"Le Roi, pourquoi pas?" - Non merci, sans façon, répondent les Français

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

On lira ci-dessous un récent sondage, paru avant les élections régionales, sur l'avis "des Français" (en fait un échantillon de 1000 personnes) sur l'Etat fort. A y regarder de plus près, pourtant, on constate qu'on est encore loin d'un quelconque soutien populaire à une Monarchie traditionnelle, héréditaire, antiparlementaire et décentralisée.

L'attrait bonapartiste pour un homme providentiel, en période de crise, est aussi vieux que la Démocratie parlementaire. Jamais, cependant, les Français ne l'ont fait déboucher sur quelque chose de positif, de concret, de durable (voir Boulanger, La Rocque, Le Pen, de Villiers). Le règne de Napoléon III a duré 18 ans, la dictature de De Gaulle 10 ans, et tous deux se sont terminés sur des échecs politiques: c'est peu, et peu concluant, dans l'histoire d'une Nation comme la France.

Par définition, l'homme (ou la femme) providentiel n'est pas le Roi, c'en est même tout le contraire, puisqu'il laisse subsister les fondements de la Démocratie, qui revient renforcée après sa dictature! Ainsi, vouloir l'homme providentiel est-il une autre manière de refuser le Roi et de conserver l'ordre établi. Une décennie d'autoritarisme tous les cent ans, ce ne peut être là l'avenir que tout esprit bien né souhaite pour sa Patrie (Maurras)! Un Régime normal, complet et conforme aux besoins du Peuple postule et l'autorité limitée à la sphère régalienne, et les libertés les plus larges possibles à la base.

Que la grande Presse se fasse l'écho de certaines déceptions, pour mieux rassembler l'électorat dans une perspective politicienne, est dans l'ordre des choses en Démocratie. Mais il ne faut pas pour autant en être la dupe, à moins, comme souvent les gens de Droite et d'extrême-Droite, de croire au père Noël qui travaillerait (secrètement, bien sûr) pour la Cause!

Qu'on se le dise: Ce sondage n'est pas l'alouette qui annonce le "printemps français"! Une Contre-Révolution ne s'accomplit pas comme ça: il y faut un morne travail sur plusieurs décennies. Dilettantes et activistes s'abstenir!

A.F.-Grand Sud-Ouest

http://www.atlantico.fr/decryptage/sondage-choc-attirance-francais-pour-gouvernement-technocratique-non-elu-ou-autoritaire-jerome-fourquet-christophe-voogd-vincent-2418641.html/page/0/1

Une tentative différente d'explication ici:

http://www.lefigaro.fr/vox/religion/2015/11/03/31004-20151103ARTFIG00279-ce-que-revele-le-besoin-d-autorite-des-francais.php

Voir les commentaires

La preuve par l'image faite par l'Action française-Bordeaux: L'euro est nazi

Publié le par Section de Bordeaux & Basse-Guyenne de l'Action française

Le logo de la maison d'édition du parti nazi (photo D.R., pour la qualité de laquelle on nous excusera, mais la bibliothèque de l'Action française-Grand Sud-Ouest, elle, ne possède pas de livres racistes!)
Le logo de la maison d'édition du parti nazi (photo D.R., pour la qualité de laquelle on nous excusera, mais la bibliothèque de l'Action française-Grand Sud-Ouest, elle, ne possède pas de livres racistes!)

Comme le disait paraît-il Goebbels: "Une image vaut mille mots!"

En guise de cadeau de Noël à ses fidèles lecteurs, de plus en plus nombreux, L'Action Française-Aquitaine publie encore un nouveau scoop, que l'on espérait depuis le traité de Maëstricht (1992, la plupart du fan-club de Marine Le Pen, Soraël et compagnie n'était pas né!):

Voici, en exclusivité et première mondiale, la preuve, apportée par un de nos militants actifs de la section de Bordeaux & Basse-Guyenne, que l'euro, cette monnaie d'occupation, est bien totalitaire.

Son symbole a visiblement été copié sur un graphisme nazi par un technocrate appointé par la Commission de Bruxelles qui a été chercher son inspiration dans la bibliothèque de la Banque centrale européenne, et le premier livre qui lui est tombé sous la main était publié par l'éditeur de Mein Kampf! Coïncidence ou complot antinational?

N'oublions pas que les nazis, que l'A.F. de Maurras, Bainville, Pierre Pujo et Gaillère a toujours combattu, sont les inventeurs d'un certain nombre de concepts comme l'Europe-puissance (repris par les racisto-identitaristes) et l'Europe des régions (repris par les écologistes); ça donne à réfléchir... politique d'abord, France d'abord! En bref, nous laissons les patriotes français aussi libres de juger que les magistrats de Nuremberg! Qu'ils ouvrent leur portefeuille et comparent!

(Tant qu'ils y sont, ils peuvent aussi nous faire un don via la rubrique "contact" pour cette découverte, ou à la rigueur, nous remercier! Que deviendrait l'intelligence politique sans nous?)

Voir les commentaires

La théorie du complot, ou comment croire au père Noël

Publié le par Section de Bordeaux & Basse-Guyenne de l'Action française

Dans son rôle d'éducation de l'opinion publique, y compris des naïfs qui croient encore au père Noël en politique, l'Action française-Bordeaux & Basse-Guyenne propose une interviouve d'un jeune universitaire qui tord le cou aux théories du complot et diverses clés pour lutter contre cette négation de l'intelligence politique.

A.F.-Bordeaux & Basse-Guyenne

Analyse du phénomène:

http://video.lefigaro.fr/figaro/video/a-chaque-drame-les-theoriciens-du-complot-livrent-une-explication-cle-en-main-du-monde/4619755468001/

http://www.inaglobal.fr/presse/article/du-conspirationnisme-comme-ideologie-8203

http://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/604/reader/reader.html#!preferred/1/package/604/pub/605/page/6

Comment lutter contre le complotisme:

http://etudiant.lefigaro.fr/les-news/actu/detail/article/le-ministere-de-l-education-veut-deconstruire-les-theories-du-complot-17861/

Voir les commentaires

La réponse de l'Action française-Bordeaux aux "nouveaux réactionnaires"? Pfft! et pschitt!

Publié le par Section de Bordeaux & Basse-Guyenne de l'Action française

Cela fait quinze ans qu'on nous bassine avec la question des "nouveaux réactionnaires". Jeunes intellos de Droite (maintenant recyclés au C.N.I., en attendant l'U.M.P.!) et vieux de la vieille (nostalgiques de l'O.A.S. et de l'anticommunisme simpliste des années 70 reconvertis dans l'idolâtrie de Poutine) croient y voir l'alouette qui ferait... le "printemps français", un renfort bienvenu à la Vérité politique qui les dispenserait de tout effort, spécialement intellectuel et stratégique!

Quelle blague! La Vérité politique, Messieurs, prouvée une fois pour toutes qu'elle est par l'Action française, se suffit sans doute à elle-même dans le ciel des idées! Mais elle engage ceux qui y adhèrent. Elle les oblige à la cohérence, à l'intelligence et à l'innovation. On s'y convertit, elle n'est pas un divertissement pour se donner le grand frisson, pour tromper le temps qui passe! On conçoit que cela soit d'une ascèse difficile, mais personne non plus n'est forcé de venir à l'A.F., de la squatter, ou d'y revenir! En matière politique, les meilleures plaisanteries sont aussi les plus courtes!

L'interviouve qui suit montre de façon convaincante la connivence profonde de ces prétendus anticonformistes avec la "Droiche" (voir Raymond Devos: https://www.youtube.com/watch?v=h55iV-Va1f0 : "Quand on appuie à Droite, ça souffle à Gauche; quand on appuie à Gauche, ça siffle à Droite... et au milieu, c'est du vent!") idéologiquement, politiquement et socialement dominante, et donc leur incompatibilité foncière avec toute Contre-Révolution réelle.

Que de temps à autre les Français votent à Droite ou manifestent dans la rue (ou collent des affichettes), qu'est-ce que ça change à l'existence de la Démocratie et à la domination du nihilisme contemporain? C'est seulement pour quelques charlatans astucieux des parts de marchés à prendre, celles de la vieille bourgeoisie sclérosée, qui n'aime rien tant que se faire avoir!

Que disait Le Lay, P.-D.G. de T.F. 1? "Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible." (http://lexpansion.lexpress.fr/entreprises/patrick-le-lay-president-directeur-general-de-tf1_1428488.html) Eh bien! la bourgeoisie, avec ses particules et ses noms composés, qu'elle soit versaillaise ou bordelaise, a gavé temps libre à gaspiller, sans aucun profit pour la Cause nationale et royale!

L'Action française a mieux à faire que de défendre cette classe morte et ses marottes. Politique d'abord, France d'abord!

A.F.-Bordeaux & Basse-Guyenne

Source: http://www.lefigaro.fr/vox/culture/2015/10/30/31006-20151030ARTFIG00324-les-nouveaux-reactionnaires-mythe-ou-realite.php

Morceaux choisis:

"S'il est nécessaire et salubre de déconstruire le discours du libéralisme de gauche et de droite actuellement dominant, avec les effets divers qu'il exerce sur l'ensemble du champ idéologique, il n'est pas moins nécessaire d'interroger la posture qui consiste d'un côté à se présenter en porte-parole d'un peuple oublié et à sonner l'alarme au sujet de réalités masquées par la doxa, tout en se montrant, de l'autre, hostiles aux sciences sociales et aux résultats des enquêtes de terrain. Des deux côtés, si l'on peut dire, le peuple a bon dos, qu'il soit vu à travers le prisme de l'angélisme ou du racisme de classe, ou encore à travers la vitre déformante des faits divers. (...) Toute valeur morale mise à part, il y a des acquis de l'histoire, de la sociologie, de l'anthropologie sur lesquels il ne devrait pas être question de céder sous la pression de ceux qui entendent en découdre avec ce qu'ils appellent le «politiquement correct»."

Evidemment, on pense ailleurs que dans les salles de rédaction (si l'on y pense encore...) et sur les plateaux de télé! Il serait ridicule de le négliger, ce que font ces pseudo-anticonformistes bien intégrés au Système médiatique qu'ils alimentent et qui les fait vivre grassement:

"S'il y a une chose que montre la montée en puissance du discours «néo-réactionnaire», c'est bien que la culture du débat, de la joute verbale, héritée de toute une tradition littéraire et politique, reste très prégnante en France et que l'on peut même y faire carrière, en récoltant de gros succès de librairie et d'exposition sur les plateaux de télévision. La question utile serait, plutôt, de se demander à quelles conditions le débat devrait répondre pour être autre chose qu'un affrontement polémique s'alimentant à ses propres effets de surenchère."

D'ailleurs, la visibilité des pseudo-"nouveaux réactionnaires" est surtout un effet de loupe trompeur sur le vide sidéral de l'Intelligence française:

"L'absence de grandes voix à gauche - et du côté de la «gauche de gauche» - depuis la disparition d'un Bourdieu par exemple ou d'un Derrida a ouvert aussi un vide dans lequel continuent de s'engouffrer des intellectuels et des chroniqueurs de combat dont le discours et la rhétorique sont étroitement ajustés (...) au régime médiatique qui s'est établi avec le tournant néo-télévisuel de médias de masse relayés par les réseaux sociaux. Sur les plateaux des talk-shows, puis sur You Tube, rien n'est plus payant que le «clash», la provocation, la dynamique de surenchère."

C'est toute l'explication de la vogue cheap d'un Soral, qui, sans les médias, ferait pschitt.

"Sans doute faudrait-il ici faire le départ entre succès médiatique et effets sur l'opinion, et aussi se demander si l'offensive «néo-réactionnaire» contre la doxa «néo-progressiste» n'entretient pas avec celle-ci un rapport de complémentarité inattendu, par une sorte de partage du travail de domination idéologique. (...) Il est frappant en tout cas de constater que leur discours n'a pas grand chose à envier à la langue de bois qu'ils aiment à dénoncer. Rien de plus prévisible que ce discours, qui avance tout armé de clichés et qui, s'il frappe fort, frappe beaucoup à côté. Et deux choses ne sont pas moins frappantes: qu'ils sont de plus en plus nombreux, paradoxalement, à se prévaloir sur les plateaux de télévision de l'ostracisme dont ils font l'objet et que, forts de l'aura de provocation dont ils s'entourent, ils ne sont pas à l'abri des gros chiffres de vente ni des lauriers que décernent les institutions les plus étatiques de la vie littéraire, à commencer par l'Académie française."

On songe ici à la littérature de gare du retraité Villiers (Charette, Saint-Louis, Jeanne-d'Arc et les autres!), qui est à la Contre-Révolution ce que Guillaume Musso est au roman. Retournons plutôt à Maurras (et pas seulement à son Petit Manuel de l'Enquête sur la Monarchie), ou, mieux, venons-y! C'est tout le mal que l'Action française-Bordeaux souhaite aux "néo-réactionnaires" de papier!

Voir les commentaires

Quelques bonnes vérités sur l'extrême-Droite et la "culture"

Publié le par Section de Bordeaux & Basse-Guyenne de l'Action française

Quelques bonnes vérités par l'historien Lebourg sur l'extrême-Droite et la "culture" parisianiste, dans les extraits de l'interviouve parue il y a quelques temps dans Le Figaro. Inutile de dire que l'Action française-Bordeaux est totalement d'accord avec son constat objectif de l'inculture régnant dans l'ensemble du paysage politique français, y compris naturellement chez certains "maurrassiens" se prétendant d'Action française. C'est là qu'on vérifie le vieil axiome de Brasillach: "L'Action française est dans le vent: on commence à rencontrer l'imbécile d'Action française".

A.F.-Bordeaux & Basse-Guyenne

"Ce fossé entre la culture et l'extrême-droite a-t-il toujours existé?

On a eu une extrême-droite française intellectuelle avec des figures ayant un très haut niveau de culture comme Charles Maurras, Maurice Bardèche. Ces écrivains ont une grande finesse intellectuelle et sont profondément d'extrême-droite. On constate une baisse de niveau globale concernant la culture des hommes politiques d'extrême-droite, mais ils ne sont pas les seuls, la baisse de niveau concerne les hommes politiques de tous les bords. En trente ans, les questions et les débats théoriques au sein de l'extrême-droite comme ailleurs ont laissé place aux répétitions de slogan. (...)

"À quoi est due cette rupture?

"Cette rupture est liée à la prolétarisation du courant dans les années 90. A l'intérieur du secteur culturel, le taux de pénétration des idées d'extrême-droite est faible. On perçoit un certain mépris pour les électeurs d'extrême-droite. Ils ne sont plus vraiment vus comme des électeurs mais des «beaufs». Le monde culturel et celui de l'extrême-droite ne se comprennent pas, ce qui n'était pas le cas auparavant. Plus les électeurs ont de capital culturel normé (les diplômes), moins ils voteront pour les partis d'extrême-droite."

Source: http://www.lefigaro.fr/culture/2015/03/17/03004-20150317ARTFIG00129-quel-rapport-entretient-l-extreme-droite-avec-la-culture.php

Voir les commentaires

Consignes officielles de vote de l'Action française-Grand Sud-Ouest pour les élections régionales des 6 et 13 décembre 2015

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

Alors que des échéances électorales s'approchent, la fédération Grand Sud-Ouest de l'Action française, fondée par Pierre Pujo et dirigée sans discontinuer depuis 15 ans par le Délégué régional Gaillère, propose à ses fidèles lecteurs de projeter quelque lumière sur le paysage politique français, dont Maurras a prouvé qu'il ne se limitait pas à l'électoralisme (on lira ici une analyse autre privilégiant une optique démocratique: http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2015/11/20/31001-20151120ARTFIG00283-attentats-du-13-novembre-quels-effets-sur-la-politique-interieure.php), et de leur adresser des conseils pratiques.

Prélude comique: Du rififi à l'extrême-Droite, ou dans le Sud-Est, rien de nouveau!

Ceux que ça intéresse encore, après quarante ans d'activisme électoral, ou les naïfs et les niais de tous bords qui s'imaginent qu'en mettant son drapeau dans sa poche et en faisant sans efforts de la politique 2.0, cette fois, "on va gagner avec nos idées", liront ci-après les derniers développements du feuilleton du F.N. new look (http://www.lefigaro.fr/politique/2015/11/09/01002-20151109ARTFIG00269-aymeric-chauprade-pourquoi-je-quitte-le-front-national.php ; ici l'amertume dudit "géopoliticien" se fait encore plus explicite: http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/coulisses/2015/12/10/25006-20151210ARTFIG00078-aymeric-chauprade-les-le-pen-n-ont-aucune-morale.php ). Un ouvrage de politologues démontre, fort opportunément et de façon convaincante, à l'occasion des prochaines élections régionales, que le néo-F.N. est incapable, faute de cadres et de militants formés, de gouverner quoi que ce soit, commune, région ou Nation (eux-mêmes le reconnaissent ici: http://www.lefigaro.fr/politique/2015/11/09/01002-20151109ARTFIG00240-au-front-national-la-perspective-d-acceder-au-pouvoir-est-redoutee-par-certains.php ; et là: http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2015/11/13/25002-20151113ARTFIG00286-marion-marechal-le-pen-si-nous-echouons-nous-sommes-tricard-pour-30-ans.php ; et encore là, où on découvre que ce parti ne sera prêt... qu'en 2022! http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/couacs/2015/12/10/25005-20151210ARTFIG00277-regionales-les-listes-de-marine-le-pen-pas-epargnees-par-les-outrances.php). Constat que l'Action française a fait de multiples fois et sur lequel il est superflu de revenir en détail.

I / Nos consignes de vote

En s'élevant plus généralement au-dessus du cas particulier, et éphémère, de ce parti, en l'absence de toute candidature valable pour le Pays (c'est-à-dire souverainiste), devant l'inutilité de ses élections et leur absence de signification politique profonde, nationale ou locale, la consigne officielle de vote de la fédération Grand Sud-Ouest de l'Action française est la suivante:

ABSTENTION TOTALE LES 6 ET 13 DECEMBRE.

Pour deux raisons de fond:

1°/ Dans le cadre législatif actuel (loi de 1988 sur le financement des partis), voter, quel que soit le bulletin choisi, c'est financer les partis, donc faire vivre la Démocratie que nous voulons détruire, entretenir le Mal dont souffre la France;

2°/ Les circonscriptions régionales ne correspondent à aucune réalité, ni politique, ni historique, ni géographique, ni humaine, ni économique, ni culturelle; participer à ces élections légitimerait un charcutage de circonstance sans avenir pour la décentralisation réaliste que l'Action française appelle de ses vœux, ni utilité pour la Patrie;

Et une d'opportunité:

Le scrutin n'ayant dès lors aucun enjeu véritable, le paysage politique français dans son ensemble (extrêmes compris) étant unanimement discrédité, les patriotes n'ont pas à arbitrer les querelles intestines des démagogues professionnels qui masquent mal que, faute d'une volonté politique nationale, les décisions se prennent ailleurs (à Washington, à Berlin et à Bruxelles, principalement). A l'Action française, notre combat est politique, pas politicien!

Ajoutons par parenthèse que les récents attentats ne sauraient changer cette position fondamentale: Notre Patrie est la France, pas la Démocratie; c'est la France éternelle qui était visée le 13 novembre. La France doit rester étrangère aux tripatouillages électoralistes, et à leur politique étrangère démente. Le pays réel, notre véritable communauté politique, n'a surtout pas à s'en solidariser: manifester par ces élections un attachement sentimental et émotif à ce Système corrompu serait une faute, car les attentats sont, au moins indirectement, de la responsabilité du Régime. Qui nous dit, d'ailleurs, que les terroristes n'ont pas choisi la date de leurs méfaits exprès pour faire monter artificiellement tel parti d'opposition et, ainsi, accroître les incompréhensions et les tensions entre communautés spirituelles? Pour cette raison aussi, nous devons refuser de faire, en votant, le jeu des terroristes.

II / Les raisons d'une tactique d'Action française

De toutes ces raisons, il résulte qu'une abstention franche et massive aura plus de sens politique qu'un vote de protestation, ou antigouvernemental: on sait qu'à presque toutes les élections désormais, sauf les présidentielles et les municipales, et encore, l'abstention atteint les 60 % du corps électoral. Quel désaveu pour la Démocratie qui prétend parler au nom du Peuple et quelle peur pour ses profiteurs!

Il faut aller plus loin encore dans l'antidémocratisme foncier des Français, aujourd'hui manifeste (http://etudiant.lefigaro.fr/les-news/actu/detail/article/regionales-forte-abstention-et-droitisation-des-jeunes-attendues-17909/ ): De même que les démagogues prônent 100 % de bacheliers, nous devons tendre vers 80 % d'abstention à chaque élection. L'objectif d'un nouveau record antirépublicain est à notre portée. Cette politique de boycott, la seule arme politique véritablement efficace en notre possession, devra être poursuivie jusqu'à l'extinction totale, légale et pacifique, de ce Système politique de l'âge des cavernes.

Bien évidemment, elle ne peut être la seule employée pour instaurer durablement un Régime enfin conforme au souhait exprimé inconsciemment par les Français d'un gouvernement d'autorité et à l'intérêt national. Il ne s'agit pas non plus de pousser cette politique jusqu'à la non-participation à la vie du pays réel, bien que celui-ci soit largement infesté par l'esprit individualiste et libéral, mais seulement aux jeux funestes du pays légal.

Dans cette perspective, l'Action française-Grand Sud-Ouest, seule organisation légitime à parler en toute indépendance, en France, au nom de nos Maîtres, doit continuer d'être une force de propositions alternatives et de prévision de l'avenir français. Elle le sera contre vents et mascaret.

Pour que vive la France, à bas la Démocratie!

Pour la fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française:

Le Délégué régional,

Vincent GAILLERE

P.S. (!) post-électoral qui confirme la justesse des prévisions de l'Action française-Grand Sud-Ouest et justifie notre refus de participer à cette mascarade: Pour ne citer qu'un politologue au lendemain des élections régionales: "Tous les signals d'alarme et autres mises en garde sur les risques de disparition du parti socialiste étaient évidemment des fariboles et des fantasmes d'intellectuels. Un parti qui a des centaines de milliers d'élus, un vaste socle clientéliste et de puissants relais médiatiques est insubmersible, même lorsque, conduit par le premier ministre Michel Rocard, il n'obtient que 11 % à des élections européennes.C'est comme dans le roman et film Le Guépard: tout change pour que rien ne change." Quoi de plus vrai, et pour tous les "partis de gouvernement"? Alors, quel intérêt de substituer un tripartisme de profiteurs à un bipartisme de corrompus? A lire ici: http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2015/12/13/31001-20151213ARTFIG00199-pourquoi-le-fn-cale-toujours-au-second-tour.php... Et aussi ceci: http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2015/12/21/25001-20151221ARTFIG00220-la-justice-saisie-sur-les-declarations-de-patrimoine-des-le-pen.php

Voir les commentaires