Sortir de l'euro: c'est possible!

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F.

Ce n'est pas la première, ni la derière fois que l'Action française-Grand Sud-Ouest se trouvera d'accord avec un gaulliste sur la nécessité vitale pour la France de sortir de l'"euro"!
A.F.-Grand Sud-Ouest
V Victoire 2
"Quand Natixis et Merrill Lynch enterrent l’euro
"Lentement, mais sûrement, la tonalité des études sur la fin de la monnaie unique change. L’analyse plus approfondie des faits conduit les personnes sérieuses à souligner les avantages d’un retour aux monnaies nationales, comme l’illustrent les analyses récentes de Natixis et Merrill Lynch.
 
"Les arguments de Patrick Artus
contre l’euro
 
"En avril dernier, j’avais évoqué ses études qui affirmaient que l’ajustement par une dévaluation monétaire était beaucoup moins douloureux que l’ajustement par une dévaluation interne (baisse des salaires). Le chef économiste de Natixis est allé plus loin avec deux nouvelles études. La première affirme qu’à la fin de l’euro, le mark se réévaluera de 20%, le franc perdra 2%, la lire 12%, la peseta 20% et la drachme 30%, des chiffres qui confirment les scénarios que j’évoque ici depuis le début.
 
"La deuxième, sur l’Espagne, conclut que si la stratégie actuelle ne donne pas « des résultats rapides, la stratégie présente va échouer : il faudra réduire encore beaucoup plus les salaires pour faire disparaître le déficit extérieur et le déficit public restera très élevé (…) La stratégie de dévaluation et de défaut peut être efficace comme en 1992 avec la forte élasticité-prix des exportations, le fait que la totalité du déficit de la balance courante vient des intérêts payées sur la dette extérieure ».
 
"Le risque italien identifié
par Merrill Lynch
 
"La banque étasunienne vient de publier une étude assez détaillée et novatrice basée sur la théorie du jeu, en analysant les gains et les pertes de chaque pays européen en cas de fin de la monnaie unique. Surprise, il y aurait bien des gagnants et des perdants à la fin de l’euro. A mille lieues de l’analyse catastrophiste d’ING (qui validait néanmoins les scénarios de parité monétaire), cette analyse affirme que l’Allemagne pourrait perdre 7% de PIB, du fait de pertes d’exportations.
 
"A l’inverse, les pays en déficit, qui dévalueraient, gagneraient, avec l’Irlande en pôle-position et un gain de 7% de PIB, puis l’Italie, avec 3%. Merrill Lynch estime également que la Grèce ferait des économies sur le coût de la dette (sans prendre en compte la possibilité de monétisation) et que l’Allemagne y perdrait son statut de pays refuge de la zone euro. En fait, pour la banque, tout dépendra de la capacité de l’Allemagne à convaincre l’Italie de rester, outre un gros risque en Grèce.
 
"Ce plan B qui existe
 
"Bien sûr, les perroquets euro-béats affirment que la seule solution serait un saut fédéral, mais de plus en plus d’éléments confirment que la transformation de l’euro en une monnaie commune est parfaitement possible et même souhaitable, par-delà le fait que l’étude des solutions fédérales indiquent qu’elles ne sont pas tenables. André-Jacques Holbecq a signé un papier sur le sujet pour la revue Projet qui souligne que la zone euro est trop hétérogène pour partager une même monnaie.
 
"Parallèlement, la fondation Wolfson, qui avait lancé un concours pour définir le meilleur plan de sortie de la monnaie unique, a remis son prix de 250 000 livres au cabinet de consultants Capital Economics. Les recommandations du cabinet sont très pratiques et sont un bon complément aux analyses historiques de Jonathan Tepper, un des finalistes de ce prix, dont j’avais résumé les travaux. Je vous invite également à lire ce papier prémonitoire de 2010 de Bernard Connolly.
 
"Il est impressionnant de constater la croissance des études sérieuses qui démontrent toutes les limites de la monnaie unique. En face, le plus souvent, on en est réduit à des croyances ne reposant sur aucun fait sérieux. Voilà qui devrait faire réfléchir."

 

Source: http://www.gaullistelibre.com/2012/07/quand-natixis-et-merrill-lynch.html