Le nationalisme français: conférences à Bordeaux, Toulouse, Pau et Bayonne en janvier 2012

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F.

Grand logo A.F

 

La fédération interprovinciale

du GRAND SUD-OUEST

de l'ACTION FRANCAISE

 

et ses sections de

 

BORDEAUX

& BASSE-GUYENNE

 

de TOULOUSE

& HAUT-LANGUEDOC

 

de PAU & PYRENEES

 

et de BAYONNE

& PAYS BASQUE

 

ont le plaisir

de vous inviter à

l’importante

série de conférences sur

 

Le NATIONALISME FRANCAIS

 

 L’orateur : Directeur et rédacteur en chef d'un bulletin d’informations décapant, il a appris dans la pratique de la médecine l’analyse réaliste des symptômes et à travailler au scalpel. Cela est tout aussi nécessaire en politique. Ancien maître dans l’enseignement supérieur, il possède une vaste étendue de connaissances sociales et historiques et une grande clarté d’exposition. Son combat contre les lâchetés et les abandons de nos prétendues élites rejoint la tradition inaugurée par Drumont et l’Action française. De son père, un grand journaliste maurrassien, il tient une conception incorruptible du nationalisme français, dont il vient nous entretenir. Bien que privé de tout soutien médiatique, son langage sans concessions commence à percer... Venez nombreux à cet évènement sans précédent !

 

Date et lieu des conférences :

 

 

Armoiries fastueuses Bx

 

BORDEAUX. – Jeudi 26 janvier 2012, 19 h.

 

  Toulouse, blason avec couronne murale

 

 

TOULOUSE. – Vendredi 27 janvier 2012, 19 h.

 

 

 

Armes Pau 2

 

PAU (Attention nouvelle section !!). – Samedi 28 janvier 2012, 15 h.

 

 

  Armoiries pays basque fs

 

 

BAYONNE. – Dimanche 29 janvier 2012, 15 h.

 

 

Grande fleur lys stylisée 1 

 

INFORMATIONS PRATIQUES. – Participation aux frais : 8 € par personne. Nombre de places limité. S’inscrire avec son règlement avant le 19 janvier 2012.

 

Voir les commentaires

Dynamisme de la fédération Grand Sud-Ouest: Ouverture d'une nouvelle section à Pau en janvier 2012!

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F.

 

Armes Pau 2

 

Une bonne nouvelle pour tous les bons Français en cette fin d'année: la fédération Grand Sud-Ouest de l'Action française ouvre enfin une section à Pau pour le Béarn et la Bigorre (Pyrénées-Atlantiques et Hautes-Pyrénées). Cela nous était demandé par nos amis béarnais depuis longtemps.

 

Ainsi, la ville royale de Henri IV, cité de traditions d'A.F., verra-t-elle à nouveau des conférences et séances de formation, des ventes à la criée et d'autres manifestations royalistes régulières. C'est une nouvelle preuve de la volonté d'aboutir des nationalistes français du Sud-Ouest et un gage de renouveau pour le militantisme local!

 

Par cet acte fondateur, la fédération Grand Sud-Ouest de l'Action française, seul organe du nationalisme intégral combatif dans la grande région, entend montrer à qui sait voir qu'elle inscrit son action pour la défense de la Patrie dans la longue durée, non dans un activisme passager.

 

Nous donnons donc rendez-vous aux amis et sympathisants palois et des environs de la Cause nationale et royale pour la

 

Conférence inaugurale

de la section de Pau

& Pyrénées 

 

qui aura lieu sur le thème:

 

Le Nationalisme français

 

 Livre Nationalisme Francais

 

par le

Docteur Philippe PLONCARD d'ASSAC

neurochirurgien,

journaliste et

auteur de nombreux essais

historiques et politiques 

 

Samedi 28 janvier 2012

à 15 h

 

à l'Hôtel Quality Pau-Centre

(ex-Kyriad)

80, rue Emile-Garet

 (proche du Musée des Beaux-Arts

et du centre commercial Bosquet)

 

Participation aux frais: 8 € par personne. Nombre de places limité. Prière de s'incrire avec son règlement par chèque  à l'ordre de: C.A.E.C. avant le 19 janvier 2012 auprès de: C.A.E.C. - B.P. 80093 - 33035 BORDEAUX CEDEX. Tous renseignements par courriel via la rubrique "Contact" du site.

 

 

Voir les commentaires

Un serviteur de la Monarchie en exil: le colonel de Parseval (1840-1909)

Publié le par Lamidaeff

Nous ouvrons aujourd'hui une nouvelle rubrique: "Grandes figures royalistes contemporaines", afin de proposer à la jeunesse française d'autres modèles d'honneur et de fidélité que ceux que les mass-médias leur imposent. On y verra que la modernité peut parfaitement s'allier à la défense de la Monarchie et des valeurs sociales traditionnelles. La première personnalité que nous présentons à leur admiration est le colonel de Parseval, qui voua sa vie au service de la France par les armes, à celui de son Prince, le premier Comte de Paris, et à la propagande du véritable progrès social. Les principaux éléments de cette notice nous sont fournis par les sources citées plus bas en note.

 

 Le colonel de Parseval 1840-1909  Le colonel Fernand de Parseval (1840-1909).

(Photo D.R.)

 

1. Le milieu familial du colonel de Parseval

 

 

Le grand-père du colonel de Parseval était officier d'artillerie avant la Révolution. Il émigra en Allemagne et mourut tout jeune en 1796 du chagrin causé par les malheurs de son pays. Le père du colonel, après avoir été brigadier, puis maréchal des logis aux gardes de Monsieur, frère du Roi, en 1814 et 1815, fut affecté avec le grade de capitaine au régiment des cuirassiers d'Angoulême, puis versé dans le corps d'état-major, à sa fondation, en 1818. Il y termina sa carrière, comme chef d'escadron, officier de la Légion d'honneur. Le colonel de Parseval était son quatrième fils; les trois autres ont été : l'aîné, officier de cavalerie, le second, officier d'infanterie, le troisième, officier de marine. Les quatre fils de ce dernier ont servi, eux aussi, ‑ deux d'entre eux sont encore en activité, ‑ deux dans l'infanterie, un dans la cavalerie, un dans la marine.

 

 

2. Sa carrière militaire

 

 

Né en 1840 et entré à l'école spéciale militaire de Saint-Cyr en 1857, Fernand de Parseval y obtint le grade de sergent-major. A sa sortie de cette école, il fut nommé sous‑lieutenant, le 1er octobre 1859, au 16e régiment d'infanterie, puis y fut promu successivement lieutenant le 12 août 1866 et capitaine le 6 mars 1869.

 

Pendant la guerre de 1870-1871, affecté à l'armée de Paris, il prit part aux principaux combats qui furent livrés sous les murs de la Capitale (batailles de Chatillon et de Champigny, notamment); sa belle conduite à la bataille de Champigny lui valut d'être proposé pour le grade de chef de bataillon, auquel il fut promu au 129e d'infanterie le 6 mars 1871, le jour même où il atteignait les deux années de grade de capitaine requises pour obtenir le grade supérieur et n'étant âgé que de 31 ans.

 

La bataille de Buzenval eut lieu le 19 janvier 1871, pendant la guerre franco-prussienne. Les troupes assiégées dans Paris sous les ordres du général Trochu tentèrent une sortie en direction de Versailles. On lira ci-dessous le texte de la citation obtenue à l'occasion de ce combat inégal, où il fit preuve d'une valeur et de qualités militaires remarquables. 

  

Texte de la citation:

 

« Le parc de Buzenval fut le thêatre d'une lutte d'un acharnement inouï. Devant le mur de Longboyau qui clôture ce parc se brisaient tous les efforts des Français... Parseval, alors chef de bataillon, commandait les francs-tireurs de la division Berthaut. Des volontaires choisis parmi les meilleurs soldats du 119e et 120e de ligne, les mobiles du Loiret et de la Seine-Inférieure, les gardes nationaux des 8e et 17e régiments de marche, avaient été confiés au commandant de Parseval qui, rapidement, avait donné à ces éléments, un peu disparates, une force de cohésion réelle et une véritable solidité au feu. Les éclaireurs marchaient en tête de la colonne Berthaut. On les lança dans une attaque de front contre le pavillon de la Jonchère, à l'angle du parc de Buzenval. La position, naturellement forte par elle-même, avait été très habilement aménagée par les Prussiens. Sous une grêle de balles, les soldats du commandant de Parseval doivent se porter en avant. Invisibles derrière les murailles qui les abritent, les Prussiens fusillent à coup sûr les nôtres. Ceux-ci avancent néanmoins en assez bon ordre, poussés par leurs chefs et leurs officiers dont l'action se fait énergiquement sentir. Mais c'est en vain. La fusillade des Prussiens est tellement violente qu'à la fin les éclaireurs et les bataillons qui sont venus les renforcer doivent s'arrêter à bout de forces et s'abriter sous les futaies. Une contre-attaque, vigoureusement menée par le corps prussien, ne leur fait pas perdre un pouce de terrain conquis. C'est dans cette situation que les trouva l'ordre de battre en retraite. A juste titre, le général Berthaut et le général Ducrot complimentèrent le commandant de Parseval de l'énergie et de l'endurance de ses francs-tireurs. Par la fermeté de son comportement il avait fait de ces troupiers improvisés des soldats et, en payant largement de sa personne, il leur avait donné cette belle attitude au feu. » (Général Récamier.)

 

Nommé lieutenant‑colonel au 10e régiment d'infanterie le 6 octobre 1882, il passa avec son grade, en 1884, à l'état-major du 6e corps d'armée (Metz), alors commandé, par le général Février pour remplir les fonctions de sous-chef d'état-major. Promu colonel le 13 janvier 1887, il fut maintenu dans les mêmes fonctions après avoir concouru dans l'intervalle pour le brevet d'officier qu'il obtint brillamment.

 

3. L'éducation militaire du Duc d'Orléans

 

 Ph Comte Paris ... qui aurait dû régner sous le nom de Philippe VII.

(Photo D.R.)

 

Peu de temps après, Monseigneur le Comte de Paris, successeur du Comte de Chambord, avant témoigné le désir de faire achever par un officier supérieur français l'éducation militaire de Monseigneur le duc d'Orléans, le colonel de Parseval eut l'honneur d'être agréé par le Prince pour remplir cette haute mission. Il prit aussitôt sa retraite, renonçant à une carrière assurée puisque, n'ayant alors que quarante-sept ans, il était le plus jeune d'âge des colonels d'infanterie. Comme gouverneur de Monseigneur le Duc d'Orléans, il accompagna le Prince aux Indes, pendant les dix-huit mois qu'il passa dans l'armée anglaise. Plus tard il visita avec lui quelques champs de bataille en Europe, puis aux Etats‑Unis, lors du voyage qu'y fit le Comte de Paris, en 1890, pour se remémorer les souvenirs de la guerre de Sécession. A la majorité du Prince, sa mission auprès de lui étant terminée, le colonel de Parseval fut attaché à la personne de Monseigneur le Comte de Paris, et fit partie de sa maison, jusqu'à sa mort, en 1894.

 

4. Social parce que royaliste

 

Depuis cette époque, il ne cessa de lutter pour la défense de ses convictions politiques et sociales, consacrant toute sa vie au service de la cause royaliste et à la propagation des idées de réforme sociale chrétienne ayant pour but de relever la condition des classes ouvrières. Il avait été, après la guerre de 1870, l'un des premiers organisateurs de l'OEuvre des Cercles catholiques d'ouvriers et n'avait jamais cessé depuis de s'intéresser aux questions sociales. Après la mort de Monseigneur le Comte de Paris, il organisa un Comité royaliste d'études sociales dont il présida la première grande réunion qui eut lieu à Reims en 1896, à l'occasion du quatorzième centenaire du Baptême de Clovis. A la suite de cette réunion, il fonda un journal de propagande royaliste et d'études sociales, le Réveil Français, à l'aide duquel il continua à servir par la plume la cause de la Monarchie traditionnelle et celle de la religion catholique.

 

5. L'enterrement

 

Le 14 décembre 1909, une foule émue assistait, à Saint-Pierre-de-Chaillot, aux obsèques du regretté colonel de Parseval. Représentants du Prince qui pleure ce serviteur admirable; de l'Armée qu'il aima si profondément et où les plus hauts grades lui étaient promis si un devoir supérieur ne l'eût appelé près de I'Héritier de nos Rois; du parti royaliste dont il fut l'honneur et l'exemple; des cercles d'études qu'il fonda, dans un si généreux désir de dissiper les équivoques et de montrer la nécessité d'unir la tradition au progrès; amis qui purent apprécier de plus près les hautes et charmantes qualités de cette nature d'élite; humbles qu'il protégea et secourut toujours avec une si cordiale bonté, se pressaient autour de ce cercueil, et l'on sentait bien quel deuil sincère emplissait les coeurs. A droite, dans le chœur, quatre fauteuils avaient été réservés, au premier rang, pour M. le baron de Fonscolombe, représentant Monseigneur le Duc d'Orléans, S. A. R. le duc d'Alencon, M. le baron Tristan-Lambert, représentant LL. AA. RR. le duc et la duchesse de Vendôme et M. le marquis de la Tour du Pin-La Charce, bailli de l'Ordre de Malte, représentant l'Ordre. Le deuil était conduit par les commandants André et Frédéric de Parseval, le capitaine Camille de Parseval, neveux du regretté défunt, par son petit‑neveu M. Henri de  Parseval, par MM. de Villèle, de la Bunodière, Tastin de Nouvel et les autres membres de la famille.

 

La reconnaissance du Duc d'Orléans: 

 

« Jeune sous-chef d'état-major au 6e corps d'armée, le colonel de Parseval n'a pas hésité, à l'appel de mon Père, à briser une carrière qui devait être brillante, et, par dévouement royaliste, à se consacrer à la Maison de France en faisant mon éducation militaire. Par lui, j'ai appris à connaître à fond l'admirable troupier français, son endurance, sa bonne humeur, son mépris du danger, comme à estimer davantage la science profonde, la haute valeur, la dignité discrète mais fière de nos officiers, à m'intéresser à leur oeuvre et à les suivre dans leurs efforts. Il me semble ainsi vivre au milieu d'eux, et cette illusion est une douceur dans mon exil. » (Propos du Duc d'Orléans provenant d'une lettre de condoléances écrite à la femme du colonel.)

 

Duc Philippe VIII Le Duc d'Orléans, Philippe VIII, dans sa jeunesse. 

(Photo D.R.)

 

Il était chevalier de la Légion d'honneur, commandeur des Ordres de François-Joseph d'Autriche et d'Albert-le-Valeureux de Saxe, chevalier de l'Ordre de Saint-Grégoire-le-Grand, enfin chevalier d'honneur et de dévotion de Saint-Jean-de-Jérusalem (Malte).

 

Source principale: Le Colonel de Parseval, notice biographique posthume, par le marquis de la Tour du Pin, ami intime du colonel. s.l., 1910.

 

Le blogue de la famille de Parseval: http://www.parseval.fr/index.html

 

 Le blogue du musée du château d'Eu: http://www.louis-philippe.eu/index.php

Voir les commentaires

Claire Mazeron: L'éducation nationale, clé de l'avenir français

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F.

 

 

Une intervention mémorable, mesurée et bien sentie sur les problèmes éducatifs, lors de l'université d'été 2011 du parti centriste "Mouvement démocrate", de Claire Mazeron, agrégée et vice-présidente du Syndicat national autonome des lycées et collèges (S.N.A.L.C.). Comme Mme Mazeron le remarque très justement, au bout de la question de l'école, il y a l'unité de la Nation. 

 

Source: http://www.youtube.com/watch?v=Oa4M6nraxdM

Voir les commentaires

Le Comte de Paris et la Restauration

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F.

Devant l'afflux de messages portant sur des thèmes susceptibles d'intéresser nos lecteurs, nous avons décidé d'inaugurer une nouvelle rubrique, dans laquelle nous répondrons aux questions essentielles que vous nous posez.
 
A vos plumes!
 
A.F.-Grand Sud-Ouest
 
Pts interro
 
Votre question:
 
Bonjour,
on me signale qu'une tentative de retour à la monarchie en 1939 fut proposée au comte de Paris à Bruxelle mais il n'osa pas , il n'y croyait pas. De Gaulle essaya également en 43, 45 46 et en 68.
Qu'en pensez vous ?
Bien cordialement
B***
 
Notre réponse:
 
Bonjour, B***!
 
Merci de votre message. Vous direz à votre informateur qu'il est un peu vague... Jamais entendu parler de ces tentatives!
 
Pour ce qui est du feu Comte de Paris, qui aurait dû régner sous le nom de Henri VI, sa volonté de prétendre au Trône de France est patente. C'est grâce à son action que la loi d'exil des Princes de la Maison de France a pu être abolie en 1950. Ce qui permet, aujourd'hui, aux Français de bonne volonté d'aller acclamer son petit-fils, le prince Charles-Philippe, duc d'Anjou, à Limoges en octobre dernier.
 
De même, la Famille de France s'est-elle engagée dans la défense de l'Algérie française (un de ses fils y est mort, et l'actuel Comte de Paris, Duc de France, y a gagné la Croix de la Valeur militaire). Sur un plan politique, les différents Prétendants ont lutté contre les tentatives d'intégration européenne dont nous crevons aujourd'hui. La Maison de France possède donc toute sa légitimité dynastique et patriotique aux yeux des bons Français.
 
Il n'a pas dépendu que des Princes de sauver la France, loin de là! Pour une Restauration, il faut plusieurs facteurs:
 
- des évènements diplomatiques, politiques, économiques ou sociaux graves (une crise économique par exemple);
- des fautes irréparables du gouvernement républicain;
- que le Prince prétende activement (et pas à des milliers de kilomètres) et soit prêt à répondre au premier appel;
- une élite de royalistes politiques et pas mondains (l'Action française est le seul mouvement royaliste pourvu d'une doctrine);
- des complices aux postes-clés de l'Etat (Armée, police, Administration, classe politique) qui sachent ce qu'ils veulent et en acceptent les conséquences;
- enfin le consentement d'une large majorité du peuple (acquise du fait des circonstances).
 
Ni en 1934, ni en 1939, ni en 1943, ni en 1946, ni en 1968, ni aujourd'hui, ces conditions ne sont réunies. Cela n'enlève rien au fait que la France meurt de la Démocratie, qui la ruine, et qu'elle revivrait par le bienfait de la Monarchie. Bien entendu, la Monarchie ne règlerait pas tous les problèmes d'un coup de sceptre magique; mais, représentant l'ordre et la tradition rajeunis, ayant pour elle la longue durée, elle serait en position excellente pour y remédier sans heurts.
 
Si donc on veut être utile à son Pays, il faut être un royaliste conscient, partisan d'une monarchie à la française, où le Roi règne et gouverne dans les affaires régaliennes, abandonnant aux corps intermédiaires (Famille, Commune, Provinces, Professions) l'administration courante. L'autorité en haut, les libertés en bas, ou si vous préférez: le Roi, président des républiques françaises. C'est la politique de la Maison de France depuis le Comte de Chambord jusqu'à l'actuel Comte de Paris, Duc de France, qui règnera sous le nom de Henri VII.
 
Bien cordialement,
 
Rémy

Voir les commentaires