Fête des Mères 2010 à Bordeaux: La République, c'est la mort!

Publié le par Section de Bordeaux & Basse-Guyenne

h-bordeaux-_armes-de-la-ville_.jpg

 

A l'occasion de l'édition 2010 de la fête des Mères, et devant la multiplication des lois mortifères pour le genre humain votées par la République démocratique, qui démontre ainsi sa nocivité et son caractère irréformable,

 

la Section de Bordeaux & Basse-Guyenne

de l'Action française

 

invite les catholiques d'Action française à venir prier, dans le recueillement le plus absolu, sans arborer de signes distinctifs,

 

Sainte Jeanne d'Arc

patronne secondaire de notre Patrie 

 

en la cathédrale Saint-André de Bordeaux

 

Samedi 29 mai 2010, à 14 h.

 

Elle rappelle les avertissements de prudence vis-à-vis des séductions et des dangers des manifestations de masse, qu'elle avait donné l'an dernier à pareille époque et que les évènements ont vérifié:

 

http://af-aquitaine.over-blog.com/article-32359495.html

 

 

Insigne-des-camelots-du-Roi-F.A.-G.S.-O.jpg

Voir les commentaires

Fête de Jeanne-d'Arc 2010 à Bayonne: un fervent hommage!

Publié le par Section de Bayonne & pays basque

A l'appel de la section de Bayonne & du pays basque et d'une association commémorative locale, une trentaine de personnes avait répondu présent pour honorer Jeanne au jour de sa fête légale, dimanche 9 mai à Bayonne.  De belles gerbes furent déposées au pied de la statue par les Dames et les Jeunes Filles royalistes de la région.

 

Jeanne-de-Bayonne.jpgLa statue de Jeanne-d'Arc de Bayonne avant d'avoir été ravalée (Photo D.R.)

  

Le président de l'association fit remarquer que la statue de Jeanne avait été ravalée par la municipalité et passa la parole à notre délégué. Après avoir remercié nos amis présents malgré la pluie et le froid, Me Ph. Fortabat-Labatut, délégué interdépartemental de l'Action française dans les Pyrénées-Atlantiques, les Hautes-Pyrénées et les Landes, prononca un discours remarqué rappelant le sacrifice des camelots du Roi, à qui nous devons cette fête du patriotisme.

 

Il souligna que le Trône de France se dévolue suivant des Lois fondamentales, une Doctrine. Comme au siècle de Jeanne d'Arc, nous devons y demeurer fidèles.

 

h-jeanne-d--arc--signature-autographe.jpg

Un exemplaire de la signature de Jeanne-d'Arc (Photo D.R.)

 

 

Nous sommes Français: par le sang reçu, par le sang versé, et de diverses manières, mais ce qui compte est l'amour de la France, à l'imitation de Jeanne. La France, c'est le Roi et la Tradition.

 

L'A.F. est dépositaire de cette tradition qui, comme le dit Maurras, est critique. On n'accepte pas tout le passé en bloc, mais, ce qui, dans le passé, a servi la France. Indépendamment des leçons de notre histoire nationale, qui concluent à la paix du peuple sous le Roi, des assurances surnaturelles doivent nous permettre de garder l'espérance, chère à nos Maîtres: testament de S. Rémy, prophéties de S. Pie X.

 

Avec l'aide de Jeanne, comme par le passé, en conservant résolument la pureté de notre Doctrine, des idées et de nos lois, nous rétablirons un Régime plus humain et conforme à la vie française, qui permette à  chacun l'exercice de ses libertés concrètes et de ses aspirations spirituelles sous une autorité juste et bienveillante: celle du Roi de France, protecteur des républiques françaises. 

 

L'assistance, avant de se séparer jusqu'à notre réunion de rentrée en septembre sur Bonald et l'Action française, entonna avec ferveur La Royale.

 

 z-logo-a.f.jpg

Voir les commentaires

Fête de Jeanne-d'Arc 2010 à Bordeaux: une belle réussite!

Publié le par Fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest de l'A.F.

Comme chaque année, Bordeaux a célébré, la première de toute la grande région, sous la présidence, fidèle à l'esprit du nationalisme intégral, du délégué régional de l’Action française dans le Grand Sud-Ouest, Vincent Gaillère, la fête nationale de Jeanne-d’Arc.

 

Nous remercions vivement l’assistance sensibilisée qui nous avait fait l’amitié de se déplacer, d’autant plus méritante que la pluie persistante était annoncée. (Pour ceux qui n’auraient pu venir à cette superbe manifestation, nous publions ci-après les photos de la gerbe de la Fédération.)

 

 10-05-09 1

La gerbe est présentée à l'assistance devant la statue de Jeanne-d'Arc de Bordeaux.

 

Après le dépôt d’une belle gerbe de lys blancs ceinte de tricolore, le délégué régional a prononcé le traditionnel discours politique qui a duré près d’une heure. Le temps pour de nombreux passants de s'arrêter, d'écouter, de s'informer de l'objet de la manifestation, et de rentrer chez avec l'esprit un peu plus clair sur l'essentiel. La Royale et les conversations nourries autour du verre chaleureux de l’amitié d’A.F. ont clos la fête.

   

10-05-09 2La gerbe de lys une fois placée sur la statue de Jeanne-d'Arc de Bordeaux.

 

On a remarqué que la fédération Grand Sud-Ouest est le seul mouvement politique nationaliste à honorer publiquement la Sainte de la Patrie au jour de sa fête légale. Même les autorités publiques en sont conscientes qui avaient mobilisé plusieurs dizaines de policiers pour canaliser une manifestation patriotique qui prend chaque année plus d’ampleur.

 

10-05-03 3Vue générale de la statue de Jeanne-d'Arc de Bordeaux fleurie par la section de Bordeaux & Basse-Guyenne de l'Action française.

 

Aussi, dans les années qui viennent, l’Action française-Grand Sud-Ouest continuera-t-elle inlassablement, sous la direction de son délégué régional, nommé par Pierre Pujo, son apostolat nationaliste authentique dans ses sections de Bordeaux & Basse-Guyenne, Toulouse & Haut-Languedoc, Bayonne & pays basque. Au bout de celui-ci, il y aura le Roi!

 

 

Insigne-des-camelots-du-Roi-F.A.-G.S.-O.jpg

Voir les commentaires

Le leçon de Jeanne: Politique d'abord!

Publié le par Fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest de l'A.F.

Nous avons le plaisir de publier, avec l'approbation de son auteur, Michel Fromentoux, rédacteur en chef de L'Action Française 2000, de larges extraits de son discours fait dimanche 9 mai 2010, à Paris, devant un parterre de catholiques. (Les intertitres et soulignements sont de la rédaction du blogue de la Fédération.) Il exprime très bien la distinction, qui n'est pas opposition, entre les combats temporel et spirituel, pour Dieu, la France et le Roi. « Il n’y a pas opposition, mais composition entre le naturel et le surnaturel », disait, après Saint-Thomas, Maurras.  Le primat (dans le temps) du combat politique n'est nullement synonyme de totalitarisme, ni de négation des droits de la conscience religieuse, mais le préalable nécessaire à la renaissance de ceux-ci sous le sceptre bienveillant du Roi de France, protecteur des Diverses Familles spirituelles de la France.

 

Pourquoi faire

bande à part?

 

"(...) Sainte Jeanne d'Arc, en ces temps d'extrême décadence, doit plus que jamais nous unir. Mais se pose alors la question : pourquoi deux défilés ?

 

a.f.-depart-d--un-cortege-dans-les-annees-1920.jpg

Départ de Saint-Augustin du cortège traditionnel parisien dans les années 1920. De gauche à droite, on reconnait Bernard de Vesins, Charles Maurras, Léon Daudet, l'amiral Schwerer, président de la Ligue d'Action française, et Ernest Berger, trésorier. A droite et et à gauche des Comités directeurs, deux files de commissaires d'A.F. (Photo D.R.)

 

"Certes on pourrait évoquer la force de l'habitude. (...) Chaque année depuis un siècle, l'Action française défile le matin juste après le dépôt de gerbes place des Pyramides des autorités officielles de l'État, du moins de celles qui gardent encore cette tradition... (...) j'ose espérer que (l)es questions (...) d'ajustement d'horaires pourraient trouver pour les années à venir une solution acceptable par tous.

 

 

"Reste alors la question de la place de l'Action française. Permettez-moi de dire, en toute amitié et sans la moindre forfanterie, (...) que l'Action française devrait défiler au premier rang. Elle le doit pour des raisons historiques et je crois aussi doctrinales.

 

 

 

Par 10.000 jours de prison

 

 

"Historiques, d'abord. Nul ici n'ignore que c'est l'Action française qui au début du XXe siècle brava les entraves de la République pour réveiller le culte de notre héroïne nationale. (...)

 

"En effet dès 1908 étudiants d'Action française et Camelots du Roi défilèrent sans craindre de se faire tabasser par les forces dites de l'ordre.

 

Camelots-du-Roi-1-copie-1.jpg

Camelots du Roi dans les années 1910. L'Action française a toujours été suivie par le peuple. (Photo D.R.)

 

"Finalement, au bout de quatre années d'affrontement et au prix de 10.000 jours de prison, le cortège fut autorisé en 1912 .

 

"Après la Grande guerre, quand les députés eurent, sous l'impulsion de Maurice Barrès, voté la loi instituant la fête nationale de Jeanne en 1920, année aussi de la canonisation, le cortège prit chaque année de l'ampleur, toujours soumis au risque des tracasseries de l'État (...). En 1925 et 1926, le Cartel des Gauches voulut l'interdire : les Camelots du Roi réussirent à passer quand même.

 

h-concorde-_place-de-la--6-fevrier-1934_.jpg

L'émeute du 6-Février 1934 sur la place de la Concorde (Photo D.R.)

 

"Après la dernière guerre, la tradition reprit vigueur. En 1951, le gouvernement voulut interdire le cortège, mais il recula devant l'ampleur des protestations des participants.

 

"En 1990, après la fameuse profanation du cimetière de Carpentras (alors que l'Action française n'y était, pour rien, je ne vous l'apprends pas), le ministre de l'Intérieur Pierre Joxe proclama l'interdiction et boucla tout le centre de Paris pour empêcher l'accès aux statues de la Sainte, mais les jeunes d'AF étaient... là où on les attendait le moins : ils occupaient une des tours de Notre-Dame avec un immense calicot où étaient écrites les lettres Action française.

 

"L'année suivante, 1991, les jeunes d'AF foncèrent malgré les CRS et le sang coula place des Pyramides. Ne s'en tenant pas là, ceux des jeunes qui avaient échappé aux gardes à vue, s'installèrent au sommet du Panthéon et résistèrent plusieurs heures aux assauts de la police.

 

98-05-10-Marie-au-drapeau.jpg

Les Comités directeurs le 10 mai 1998. De gauche à droite, on reconnait notamment Pierre Pujo (en partie caché par le drapeau tenu par une petite fille royaliste du Sud-Ouest), Nicolas Kayanakis, secrétaire général de l'Action française, Michel Fromentoux, alors secrétaire de la Rédaction du Journal, Pierre Chaumeil. (Photo D.R.)

 

"Les années suivantes ce fut plus calme, mais tout peut encore arriver sous le régime actuel.

 

"Sachez en tout cas que l'AF ne pliera jamais devant les entraves mises par la République au culte de la Sainte de la Patrie   dans Paris le jour de sa fête nationale.

 

 

 

Politique d'abord!

 

 

"La deuxième raison pour l'AF de marcher en tête (...) est doctrinale. Vous savez que l'Action française combat sur le plan temporel,  préparant le retour du roi et réunissant dans ce but les Français de tous horizons politiques et religieux, même non religieux, même anti-cléricaux.

 

"Je ne vous ferai toutefois pas l'injure de vous rappeler que quand nous disons Politique d'abord, nous ne mettons pas la politique au-dessus de tout. Rien ne m'énerve plus que d'entendre parler du soi-disant agnosticisme de Maurras, qui l'aurait poussé à méconnaître le surnaturel et à nier l'importance de la prière.

 

"Il avait hélas perdu la foi à quatorze ans, mais il en souffrit toute sa vie et la recouvra d'ailleurs sur son lit de mort. Il n'a jamais cessé de faire éclater dans ses écrits son admiration pour l'ordre catholique, pour l'Église de l'Ordre. S'il ne pouvait pas réunir les Français sur l'idée que le catholicisme est le vrai, du moins leur montrait-il qu'il est le bien.

 

a.f.-aquitaine-jeanne-d--arc.jpg

 

 

"Nul mieux que Maurras n'avait compris le mystère de Jeanne d'Arc et sa manière de courir, toutes affaires cessantes, à Reims avec Charles VII pour le faire sacrer : les Voix de Jeanne allaient d'accord avec les vues d'une sage politique qui sait se plier à la nature des choses. Tout demeurerait aléatoire, dans le domaine des choses religieuses autant que militaires ou sociales, tant qu'il n'y aurait pas un commandement politique affermi, autrement dit un roi sacré et acclamé par tous. Avec Jeanne, ce que je trouve fascinant, c'est que l'on est à la jonction du Politique d'abord et du Dieu premier servi, chacun de ces principes appelant l'autre, érigeant ainsi la politique au niveau de la forme la plus excellente de la charité.

 

"Alors, chers amis, nous gens d'Action française, nous nous appliquons à aller jusqu'au bout de l'action si pleinement française de sainte Jeanne d'Arc. Il ne s'agit nullement pour nous de négliger la prière, mais, pour délivrer au plus tôt la France de tous les miasmes du laïcisme et des droits de l'homme, nous entendons, (...) d'abord prendre le premier moyen qui est d'oser renverser la République intrinsèquement renégate et athée. Nous disons alors politique d'abord dans l'ordre naturel des choses qui est l'ordre établi par Dieu.

 

"Et voilà pourquoi j'affirme que nous devons revendiquer de défiler au premier rang, à la place des bœufs qui passent avant la charrue même quand le chargement de la charrue est le plus précieux des biens, - à la place des gardiens de la cité temporelle qui préparent la voie aux hommes qui processionnent et qui prient.

 

 "Voilà quelques réflexions que je vous livre amicalement en vue de nos rendez-vous futurs, en espérant que nous serons ainsi toujours plus nombreux et toujours mieux organisés pour faire passer dans les rues de la capitale le frisson du patriotisme français. (...)

 

 "Vive Dieu, vive Jeanne, vive la France !"

 

Voir les commentaires

Fête nationale de Jeanne-d'Arc 2010, à Bordeaux, Bayonne et Toulouse

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F.

Fédération Grand Sud-Ouest de l’Action française

 

Fête nationale de Jeanne-d’Arc

 

a.f.-aquitaine-jeanne-d--arc.jpg

 

 

 

Bordeaux, 9 mai 2010, 11 h. – Rond-point Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny (intersection des cours Xavier-Arnozan et de Verdun). Présidence du Délégué régional de l’A.F. Dépôt de gerbes, discours politique.

 

Bayonne, 9 mai 2010, 12 h 30. – [En coopération avec une association commémorative locale.] Square Léo-Pouzac (statue de Jeanne-d’Arc). Coprésidence du délégué interdépartemental, Me Ph. Fortabat-Labatut, et du président de cette association. Dépôt de gerbes, allocutions, chants traditionnels.

 

Toulouse, 9 mai 2010, 16 h. – Place Jeanne-d’Arc. Présidence du Délégué régional de l’A.F. Dépôt de gerbes, discours politique.

 

 

Trois_Couleurs_1.jpg

Voir les commentaires

L'Action française-Grand Sud-Ouest championne de France!

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F.

L'Action Française 2000 n° 2793 est parue; précipitez-vous dans votre kiosque favori pour acheter cet excellent numéro.

 

05110004.jpg

La statue de Jeanne-d'Arc à Bordeaux fleurie par la Fédération Grand Sud-Ouest de l'A.F. (photo D.R.)

 

Une information hautement intéressante et symbolique ne manquera pas de frapper les militants d'A.F. On y lit en effet, dans la page "Mouvement" (15), que, des six fêtes de Jeanne-d'Arc organisées en province en cette année 2010, la fédération Grand Sud-Ouest de l'Action française, affiliée au Comité directeur, en organise trois: à Bordeaux, à Toulouse et à Bayonne. Notre Fédération est donc, en quelque sorte, championne de France du militantisme persévérant, par vents et marées!

 

Statue de Jeanne-d'Arc ToulouseLa statue de Jeanne-d'Arc à Toulouse (photo D.R.)

 

Cela remet à sa juste place bien des choses, propos fanfarons ou agitations stériles, par définition passagers et bien souvent parisianistes. Le but véritable de notre Fédération est mis en lumière par ce seul fait: elle travaille à la formation équilibrée des esprits et des caractères, dans la tradition éprouvée du nationalisme intégral, la seule complète de toutes les réactions qui se proposent actuellement aux Français. 

 

Il est heureux que la Vérité politique et le travail de terrain de notre Fédération sur le long terme finissent par être ainsi reconnus de tous.

 

 

Jeanne-de-Bayonne.jpgLa statue de Jeanne-d'Arc à Bayonne (photo D.R.)

 

Rendez-vous est donc joyeusement donné à tous nos amis patriotes, catholiques et français dimanche 9 mai 2010 dans les principales métropoles de la Grand Sud-Ouest pour honorer, dans l'amitié française, la Sainte de la Patrie, qui vit, dans la Monarchie traditionnelle, héréditaire, antiparlementaire et décentralisée, la seule solution pour sortir la France de la crise politique de son époque. Nous pensons de même aujourd'hui.

Voir les commentaires

"Bainville et nous" dans le Sud-Ouest

Publié le par Fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest de l'A.F.

Les 23 et 24 avril derniers, le jeune et brillant historien Christophe Dickès, spécialiste français incontesté de Bainville a effectué, à l’invitation de la fédération Grand Sud-Ouest de l’Action française, affiliée au Comité directeur, une tournée de conférences sur son sujet d’études qui l’a mené successivement à Bordeaux, à Toulouse et à Bayonne.

 

Dickès Bainville 1

La couverture du dernier ouvrage de Christophe Dickès (D.R.)

 

L’orateur, auteur de Jacques Bainville : les lois de la politique étrangère (B.-Giovanangeli, 2008), a été vivement impressionné par l’agilité d’esprit et l’à-propos de l’auditoire passionné par les multiples facettes du compagnon de Maurras qui lui ont été ainsi révélées ; les participants ont quant à eux apprécié la limpidité de l’exposé, qui a porté sur la restauration de la Monarchie et sur celles de l’histoire et de la politique étrangère.  

 Insigne-des-camelots-du-Roi-F.A.-G.S.-O.jpg

 

La Fédération invite ses amis à participer aux fêtes de Jeanne-d’Arc qu’elle organise dans toute la région et à sa rentrée, qui aura lieu à la mi-septembre, sur le thème : « Bonald et l’Action française ».

Voir les commentaires