Naissance d'une Petite-Fille de France au foyer du duc Charles-Philippe d'Anjou

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F.

 Armes du duc d'Anjou

 

 

Le mercredi des Cendres 22 février dernier, après-midi, est née à Lisbonne

 

Son Altesse royale

la princesse Isabelle d’Orléans,

 

premier enfant du prince Charles-Philippe d’Orléans, duc d’Anjou, et de la princesse Diane d’Orléans, duchesse d’Anjou et duchesse de Cadaval.

 

Chiffre Ch-Ph & Diane



Son prénom a été choisi en hommage à son arrière grand-mère, Isabelle, Comtesse de Paris, née princesse d’Orléans et de Bragance.

Le 22 février, jour de la naissance, est la fête de sainte Isabelle de France (1225-1270), fille du Roi de France Louis VIII (dit le Lion) et de Blanche de Castille et sœur cadette du Roi Louis IX, Saint Louis. Elle fut la fondatrice du monastère des Clarisses de Longchamp, près de Paris.

La famille d'Anjou va habiter entre Estoril et Évora, au Portugal.

Membre de la Famille royale de France, la princesse Isabelle d’Orléans est descendante de plusieurs rois de France, dont le dernier, Louis-Philippe, de la famille impériale du Brésil et des ducs de Bragance, famille royale du Portugal. Elle est apparentée à presque toutes les familles royales européennes.

 

 

 

4 Piliers Fédération 

 

 

La fédération interprovinciale

du Grand Sud-Ouest

de l'Action française

et son Délégué régional,

 

La section de Bordeaux

& Basse-Guyenne,

 

La section de Toulouse

& Haut-Languedoc,

 

La section de Pau & Pyrénées

 

La section de Bayonne

& pays basque

 

se réjouissent de ce joyeux évènement d'importance nationale, félicitent très respectueusement les nouveaux parents et souhaitent une longue et heureuse existence au service de la France à la jeune Princesse robertienne.

 

Pour la Fédération,

Le Délégué régional,

Signé: Vincent GAILLERE.

Voir les commentaires

Les 24 et 25 mars 2012: avec le Comte de Paris sur les pas de Jeanne-d'Arc

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F.

On nous prie d'annoncer qu'

 

A l'occasion du

6ème centenaire de la naissance

 de Jeanne-d'Arc,

 

 Jeanne vitrail

 

l'Institut de la Maison royale

de France

(I.M.R.F.) 

 

organise un déplacement en cars

 

les 24 et 25 mars 2012

 

à Domrémy et Vaucouleurs.

 

 

Carte environs Domremy

 

 

Au cours de ce déplacement, que Monseigneur le Comte de Paris, Duc de France, honorera de sa présence, le Chef de la Maison de France prononcera un important discours.

 

 

Programme

 

Samedi 24 mars : Domrémy 

 

- Départ à 8 h 30 de la Place d'Italie (Paris XIIIème);

- Déjeuner sur la route;

- Arrivée à Domrémy à 14 h;

- Visite guidée de la maison natale de Jeanne-d'Arc, du musée johannique, de l'église, de la basilique du Bois-Chenu;

 

 

- Dîner à l' « Accueil du Pèlerin »;

- Départ en cars et installation à l'hôtel à Neufchâteau;

- En soirée, à l'hôtel, conférence de Me Jean-Pierre Lussan sur Jeanne-d'Arc.

 

Dimanche 25 mars : Vaucouleurs

 

- Retour vers Domrémy;

- 9 h 15: Messe chantée selon la forme extraordinaire du rite romain, célébrée par l'abbé Botta (F.S.S.-P.), en l'église paroissiale de Domrémy;

- 10 h 30: Visite de Vaucouleurs (Musée et Cité);

- 13 h 30: Déjeuner à Domrémy, au « Pays de Jeanne »:

 

Important discours de

Monseigneur le comte de Paris,

Duc de France

 

 

 

Henri VII Roi de F

 

Le Comte de Paris, Duc de France,

Chef de la Maison de France (Photo D.R.)

 

- A l'issue du repas, retour vers Paris;

- Arrivée dans la Capitale prévue en soirée.

 

 

Le prix est de 130 € pour les membres de l'Institut de la Maison royale de France, et de 150 € pour les autres.

 

Prière de bien vouloir libeller vos chèques à l'ordre de:

 

l'I.M.R.F.

 

et de les adresser au:

 

Secrétariat de

Monseigneur le Comte de Paris

102 bis, rue de Miromesnil

75008 Paris.

 

Contact : delhoume@maisonroyaledefrance.fr ou: 06.67.28.33.38.

Voir les commentaires

L'Action française enracinée dans le Midi

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F.

4 Piliers Fédération

 

A la suite de son Congrès régional du 10 septembre dernier, la fédération Grand Sud-Ouest de l’Action française s’est fixée pour objectif à long terme l’enracinement du militantisme dans les provinces les plus diverses du Sud-Ouest aquitain. Cela supposait que d’autres sections voient le jour, à l’initiative de cadres audacieux. C’est désormais le cas, avec l’ouverture, samedi 28 janvier 2012, de la section de Pau & Pyrénées, la quatrième en dix ans, destinée à nos amis béarnais, bigourdans et gascons. Le récent grand chelem de janvier a permis de constater les forces en présence : la réunion à Pau d’une quinzaine de personnes, dont un tiers de jeunes, résolument contre-révolutionnaires, est un début prometteur. La présence à Bordeaux d’une quarantaine d’auditeurs, à Toulouse d’une trentaine, confirme leur vocation traditionnelle de capitales provinciales du nationalisme français, Bayonne se maintenant avec une vingtaine de participants. Des ventes à la criée sont désormais tenues dans toute la grande région.

 

Armes Pau 2

 

C’est en toute indépendance réciproque que la Fédération avait convié, du 26 au 29 janvier, le Dr Ph. Ploncard d’Assac, fils du célèbre journaliste maurrasien, à présenter librement dans ces villes sa vision du « nationalisme français ». Si l’on ne peut qu’être d’accord avec l’explication historique qu’il donne de sa naissance et avec sa critique des lâchetés d’un certain monde de Droite, en revanche, on ne saurait se contenter d’expliquer les succès de la Révolution par une double causalité complotiste, agissant en secret depuis la nuit des temps : une combinaison aussi simpliste se saurait. De même, les distinctions qu’il fait entre patriotisme et nationalisme, entre institutions et régime, les seconds primant les premiers, sont spécieuses. Il oppose des termes qui, en France, sont faits pour s’entendre et se compléter.

 

Bien qu’il se défende d’en faire une idéologie, on ne peut en définitive que retirer de son propos la désagréable impression d’une « absolutisation » du nationalisme, étrangère aux traditions de la pensée contre-révolutionnaire française, telle que l’A.F. la défend. Selon nous, la Nation n’étant pas une « idée » autonome, un dieu siégeant dans l’empyrée, mais une réalité tangible, charnelle, le nationalisme ne peut être qu’un instrument au service de la France ; la seule Institution qui puisse redonner durablement à celle-ci la plénitude de son être national est le Roi. Les « principes constitutifs » subjectifs, à connotation religieuse, que l’orateur allègue à l’appui de sa thèse discutable, ne sauraient que donner lieu à la plus grande ambiguïté, chacun mettant ce qui lui plait derrière ceux-ci.

 

Henri VII Roi de FMgr le Comte de Paris, Duc de France,

Chef de la Maison de France

(photo D.R.)

 

A l’inverse, l’intérêt national défini scientifiquement par l’empirisme organisateur peut seul mettre d’accord des Français divisés sur tout le reste : c’est le vrai sens du « politique d’abord » ! Aucun cas particulier ne vaut contre cette Vérité politique démontrée et toujours démontrable. Le seul port de salut pour la France est et demeure la Monarchie de la Maison de France, sous le règne de son Chef, Mgr le Comte de Paris, Duc de France, telle que Celui-ci l’a encore récemment définie : le Prince en Son Conseil, le peuple en ses Etats.

 

Voir les commentaires

Fascisme pas mort?

Publié le par Section de Bordeaux & Basse-Guyenne

A.F. 2000 Couv 

 

A l’entrée du métinge d’une candidate d’extrême-droite au Palais des Congrès de Bordeaux-Lac, dimanche 22 janvier, jour de la Saint-Vincent, alors qu’il criait pacifiquement notre antidémocratisme, un vendeur volontaire de L’Action Française 2000, organe pourtant pas franchement hostile à ladite candidate, s’est vu molesté sur la voie publique par les gros bras de son service d’ordre, qui a déjà fait l’objet d’une enquête parlementaire. Ses journaux ont été dispersés et lui-même a manqué d’être piétiné, avant que les « forces de l’ordre » ne se décident à intervenir. Plusieurs témoins ont assisté à cette scène de violence politique, d’une intensité qu’on croyait révolue depuis la fin de la Guerre froide. Faisant preuve du sang-froid propre à notre Mouvement, il a néanmoins pu continuer imperturbablement sa vente sur le même lieu, pendant toute la durée du métinge, réalisant même un beau succès à la sortie.  

 

Depuis quand la police abandonne-t-elle la sécurité des lieux publics à une milice privée ? Y a-t-il intérêt pour les libertés publiques, qui sont au cœur des préoccupations de l’Action française, à donner sa voix à une telle candidate ? Chacun répondra comme il veut ; quoi qu’il en soit, l’A.F. ne se laissera dicter par quiconque le choix de ses points de vente.

 

 

Petit logo A.F

Voir les commentaires

La voix de la jeunesse royaliste au 21-Janvier

Publié le par Section de Bordeaux & Basse-Guyenne

A l'occasion du 21-Janvier, Constance (18 ans) et Alix (17 ans) nous expliquent les raisons de leur royalisme. L'Action française sait seule conjuguer royalismes de coeur et de tête. 

 

Source: rue89.

Voir les commentaires