La position de l’Action française Grand Sud-Ouest sur les dissidents: exclusion totale et sans retour

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

Suite à des questions de lecteurs de nos blogues officiels, la fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l’Action française, fondée par Pierre Pujo (+), précise qu'elle n'admet dans ses rangs aucun dissident, passé ou présent, interne ou externe, même si des décennies se sont écoulées depuis sa trahison. On ne gagne pas une bataille avec des traîtres. Le fait de faire dissidence, c'est-à-dire de se séparer de la Vérité politique exprimée par l'A.F. au point d'affaiblir son audience et de nuire à son expansion, est pire qu'une faute politique, un crime patriotique irrémissible. Elle estime logiquement que ces sinistres individus, dont le discrédit définitif aux yeux de nos amis est démontré et toujours démontrable, sont morts à l'Action française.

Le rôle d'un cadre responsable de la Fédération - et au-delà - est de s'opposer sans faiblesse à ces infiltrations, qui préludent, comme le montre toute notre histoire récente depuis la mort de Pierre Pujo (celle du journal L'Action Française 2000 comprise, avec l'affaire Viansson-Ponté), à une neutralisation de notre politique et finalement à une déviation doctrinale aboutissant à la disparition de la Cause nationale et royale dont la France a pourtant le plus grand besoin.

Nous rappelons ci-après la liste des principales espèces dissidentes en voie d'extinction:

- "nouvelle action royaliste", dite nafe, abritant les démocrates Renouvin et Aumont;

- "restauration nationale", dite hèrenne, ashram des "visionnaires" Augier de Crémier et Pascaud;

- "centre royaliste d'action française", dit crafe, trusté par les "rentiers de situation du maurrassisme" Bel-Ker, Blanchonnet et Dejouy.

Les médiocres fanzines associés à ces groupuscules sont de même condamnés; nous invitons fermement ceux de nos amis qui les recevraient à titre promotionnel à les renvoyer, ou qui s'y seraient abonnés par hasard à résilier leur abonnement. Ceci vaut pour les ​blogues et autres pages "fessebouc".

Enfin, le fait d'avoir combattu la fédération Grand Sud-Ouest à un moment ou à un autre, par un procédé ou par un autre, emporte ipso facto exclusion définitive de l’Action française des intéressés, de leurs conjoints, de leurs enfants, et en général de toute leur famille.

Ainsi sera maintenue la pureté doctrinale et le tranchant de notre école de pensée et d'action!

"Est-ce clair?"

Toulouse, le 15 septembre 2017.

Le Délégué régional de l'Action française dans le Grand Sud-Ouest

signé: GAILLERE

Voir les commentaires

"Faux et usage de faux": Mise au point de l’Action française Toulousain et rappel de ses activités

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

La section de Toulouse & Haut-Languedoc de l'Action française communique:

Une dissidence faiblarde

Contrairement à certaines allégations virtuelles, l'Action française Toulousain n’organisera pas de "réunion de rentrée" cette année, ni à Toulouse, ni à Bordeaux, Pau ou Bayonne. Cela lui est inutile: en contact permanent avec ses adhérents, militants, sympathisants et lecteurs du Journal, elle n'a nul besoin de se présenter pour se faire reconnaître comme le seul organe légitime et vivant du nationalisme intégral dans la grande région couvrant une vingtaine de départements du Midi-Pyrénées et de l'Aquitaine.

Nous mettons donc fermement en garde contre une poignée de jeunes activistes dispersés sur trois-quatre localités, inconnus au bataillon de la Vérité politique ou réputés racisto-identitaires, dotés de "chefs" parachutés de Paris (la personne se mettant en avant comme responsable de ce "coup" est l'une de celles à qui Pierre Pujo refusait l'accès aux colonnes du Journal, en raison de son hétérodoxie doctrinale!) qui prétendent faire reluire le miroir aux alouettes en criant qu'"avec eux, on va voir ce qu'on va voir"! La politique sérieuse est affaire de lenteur plus que d'agitation stérile sans lendemain. L’Action française Toulousain, forte de son expérience politique des coups tordus, est donc sereine: cette "dissidence", on en reparlera dans deux ans!

Notre légitimité d'Action française se fonde sur les faits

Cette mise au point faite, l'occasion nous permet de rappeler l'histoire de la section de Toulouse et la logique durable de ses activités. Notre section enracinée, active depuis 2008, a été refondée dans la ligne de Pierre Pujo et d'Henri Gept par la fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest, à la demande de nos amis toulousains. A l'époque trouble qui suit, encore aujourd'hui, la disparition de notre Chef incontesté, c'est seuls, - contre même certains "responsables" parisianistes qui, "maurrassiens" de salon et staliniens en pratique, ne veulent voir qu'une seule tête, vide de préférence mais alignée sur leur médiocrité, - que nous avons maintenu le flambeau de l’Action française dans le Midi. Voici, à titre d'exemple pour ceux qui en ignoreraient tout, quelques unes de nos activités de fond qui en témoignent:

2008: relance de la section par le Délégué régional Gaillère après le décès d'Henri Gept; expulsion d'un inverti interlope et d'un ex-attaché de groupe au conseil régional prétendant en accaparer la mémoire; conférences très appréciées de Philippe Prévost, historien bien connu de nos amis sur "Les origines de la tragédie palestinienne" et sur "La Condamnation de l'Action française: mythes et réalité", ainsi que, celle, très vivante, de Marguerite Puget, agrégée de lettres classiques (pas modernes, comme Diaphane Pâlichon!) sur la grande figure méridionale catholique et royaliste du cardinal de Cabrières; organisation dans la grande région du camp d'été Réal-del-Sarte de Biarritz 2008 auquel les Toulousains ont assisté en nombre.

2009: conférence bienvenue de Philippe Prévost sur "70 ans après sa levée: La Condamnation de l'Action française entre politique et religieux".

2010: conférences érudites des universitaires Gérard Bedel, Christophe Dickès et F. B*** de B***, respectivement sur "L'Action française en 2010", sur "Bainville, historien d'Action française, et nous", et sur "Bonald et l'Action française" et du professeur Germain Sicard sur "L'éducation républicaine en France de Condorcet à Sarközy"; congrès de la Fédération à Bordeaux, avec une participation importante des Toulousains.

2011: conférences de haute volée de Gérard Bedel, professeur et directeur politique de L'Action Française 2000 sur "L'Action française en 2011: nationaliste et anticapitaliste", et de Philippe Prévost sur "L'Eglise, la France et les trois Ralliements: 1892 - 1926 - 1965".

2012: conférences très courues du Dr Philippe Ploncard d'Assac sur "Le nationalisme français" et de Philippe Prévost sur "La canonisation de Jeanne-d'Arc: un parcours du combattant politico-religieux".

2013: conférences retentissantes du journaliste et écrivain Jean-Michel Vernochet sur "Iran, destruction programmée?" et de Philippe Prévost sur "Vichy, acteur de la modernisation de la France".

2014: conférence marquante de Jean-Jacques Dumur, historien, sur l'histoire de "La Grande Guerre vue par le maréchal Pétain".

En outre, nous avons rétabli chaque année, depuis 2008, au jour de sa fête nationale, la fête de Jeanne-d'Arc, fête du patriotisme, sous la présidence du Délégué régional, et contribué, en toute indépendance, dans la grande région comme à l'extérieur, à diverses manifestations culturelles contre-révolutionnaires et autres colloques universitaires (notamment, présence de stands aux Journées chouannes de Chiré-en-Montreuil et participation active au colloque parisien "La Grande Guerre inédite" et à celui sur Philippe Ariès).

Nos activités à l'avenir

L'Action française Toulousain continuera naturellement en 2017 et années suivantes ses activités, et ce jusqu'à instauration d'un Ordre nouveau, monarchique et national, enfin conforme aux intérêts du Peuple, dont elle est le meilleur défenseur. Si elle a paru ralentir, en surface, ses activités ces deux dernières années, cela est uniquement dû au fait que la période en cours étant largement parasitée par la campagne électorale permanente qui résulte de l'adoption du quinquennat, l'audience de l'Action française, déjà faible dans les médias, est inaudible du "Français moyen". De plus, bien que nous n'ayons rien à faire dans ce qui est une vaste comédie mise en scène par le Gros Argent, nous avons néanmoins donné des consignes de votes précises, largement suivies par nos amis, témoignant de notre vigilance patriotique et de notre engagement en faveur d'un "compromis nationaliste permanent".

L'année politique 2016-2017 a également vu notre présence sur la toile s'enrichir d'une page "fessebouc" ( https://www.facebook.com/Action-fran%C3%A7aise-Grand-Sud-Ouest-Bordeaux-Toulouse-Pau-Bayonne-1878104159091410/ ) quotidiennement (et souvent plus) mise à jour, qui démontre notre capacité de réaction raisonnée à l'actualité, tant nationale et internationale que locale, au plus près des réalités et des préoccupations méridionales.

Ainsi, la section de Toulouse & Haut-Languedoc de l'Action française, affiliée à la fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest fondée par Pierre Pujo, continue donc imperturbablement son chemin, sans hâter le pas, ni se soumettre à l'agenda de l'Anti-France, quelque soit sa couleur, fut-elle "catho" ou d’extrême-Droite! Nous annoncerons, sur ce blogue officiel de la section ( http://actionfrancaiseaquitaine.over-blog.com/ ), en temps utile, celles des activités que nous organisons à destination du grand public patriote; le reste de nos activités reste réservé à nos adhérents à jour de cotisation. 

Nos buts à long terme

Comme nous l'avons maintes fois déclaré ici, notre position sur le militantisme est: formation d'abord. Nous disons aux jeunes gens qui rêvent de coups d'éclat de commencer d'abord par lire Maurras, Bainville et Daudet; sans cette préparation indispensable pour laquelle nous tenons à leur disposition nos conseils pédagogiques, aucune action n'est durable (comme on s'en apercevra avec les clones qui prétendent "faire mieux que nous"); ensuite, et seulement ensuite, nous pourrions les admettre éventuellement dans les rangs de notre avant-garde (toutefois, après règlement préalable de l'adhésion: 120 euro pour un adulte, 240 pour un étudiant, payable exclusivement par virement bancaire à l'ordre de C.A.E.C. - C.C.P. La Banque postale 15 503 63 W BOR). Cette discipline est sans doute jugée trop dure par les dilettantes, mais c'est la condition du succès de nos idées.

La section, solidairement alliée aux autres sections de proximité de la Fédération (Bordeaux & Basse-Guyenne, Pau & Pyrénées, Bayonne & pays basque), ne se mobilise que pour les grands enjeux nationaux, tels que, par exemple, le projet de constitution européenne Giscard-Chirac il y a dix ans.

Il est malheureusement douteux que d'autres combats, aussi importants pour notre Indépendance, se représentent dans un futur prévisible, vu la stratégie d'évitement des conflits frontaux en matière doctrinale et d'évasion du domaine politique en faveur du "sociétal", que la classe politique a adoptée à la suite de la victoire du Peuple; si cette tactique rend d'autant plus difficile notre propagande souverainiste, nationaliste et royaliste, cela ne la frappe nullement d'obsolescence, mais exige de nous une inventivité stratégique et technique de tous les instants pour faire passer notre message à un public dépolitisé!

Pour ce but, nous devons cependant "être toujours prêts": parce qu'il illustre une disposition d'esprit propre à notre école politique, c'est bien le seul slogan que nous empruntons aux boy-scouts impuissants qui, des beaux arrondissements de Paris et de Lyon, prétendent diriger par oukases l'"Axion Front-XVI"! Les combats mineurs, sociétaux ou localiers, ne doivent pas disperser nos efforts qui consistent à forger une élite intellectuelle nationale capable de peser sur les événements politiques, le moment venu. Soyez-en sûrs, l’Action française Toulousain y prendra toute sa part, sous la direction de ses cadres légitimes et dynamiques.

Toulouse, le 1er septembre 2017.

Le Délégué régional de l'Action française dans le Grand Sud-Ouest

signé: GAILLERE

Voir les commentaires