section Béarn-Bigorre-pays basque-Landes, à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), du 28 au 31 août prochains.

Bien qu'elle soit en priorité vouée à la formation théorique et pratique, intellectuelle et physique, de la jeunesse d'Action française des deux sexes, tous les patriotes de France et de Navarre, qu'ils soient militants confirmés, simples sympathisants du Nationalisme intégral, ou encore souverainistes, y sont cordialement invités pour parfaire, dans une chaleureuse ambiance d'amitié, leur éducation politique.

Cette édition, marquée par la perte cruellement éprouvée l'an dernier du regretté Pierre PUJO, est cependant placée sous le signe de l'espérance, chère à notre Maître MAURRAS, et sous celui des combats politiques, présents et à venir, pour la défense de l'Indépendance française et l'instauration d'un régime politique qui convienne enfin au climat de notre Pays.

Maxime Réal-del Sarte, fondateur des camelots du Roi (photo D.R.).

Le lieu choisi pour notre Université d'été n'est pas moins symbolique. En effet, le pays basque, terre de puissants contrastes, légitimement fière de la vitalité de sa personnalité régionale marquée et de sa fidélité à la tradition, dont Biarritz est comme la tête,  est aussi  la terre d'élection de Maxime REAL-del SARTE, artiste de génie qui parsema sa petite patrie de chefs-d'oeuvre, fondateur des camelots du Roi et compagnon de toujours de l'A.F. qui jamais ne dévia de la ligne politique définie par l'Empirisme organisateur. Il demeure un modèle actuel que nous entendons propager dans la nouvelle génération de militants d'Action française.


Or, c'est par la formation doctrinale seule que s'enracinent les convictions. C'est pourquoi la section Béarn-Bigorre-pays basque-Landes, dont Philippe FORTABAT-LABATUT assume depuis de nombreuses années la direction audacieuse et sage, a décidé de mettre l'accent dans son cycle de formation sur les fondamentaux de notre doctrine politique: le nationalisme, la Monarchie, le corporatisme, le régionalisme. Il était naturel que cette section, l'une des plus dynamiques du Mouvement, propose le retour du camp d'été de l'A.F., institution cinquantenaire, au style qui a fait son succès: vie en communauté sous la tente, conférences en plein air, découverte des richesses du patrimoine français, atmosphère salubre de camaraderie franche et loyale.

Des personnalités qualifiées venues de toute la France traiteront ainsi à l'Université d'été de Biarritz 2008, sous la direction du président BLANCHONNET, des sujets les plus divers: histoire générale, locale et de l'A.F.; questions politiques et économiques d'actualité; ateliers pratiques de militantisme; idées politiques fondant notre école de pensée, le tout sous l'angle de la fidélité à notre passé glorieux et de la confiance en l'avenir que nous souhaitons tous au Nationalisme intégral.

Minerve, déesse de la Sagesse, guidant les études de notre 56ème Université d'été.

Jeunes gens réactionnaires qui refusez le matérialisme et le relativisme ambiants, jeunes filles royalistes, lycéens, étudiants et salariés, vous sur qui reposent les chances de notre Patrie, réservez donc quelques jours de vos vacances du 28 au 31 août, pour mieux connaître les raisons qui font obligation aux Français de combattre le Système de mort qui nous empoisonne: la République européiste et ploutocratique!

Voir les commentaires

Décès de maître Antoine Murat

Publié le par Fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest

Nous reproduisons ci-dessous l'article nécrologique que Michel Fromentoux, rédacteur en chef de L'Action Française 2000, membre du Comité directeur de l'Action française et directeur de l'Institut d'Action française, a publié dans le numéro 2753 du Journal à la triste occasion du décès à Bordeaux de maître Antoine Murat, avocat d'Action française et membre honoraire de son Comité directeur. Pour sa part, la fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest de l'A.F. et son délégué adressent à sa famille l'expression de leur douleur de cette grande perte et l'assurent de leurs prières pour le repos de l'âme du défunt. Requiescat in pace.



Voir les commentaires

L'A.F. 2000 n° 2753 est parue: tous à vos kiosques!

Publié le par Fédération Aquitaine

Cette semaine chez tous les bons kiosquiers, vous trouverez L'Action Française 2000 n° 2753, valable tout le mois d'août. Notre rédacteur en chef, Michel Fromentoux, y décortique, dans un éditorial mordant et dans un article historique intitulé De Philippe-Egalité à Jack Lang, la pitoyable palinodie de la réforme constitutionnelle.



Notre chroniqueur médical, le Dr Jean-Pierre Dickès, dénonce avec force les manoeuvres insidieuses des partisans de l'euthanasie. Thidal évoque les points positifs (si, si, il en existe!) de la réforme militaire... (On se reportera aussi, pour une vue complète de l'état de la question, à l'article déjà publié sur le même sujet dans le blogue de la Fédération: http://af-aquitaine.over-blog.com/article-20936338.html.)

Notre chroniqueur judiciaire, Aristide Leucate, nous apprend les derniers développements de la justice mémorielle anti-Algérie française.

Notre correspondant permanent aux Etats-Unis, Philippe Maine, revient longuement sur l'important arrêt de la Cour suprême confirmant la liberté des heureux citoyens de ce pays de posséder une arme pour la défense de leurs droits. Pascal Nari, dans sa chronique de politique étrangère, soulève le voile sur les tenants et les aboutissants de la crise internationale née de la volonté de l'Iran d'acquérir la puissance nucléaire.

Plus revigorante est la lecture du portrait fait par Michel Fromentoux de la très populaire reine Béatrice des Pays-Bas, ainsi que la rubrique littéraire pétillante de vie d'Anne Bernet.

Il en va de même de la recension par Aristide Leucate de la publication par Christophe Dickès de sa thèse de doctorat sur Jacques Bainville: Les lois de la politique étrangère (éd. Bernard Giovanangeli, 2008, 23 €), et de la véritable leçon de politique naturelle, Sagesse du nationalisme, que nous livre, dans la rubrique doctrinale Les grands textes politiques, Gérard Baudin à propos d'Antonio de Oliveira Salazar. L'économiste Patrice Mallet dénonce, quant à lui, les déraisons de la libéralisation.

Enfin, la page Mouvement nous apprend deux nouvelles. L'une, triste, celle du décès du doyen de la fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest, maître Antoine Murat, membre honoraire du Comité directeur de l'Action française (nous reproduirons plus loin l'article nécrologique plein d'amour que lui consacre notre rédacteur en chef).



L'autre, joyeuse, témoigne du rebond significatif de notre école politique après la disparition de Pierre Pujo, dans la fidélité à sa mémoire et aux principes fondamentaux du nationalisme intégral: ainsi que nous l'avions annoncé récemment, la 56ème Université d'été de l'Action française est organisée, sous le haut patronage du président du Comité directeur, par la section Béarn-Bigorre-pays basque-Landes à Biarritz, du 28 au 31 août prochains.

Tous les renseignements complémentaires seront donnés en temps utile sur le blogue de la Fédération, mais toutes les questions d'ordre pratique des étudiants et lycéens des deux sexes intéressés par l'Action française peuvent d'ores et déjà être adressées à l'adresse courriel suivante: contact@actionfrancaiseaquitaine.com . Il y sera répondu aussi promptement que possible.

Le tarif est fixé à 80  € pour la durée de l'Université d'été, et les inscriptions se font à compter d'aujourd'hui par voie postale et sont à renvoyer avec le règlement par chèque à l'ordre de: C.A.E.C.,  avant le 21 août, à l'adresse suivante:

C.A.E.C.
B.P. 80093
33035 BORDEAUX CEDEX.

Nous remercions nos amis de France et de Navarre, qu'ils soient militants confirmés ou simples sympathisants, de répondre nombreux à notre appel et de réserver particulièrement les journées des 29 et 30 août pour assister à ce cycle de formation théorique et pratique d'un intérêt sans équivalent. L'Université d'été de Biarritz 2008 ne démentira pas, par par la qualité des interventions et par la joyeuse ambiance d'amitié française qui l'animera, les glorieuses traditions des camps d'A.F.

La séance continue.




Voir les commentaires