Comment faire échec au séparatisme idéologique corse

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

Voir les commentaires

Jeanne 2016: à Bordeaux, notre honneur s'appelle légitimité

Publié le par Section de Bordeaux & Basse-Guyenne de l'Action française

Une jeune étudiante d'Action française de Bordeaux déposant la gerbe au pied de la statue de la Libératrice
Une jeune étudiante d'Action française de Bordeaux déposant la gerbe au pied de la statue de la Libératrice

Dimanche dernier, la section de Bordeaux & Basse-Guyenne de l'Action française a honoré par une brève et émouvante cérémonie la Sainte de la Patrie à Bordeaux.

Bordeaux, bastion de la fidélité à l'A.F.-Grand Sud-Ouest

Sous la présidence du Délégué régional Gaillère, au regard brillant de fierté patriotique d'hommes et de femmes de toutes les classes de la Société, allant de la noblesse authentique et de la laborieuse bourgeoisie bordelaises aux ouvriers et artisans de la C.U.B. et aux paysans de l'Entre-deux-Mers, - à l'exclusion de tout fonctionnaire prévaricateur ou autre postier oisif, - une jeune et ravissante étudiante d'Action française a déposé une belle couronne de lys, offerte par un des plus grands fleuristes de Bordeaux, sympathisant, au pied de la statue équestre faisant face au Jardin public.

Prenant la parole pour le traditionnel discours politique toujours très attendu de nos amis, qui exprime la pensée de tous les participants, tire les leçons de l'expérience et fixe la ligne pour l'année à venir, le Délégué régional, comme il l'avait fait un peu plus tôt dans la journée à Pau, a rappelé que la mémoire des premiers militants de l'Action française, qui ont permis l'institution de la fête nationale que nous célébrons seuls dans la grande région, est sacrée et que n'importe qui ne peut pas s'en réclamer. Le combat qui vient est celui de la légitimité. Non celui de la légitimité monarchique, qui est tranché depuis la fin du XIXème siècle, - même si ceux au profit de qui elle joue sont loin de toujours présenter les qualités de leurs prédécesseurs, - mais celui du nationalisme.

Si la légitimité monarchique est indispensable, mais non suffisante, pour régner, - le couronnement prématuré d'un imbécile ruinerait pour rien la figure du Roi que l'A.F. a sauvé de l'oubli, - celle du nationalisme est un préalable nécessaire pour agir. Car, dans l'Inrerrègne depuis 1848, le nationalisme, vigie essentielle de la Patrie, assure une permanence de la fonction royale. Au contraire, un nationalisme frelaté, - "du Maurras, Canada Dry, tel qu'on le sert de nos jours dans les apéros natios", pour reprendre les mots de M. Gaillère, - ne profiterait à aucun Français. Il faut "penser clair pour marcher droit"; aussi, s'agit-il de savoir à qui appartient l'Action française, ce qu'elle est et n'est pas.

Ce que Pujo aurait pensé de l'Action française d'aujourd'hui

On connait la certitude de la fédération Grand Sud-Ouest, fondée par Pierre Pujo, qu'elle développe sur tous les supports à sa disposition (conférences, propagande orale et écrite, internet): L'Action française est autre chose qu'une propriété de famille (des 20 familles); elle a fondé une tradition politique, distincte en tout point d'une sommaire réaction bourgeoise, tradition dont notre Fédération, enracinée depuis quinze ans, est la seule dépositaire dans le Grand Sud-Ouest (une quinzaine de départements), mais aussi dans le reste de la France, du fait de la démission de l'immense majorité des cadres de l'époque de Pierre Pujo.

Pour le Délégué régional, qui l'a connu et servi indéfectiblement, Pujo, notre Fondateur, aurait condamné sans ambages les trafics parisianistes avec le néo-F.N. et incité nos amis à se déterminer, en politique électorale, non pas en faveur d'un parti failli (quarante ans de voie de garage), mais selon le seul intérêt national. L'A.F., bien que participant aux élections - elle agit "par tous les moyens même légaux" - n'est pas une réserve de voix tout acquise (ou qu'on pourrait acheter avec des positions éligibles aux prochaines régionales en Rhône-Alpes et en Ile-de-France), ni une chasse gardée pour ceux qui ont toujours tout raté sur tous les plans, et qui cherchent une surface sociale pour "briller". Elle exige à sa tête des Incorruptibles, plutôt du genre d'Eliott Ness que de Robespierre!

De fait, il aurait refusé les nominations injustifiables qui ont eu lieu depuis 2007, tant dans les organes prétendument "directeurs" du Mouvement qu'à la rédaction du Journal, et qui en ont fait un pandemonium de toutes les dissidences. Confronté à des accaparements illégitimes, à la limite du détournement moral, il aurait estimé qu'au-dessus de la survie d'une structure squelettique, il y a la Cause qui exige tous les sacrifices, mais pas tous les aveuglements, et qui justifie la continuation du combat avec toutes les armes en notre pouvoir. Dans cette optique, il aurait reconnu dans la fédération Grand Sud-Ouest, qu'il avait voulu, la "voie du salut bien repérée". Des hommes de gabarit différent peuvent bien passer... et être oubliés, des générations plus ou moins dignes se succéder, - une Cause ne meurt jamais.

Il aurait également rappelé que nos idées politiques réalistes appartiennent au Pays tout entier, c'est-à-dire au Peuple à qui nous devons redonner la parole. C'est proprement la tâche du nationalisme. C'est ce que fait pour sa part la Fédération et ses sections locales (Bordeaux bien sûr, mais aussi Toulouse, Bayonne, sans oublier Pau! http://af-aquitaine.over-blog.com/2016/05/fete-de-jeanne-d-arc-2016-mission-accomplie-a-pau.html). Pour notre "complot à ciel ouvert" contre la Démocratie et pour le Peuple, c'est là le secret de la victoire. Malheureusement pour nos dissidents, il ne s'invente pas!

Qu'est-ce que la légitimité politique?

Le critère de la légitimité politique n'est pas la longévité (sinon ceux qui traînaient leurs guêtres boueuses dans nos environs dans les années 60, 70 ou 80 la détiendraient évidemment, quel que soit le mépris qui se soit attaché depuis à leurs noms de traîtres et de routiniers), - mais la fidélité. Fidélité à nos idées vraies (qui ne se résument pas à des slogans de circonstance qui ont naturellement vieilli), à la mémoire pure de nos Maîtres indépendants des pouvoirs temporels, mais fidélité surtout à une méthode plastique, l'empirisme organisateur, qu'un philosophe chrétien actuel qualifiait d'excellente "boîte à outils" pour comprendre notre monde en déliquescence.

La légitimité n'est pas dans la singerie des camelots ou des anarcho-syndicalistes de 1910: ceux des privilégiés qui s'y adonnent cherchent surtout à s'acheter une bonne conscience entre 18 et 21 ans, avant de sombrer dans la léthargie et l'hypocrisie du conservateur bien-pensant pour le reste de leur triste existence. A moins que, plus âgés, ils ne soient aussi plus calculateurs (au moins pour leur carrière)... Bref, sur tous ces points, "Nous ne cèderons jamais, parce que nous sommes légitimes, a conclu le Délégué régional; personne d'autre ne peut en dire autant".

Le fanal de la légitimité

A ces erreurs et ces crimes de notre temps, qui retomberont dans les poubelles de l'histoire, il faut donc opposer sans faiblir notre légitimité: "ce n'est pas un F.N., mais un fanal qu'il faut au milieu du brouillard des idées". Pour sortir des bouleversements, la Nation a besoin de trouver un chemin qui lui soit propre et familier. L'Action française est cette seule "troisième voie" possible en France, pas simplement entre le capitalisme borné et le marxisme assassin, pas seulement entre l'ultralibéralisme déréglé et l'économie dirigée, pas uniquement entre le souci de la Nation et le désir de la justice sociale, pas exclusivement entre l'esprit de lucre et l'esprit de jouissance: elle est la corde, délicate et incontournable, qui lie la gerbe des idées et des intérêts les plus divers.

L'A.F. n'est pas un équilibrisme impossible, compromis horizontal entre termes idéologiquement opposés, sorte de "juste milieu" démo-chrétien de sensibilité royalisante, mais la somme de nos rêves et de nos cauchemars, le total de nos calculs sordides et de nos actes désintéressés, le solde mental et humain qu'elle fait servir à notre avenir de Peuple. L'A.F. ne se regarde pas d'en-bas, au ras du sol; elle ne se voit bien "qu'en avion", de haut. Elle est la réalité même de notre Peuple.

Après ces fortes paroles vivement acclamées, La Royale et La Marseillaise ("Amour sacré de la Patrie..."), nos deux hymnes nationaux, ont été entonnés. Nos amis se sont séparés en se donnant rendez-vous à la rentrée militante de la section en septembre, sous la direction de nos cadres habituels.

A.F.-Bordeaux & Basse-Guyenne

Voir les commentaires

Fête de Jeanne-d'Arc 2016: Mission accomplie à Pau

Publié le par Section de Pau & Pyrénées de l'Action française

Mission accomplie à Pau le 8-Mai 2016

Depuis le réveil de notre section de Pau en 2012, nous n'avons jamais manqué de célébrer pacifiquement la fête nationale de Jeanne-d'Arc, fête du patriotisme français.

Cette année, la statue de Jeanne avait été taguée, mais le diable portant pierre, une forte mobilisation de personnes est venue réparer la profanation, comme à Bayonne du temps de Pierre Pujo! Dans la ville du roi Henri, en général en province, on n'a pas la mémoire courte, mais des fidélités tenaces!

Lorsque la délégation de l’A.F. Pau-Béarn est arrivée sur les lieux de la cérémonie, d’autres personnalités étaient déjà présentes et l’ont accueillie avec chaleur. Nous l'avons souvent constaté: notre désintéressement nous rend incontournables. Une preuve de plus qu'entre patriotes sincères, la France est un trait d'union sur toute autre considération partisane ou associative.

Deux jeunes gens de l’A.F. ont déposé, avec une très belle gerbe composée avec goût par les Dames et Jeunes Filles royalistes du Béarn, leur hommage à la Pucelle; sur la banderole immaculée était simplement mais clairement inscrit en lettres d'azur: ACTION FRANCAISE.

Puis, en la présence vigilante de nos cadres locaux, le Délégué régional de l‘A.F. a prononcé un discours où il a rappelé le rôle et les sacrifices des militants de l’A.F. qui ont imposé la Fête de la Vierge Guerrière dont ils vengé l’honneur en fessant publiquement l’ignoble Thalamas, et la nécessité de leur rester fidèles, ainsi qu'à nos Maîtres, afin que leur combat pour Jeanne et la France n'ait pas été vain.

Pour achever en beauté cette journée de la mémoire, une jeune chorale, l'orgueil de notre section, a entonné une « Royale » vibrante et récité d’une voix forte Ave Maria et Je Vous salue, Marie, le tout salué de salves d’applaudissements et de félicitations des personnes présentes qui ont échangé les coordonnées et demandé de remettre cela tous ensemble l’an prochain.

L’A.F. ne pouvait faire moins dans la cité d’Henry IV. A son enseigne glorieuse, l'amitié d'Action française n'est pas un vain mot!

Un détail de la très belle gerbe déposée en l'honneur de Jeanne- d'Arc par la section du Béarn le 8-Mai 2016 à Pau (Photo D.R.)

Un détail de la très belle gerbe déposée en l'honneur de Jeanne- d'Arc par la section du Béarn le 8-Mai 2016 à Pau (Photo D.R.)

Voir les commentaires

Et d'un! Fin de partie pour anti-mariage pour tous: la leçon du Ralliement des contre-révolutionnaires à l'extrême-Droite

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

On lira ci-dessous un article bien informé, quoiqu'issu de la Presse de Gauche la plus complice avec le capitalisme voleur, sur l'inexorable décadence d'un groupuscule traditionaliste pseudo-politique, concurrent (à Paris) de l'Action française, et qui prétendait rien moins que prendre la tête de l'ensemble des forces contre-révolutionnaires en France (ce qui est une ambition pour le moins limitée!). Son duce, placé par la fraternité Saint-Pie-X à la tête des catho-tradis français, n'était même pas de notre Peuple, étant un ancien "libraire" belge connu pour ses opinions politiques "folkloriques" et germanisantes! C'est un peu, chose singulière, comme s'il n'y avait, dans les cénacles tradis, aucune personnalité française de marque, qui ait la confiance de la F.S.S-P.-X pour diriger en leur nom leur "politique séculière"!

"Pas d'action sans doctrine" (Maurras)

Ces va-t'en-guerre-civile avaient juste oublié une hypothèque, qui les a finalement rattrapé: leur cléricalisme conformiste, pendant religieux de l'électoralisme à courte vue que pratique, entre autres, la façade parisianiste de l'A.F. Le caporalisme est bon pour les armées immobiles, en politique seul compte le succès!

Or, comme l'électoralisme, le cléricalisme consiste à supporter aveuglement une unique équipe, fut-elle toujours vaincue et composée de bras cassés, - à suivre, en automate décervelé, toutes les consignes du club, même si les dirigeants sont douteux, - à encenser l'entraîneur, même notoirement incapable! "Pas d'action sans doctrine", prévenait pourtant Maurras! Il faut croire qu'il a parlé à des sourds! A vouloir faire du maurrassisme sans intelligence politique, il arriva ce qui devait arriver: moins de quatre ans après, comme pour les racisto-identitaristes, le décor à la Potemkine craque, ne laissant voir que le vide sidéral de leur espace politique!

Etre hardiment nationaliste et (contre-)révolutionnaire

La politique a une logique interne implacable: Quand on fait la politique du chien crevé au fil de l'eau, suivant mollement la force du courant, quelle que soit d'ailleurs sa direction, pourvu seulement qu'elle fasse mousser d'insipides pions de collège (ou des chéfaillons de camp boy-scout survoltés), on finit tôt ou tard par s'échouer, - plutôt que de remonter courageusement à contre-courant avec ses seules forces - et non à rebours, lol!

Ce lamentable exemple, qui fait perdre du temps à une Contre-Révolution nationale pourtant nécessaire, montre qu'en politique, on ne gagne qu'avec ses seules forces, qu'en faisant de la force avec ses propres idées. Encore faut-il, bien entendu, qu'elles soient vraies et vérifiées, pas une contrefaçon bien-pensante, ou paternaliste, ou royaliste de Gauche de l'A.F. (ou les trois à la fois)!

Il faut être hardiment nationaliste et (contre-)révolutionnaire, ce qui est différent de brailler des slogans incompréhensibles à la masse, sorte de private jokes pour initiés (c'est le cas de le dire)! Etre de son temps, comme nous l'écrivions récemment (http://af-aquitaine.over-blog.com/2016/04/la-devise-de-l-action-francaise-grand-sud-ouest-ne-pas-s-adapter.html ), c'est tenir compte du réel, dans toute sa pauvreté, et y adapter ses objectifs, c'est comprendre et aimer l'univers mental et parler la langue politique de ses contemporains, pas une autre du XVIIème siècle, pas la langue d'une autre classe! La politique exclut ces archaïsmes.

Certains attardés feraient donc bien (ou pas) de méditer cet exemple parlant, qui est si proche de leurs déviations. Etre un chef, c'est autre chose que de gueuler, comme un simple sous-off' de cavalerie, "En avant! en avant!" , sans savoir où l'on va, ni vouloir aller autre part qu'à un bon gueuleton payé par les cotisations de braves gens. C'est autre chose que de raconter de soporifiques souvenirs d'anciens combattants anticommunistes d'extrême-Droite des années 70, reconvertis dans l'idolâtrie du kagébiste Poutine, tout en écoutant du Wagner, du Michel Sardou ou du Jean-Pax Méfret à fond! C'est autre chose que de se la jouer "mytho" en collant d'insignifiants autocs et affiches aussitôt recouverts par les sociétés de concerts!

Etre un chef, mode d'emploi

Etre un chef, c'est accepter à vie de lourdes responsabilités! C'est ne pas les rejeter quand la ligne du Mouvement a cessé de plaire! C'est faire preuve de plus de volonté et d'intelligence que le militant lambda (ou que le bourge ou le flic moyens). C'est obéir même à des ordres ineptes, s'ils viennent d'une autorité légitime! C'est incarner à notre tour la légitimité de l'Action française, non en dépositaires passifs, non en fondés de pouvoir de la bourgeoisie la plus étroitement conservatrice (car nous ne sommes liés à aucune classe, à aucune confession, à aucune courtisanerie), mais en créateurs.

La Contre-Révolution, comme tout mouvement, se prouve en marchant. Elle nécessite une avant-garde, une aile marchante. Ici, à la fédération Grand Sud-Ouest de l'Action française, dirigée depuis quinze ans par le Délégué régional Gaillère, nous avons un certain nombre de ces vrais chefs, cadres actifs, persévérants, authentiques et sûrs de la Contre-Révolution! Qui peut en dire autant, en province ou à Paris?

Tirer des leçons des échecs

Les leçons de cette débâcle supplémentaire des faux réactionnaires et vrais régimistes sont claires: L'activisme stérilise; l'extrême-Droite en France n'engendre que l'échec: y toucher, c'est périr! La formation d'une élite victorieuse ne se fait pas sans discipline de pensée.

Mais les plus conscients des nationalistes comprendront à ce nouveau signe que seule la fédération Grand Sud-Ouest de l'Action française, fondée par Pierre Pujo et demeurée intégralement fidèle, elle, à son exemple et à ses leçons, est la seule organisation royaliste active, non seulement dans la grande région mais encore sur le plan national, à maintenir inventivement la doctrine de Maurras, Bainville et Daudet et sa méthode scientifique et rationnelle! Ne vient-elle pas, il y a quelques heures, de montrer encore une fois sa résolution, sa cohésion, son enracinement et sa force militante sur le terrain en organisant la fête nationale de Jeanne-d'Arc 2016 dans nos quatre métropoles: Bayonne, Bordeaux, Toulouse et Pau? Politique d'abord!

A.F.-Grand Sud-Ouest

http://www.liberation.fr/france/2016/05/06/la-chute-de-la-maison-civitas_1451009

Voir les commentaires

Fête de Jeanne-d'Arc 2016 le 7 mai à Bayonne, le 8 mai à Bordeaux, Toulouse et Pau

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

ACTION FRANCAISE

Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest

fondée par Pierre Pujo (†)

Fête nationale de Jeanne-d’Arc 2016

sous la présidence effective du Délégué régional de l’Action française

Section de Bayonne & pays basque. – Samedi 7 mai 2016. – Le lieu et l’heure exacts seront précisés ultérieurement.

Section de Bordeaux & Basse-Guyenne. – Dimanche 8 mai 2016. – Le lieu et l’heure exacts seront précisés ultérieurement.

Section de Toulouse & Haut-Languedoc. – Dimanche 8 mai 2016. – Le lieu et l’heure exacts seront précisés ultérieurement.

Section de Pau & Pyrénées. – Dimanche 8 mai 2016. – Le lieu et l’heure exacts seront précisés ultérieurement.

Dépôt de gerbes, discours politique, chants & animations diverses.

Disposition commune à toutes les sections locales : En raison des circonstances, inscription préalable obligatoire par la rubrique « contact » (donner ses nom, prénom et coordonnées complètes).

Voir les commentaires

L'Action française-Bordeaux contre les dynasties bourgeoises!

Publié le par Section de Bordeaux & Basse-Guyenne de l'Action française

En ce Premier-Mai, il est hilarant de lire dans Le Figaro des articles dénonçant la mainmise des dynasties bourgeoises sur la vie économique et culturelle du Pays au détriment du Peuple. Celles-là même qui ont la bouche pleine de "valeurs" ("cathos", "républicaines", boursières, elles ne sont jamais définies), mais qui s'accommodent bien de la République! Pour sa part, l'Action française-Bordeaux & Basse-Guyenne a toujours dénoncée leur hypocrisie, et pas qu'au niveau parisien du C.A.C. 40!

A.F.-Bordeaux & Basse-Guyenne

L'interviouve timide du Figaro:

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/09/16/01016-20150916ARTFIG00134-les-dynasties-ne-sont-jamais-aussi-bien-portees-dans-notre-pays.php

Une des écuries de la reproduction sociale et du mondialisme:

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/09/16/01016-20150916ARTFIG00133-l-ecole-bilingue-montessori-a-paris-la-nouvelle-maternelle-des-enfants-du-cac40.php

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/01/04/01016-20160104ARTFIG00147-les-ecoles-montessori-seduisent-de-plus-en-plus-de-celebrites.php

Voir les commentaires

Vérités sur la Sécu: éléments pour une politique sociale de l'Action française

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

On trouvera dans l'interviouve décapante qui suit quelques bonnes vérités sur la Sécurité sociale, son origine vichyste et son avenir. Sans reprendre à son compte l'idéologie libérale qui les sous-tend, l'Action française-Grand Sud-Ouest estime que les pistes ouvertes ont le mérite de stimuler le débat sur le monde clos de la protection sociale.

Si les "accidentés de la vie" (accident du travail, maladie, chômage) doivent être pris en charge, dans certaines limites, par la collectivité, qui remplace les fondations pieuses d'autrefois, ce filet de sécurité étatique doit déboucher sur une solution professionnelle personnalisée, réaliste et durable.

Dès lors, la logique voudrait qu'un Etat enfin national et social, pour ne pas dire monarchique, mutualise ses outils en matière d'indemnisation, de formation professionnelle et de recherche d'emploi. La forme seule reste à déterminer, et c'est justement ce que les réflexions qui suivent peuvent éclairer.

A.F.-Grand Sud-Ouest

http://www.lefigaro.fr/vox/economie/2016/01/29/31007-20160129ARTFIG00241-pourquoi-il-ne-faut-pas-sauver-la-securite-sociale.php

Voir les commentaires