a l'ecoute de nos lecteurs

La position de l’Action française Grand Sud-Ouest sur les dissidents: exclusion totale et sans retour

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

Suite à des questions de lecteurs de nos blogues officiels, la fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l’Action française, fondée par Pierre Pujo (+), précise qu'elle n'admet dans ses rangs aucun dissident, passé ou présent, interne ou externe, même si des décennies se sont écoulées depuis sa trahison. On ne gagne pas une bataille avec des traîtres. Le fait de faire dissidence, c'est-à-dire de se séparer de la Vérité politique exprimée par l'A.F. au point d'affaiblir son audience et de nuire à son expansion, est pire qu'une faute politique, un crime patriotique irrémissible. Elle estime logiquement que ces sinistres individus, dont le discrédit définitif aux yeux de nos amis est démontré et toujours démontrable, sont morts à l'Action française.

Le rôle d'un cadre responsable de la Fédération - et au-delà - est de s'opposer sans faiblesse à ces infiltrations, qui préludent, comme le montre toute notre histoire récente depuis la mort de Pierre Pujo (celle du journal L'Action Française 2000 comprise, avec l'affaire Viansson-Ponté), à une neutralisation de notre politique et finalement à une déviation doctrinale aboutissant à la disparition de la Cause nationale et royale dont la France a pourtant le plus grand besoin.

Nous rappelons ci-après la liste des principales espèces dissidentes en voie d'extinction:

- "nouvelle action royaliste", dite nafe, abritant les démocrates Renouvin et Aumont;

- "restauration nationale", dite hèrenne, ashram des "visionnaires" Augier de Crémier et Pascaud;

- "centre royaliste d'action française", dit crafe, trusté par les "rentiers de situation du maurrassisme" Bel-Ker, Blanchonnet et Dejouy.

Les médiocres fanzines associés à ces groupuscules sont de même condamnés; nous invitons fermement ceux de nos amis qui les recevraient à titre promotionnel à les renvoyer, ou qui s'y seraient abonnés par hasard à résilier leur abonnement. Ceci vaut pour les ​blogues et autres pages "fessebouc".

Enfin, le fait d'avoir combattu la fédération Grand Sud-Ouest à un moment ou à un autre, par un procédé ou par un autre, emporte ipso facto exclusion définitive de l’Action française des intéressés, de leurs conjoints, de leurs enfants, et en général de toute leur famille.

Ainsi sera maintenue la pureté doctrinale et le tranchant de notre école de pensée et d'action!

"Est-ce clair?"

Toulouse, le 15 septembre 2017.

Le Délégué régional de l'Action française dans le Grand Sud-Ouest

signé: GAILLERE

Voir les commentaires

Comment se former à l'Action française?

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F.

Votre question:

 

Demande d'information

H***

Bonjour, j'arriverais bientot sur Toulouse et je souhaiterais prendre contact avec vous. Je suis près à militer et à me former même si je n'appartient à aucun mouvement.

Pouvez-vous me dire la marche à suivre s'il vous plait?

Cordialement

H***

 

J-apprends_a_lire_-_reflechir_avec_Maurras.jpg

 

Notre réponse:
 
Monsieur,
  
Nous vous remercions de votre message et vous félicitons de vos bonnes dispositions. La formation de l'esprit est, en effet, essentielle pour qui veut être utile à son Pays. Sans formation ni discipline militante librement consenties au sein d'une section constituée, il n'y a qu'activisme anarchique et stérile: une bonne chose à savoir est qu'une affiche (ou affichette) n'est lue que par celui qui la colle, qu'un tract sur dix mille porte...
 
Nous avons publié sur les blogues de la fédération Grand Sud-Ouest de l'Action française le programme des cercles que nous organisons en ce moment à Bordeaux; une bibliographie des principaux livres de nos Maîtres y est jointe (http://af-aquitaine.over-blog.com/article-programme-du-cycle-de-formation-j-apprends-a-lire-et-reflechir-avec-maurras-de-l-action-fran-aise-111413141.html): si vous n'avez pas peur de la solitude, vous pouvez dans un premier temps par vous-même:
 
- pour avoir une vue générale de l'Histoire de France, dont la construction fut une oeuvre politique, lire l'ouvrage essentiel portant ce titre de Jacques Bainville (en poche);
 
- pour comprendre La Révolution française, insurrection criminelle contre notre passé national, lire l'ouvrage fondamental portant ce titre de Pierre Gaxotte;
 
- pour connaître les arguments contre et pour la Monarchie, et pourquoi celle-ci est nécessaire à la renaissance de notre Pays, hier comme aujourd'hui, lire l'Enquête sur la Monarchie de Charles Maurras
 
et aussi La Monarchie aujourd'hui, une nouvelle enquête effectuée il y a vingt-cinq ans par notre Directeur Pierre Pujo (+), qui n'a pas vieilli est reste capitale.
 
Ces livres de chevet de tout Français conséquent sont disponibles en librairie, en neuf ou occasion. La bibliothèque de section peut aussi vous les prêter. Quand vous aurez déjà lu ces quatre livres, vous pourrez juger de la politique française en connaissance de cause.
 
Le mieux, pour nous rencontrer, est que vous veniez à notre réunion de rentrée à Toulouse, qui aura lieu bientôt. Nous vous ferons part de ses date et lieu. Vous pourrez vous inscrire à ce moment-là. Une participation sera demandée.
 
Dans l'attente de faire votre connaissance,
 
Veuillez agréer, Monsieur, l'expression de nos salutations nationalistes d'A.F.,
 
Le Permanencier

Voir les commentaires

L'Action française, l'Occupation, la collaboration et le régime de Vichy

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F.

Votre question:

 

Bonjour.
Dans le cadre d'une recherche historique je suis à la recherche d'un exemplaire de l'action française du 17 Juin 1940.

L'auriez vous dans vos archives ?
Merci de votre aide.

 

Pts interro

 

Notre réponse:

 

Monsieur,

 
Merci pour votre message. Notre bibliothèque possède en effet le numéro du 19 juin 1940. Vous pouvez le consulter sur rendez-vous. Entre le 10 et le 19 juin, la rédaction de L'Action Française était, comme des millions de Français, sur les route de l'exode, fuyant l'avancée des troupes boches. Au milieu de cette confusion, un appel à soutenir le gouvernement légal de la France, dirigé par le maréchal Pétain, fut lancé le 25 juin de Villefranche-de-Rouergue (http://actionfrancaiseaquitaine.over-blog.com/article-il-y-a-71-ans-l-action-fran-aise-en-rouergue-71555402.html).
 
En ce qui concerne l'armistice du 22 juin 1940, décision politique, nous nous sommes rangés à l'avis compétent du généralissime Weygand, ancien chef d'état-major de Foch, et du maréchal Pétain, seuls réalistes: la bataille étant provisoirement perdue en métropole, il fallait faire cesser rapidement l'effusion inutile de sang français (100.000 morts!), conserver notre Marine de guerre intacte ainsi que l'Empire colonial comme base arrière, arracher au vainqueur quelques concessions (comme le fait de garder une petite Armée et des forces de police) et préparer la Revanche. Pour l'A.F., dès l'Entre-deux-Guerres et pendant toute la durée de la Guerre, l'Allemagne est toujours restée l'ennemie n° 1.
 
Pour ce qui est de la collaboration, Maurras et l'A.F. ont été les bêtes noires des collaborationnistes zélés de Paris; l'A.F. a exclu sans pitié de ses rangs ceux qui se laissaient séduire par le vainqueur (Rebatet, auteur des Décombres, Sordet, Brasillach); les chefs de l'A.F. figuraient en bonne place sur les listes des personnalités à arrêter en priorité de la Gestapo (Maurice Pujo, codirecteur du Journal, l'a d'ailleurs été en 1944); leurs livres et le Journal étaient interdits en zone occupée.
 
Enfin, le soutien raisonné au maréchal Pétain et à son gouvernement personnel (jusqu'au retour de Laval en 1942) s'incrivait dans la logique de consolider la défense nationale et la paix intérieure compromises par la Défaite. Cette politique de soutien en temps de guerre du gouvernement en place, fut-il républicain, est une constante de notre Mouvement nationaliste et royaliste depuis la Première Guerre mondiale: on ne fait pas la Contre-Révolution devant l'ennemi, cela affaiblirait la Nation. C'est ce que nous appelons le compromis nationaliste. Loin donc d'avoir été un soutien d'abord idéologique à la Révolution nationale (dont l'A.F. était loin d'être l'inspiratrice unique), notre soutien patriotique n'a existé qu'en vue de la Revanche. Les historiens de bonne foi reconnaissent aujourd'hui que cette politique de Vichy n'était pas chimérique, mais qu'elle a protégé l'éclosion et l'essor de la Résistance.
 
Nous espérons que ces précisions vous seront utiles pour mieux comprendre notre politique pendant cette période troublée. Surtout, nous vous recommandons de lire le livre de Pierre Pujo, notre Directeur aujourd'hui décédé, L'Autre Résistance: L'Action française sous l'Occupation (éditions Godefroy-de-Bouillon, 2004), que nous pouvons vous procurer facilement. Nous restons à votre disposition pour tous renseignements supplémentaires.
 
Cordialement,
 
 
Le bibliothécaire-archiviste
de la fédération interprovinciale
du Grand Sud-Ouest
de l'Action française
O. LIBRIUS
  
 

Voir les commentaires

Pas de doute, c'est la rentrée: un jeune de l'Essonne nous écrit!

Publié le par Section de Bordeaux & Basse-Guyenne

Votre question:

 

22/09/2012 19:00:17
OverBlog : Vous avez reçu un message

Ce message vous est envoyé par un visiteur grâce au formulaire de contact accessible en bas de page de votre blog: af-aquitaine.over-blog.com

demande d'information
Yves Leroy
Bonjour,

Je voudrais prendre contact avec un responsable de l'AF, car je suis un jeune royaliste et je viens d'arriver sur Bordeaux. Je n'ai jamais milité ni rencontré l'AF auparavant mais sa pensée politique m'intéresse tout particulièrement. J'aimerais donc me rapprocher du mouvement.
Etes vous un responsable de la section locale ?
Merci d'avance
Renaud Wenlain

 

Le visiteur qui vous envoie cet e-mail n'a pas eu connaissance de votre adresse de messagerie.

L'adresse qui apparaît comme expéditeur n'a pas été vérifiée.

© 2012 over-blog.com - Tous droits réservés
 
Pts interro
 
 
 
Notre réponse:
 
Bonsoir,
 
Vous avez frappé à la bonne porte! Nous sommes en effet la seule organisation d'Action française agissante à Bordeaux et dans la région; la section de Bordeaux & Basse-Guyenne, fondée par Pierre Pujo, est active depuis une dizaine d'années.
 
Je suis disponible pour vous rencontrer quand vous le souhaitez, par exemple lundi après-midi.
 
Meilleures salutations d'A.F.,
 
Le Délégué régional de l'Action française
dans le Grand Sud-Ouest,
Vincent GAILLERE.
 
Insigne de la Ligue d'Action française, 1908-1936
 
Votre nouvelle question:
 
10/10/2012 08:49:57
OverBlog : Vous avez reçu un message

Ce message vous est envoyé par un visiteur grâce au formulaire de contact accessible en bas de page de votre blog: af-aquitaine.over-blog.com

STOP
Yves
Il faut que les deux blogs que vous tenez disparaissent, vous n'avez en aucun cas le droit d'écrire sous la bannière de l'AF et encore moins de vous faire passer pour responsable de section (donc SEUL responsable n'en parlons pas)
Trop longtemps que ça dure, les choses changent sur Bordeaux, arrêtez de déservir le royalisme !
Yves Leroy alias Renaud Wenlain

Le visiteur qui vous envoie cet e-mail n'a pas eu connaissance de votre adresse de messagerie.

L'adresse qui apparaît comme expéditeur n'a pas été vérifiée.

© 2012 over-blog.com - Tous droits réservés
  
Notre réponse:
 
"Yves le Roy", "Renaud Wanlin",
"Capt'ain Royco", Ronan
ou quelle que soit
votre véritable identité,
 
Le Délégué régional, trop occupé par la rentrée militante de l'Action française dans le Grand Sud-Ouest, me charge de vous écrire:
 
Apprenez déjà que, quand on prétend faire une politique conforme à l'intérêt national, on agit normalement à visage découvert. Qu'avez-vous à cacher ou à craindre derrière vos masques à la Eyes Wide Shut? Seriez-vous franc-maçon ou pédéraste, par hasard? Il est caractéristique que, comme les Parisiens, fonctionnaires payés de l'Etat républicain, qui vous téléguident, vous prétendiez tout régenter sous pseudonyme, sans mandat ni la moindre compétence pour ce faire. Maurras, Bainville, Daudet, Pujo, eux, ne se sont jamais caché derrière des hologrammes pour définir la politique nationale, ils s'exposaient directement. Nous avons le regret de constater que ce n'est pas votre cas. Souffrez donc que, désormais, nous vous appelions "Cybermilitant".
 
Donc, Cybermilitant, vous apprendrez ensuite que, quand on se flatte d'être d'Action française, on évite de dénigrer par système ceux qui font, sans en tirer aucun avantage personnel. Cela s'appelle le désintéressement, une notion que vous aurez sans doute du mal à assimiler (pour la goûter, il faut en effet un minimum d'honnêteté intellectuelle). Vous comprendrez peut-être, néanmoins, qu'une politique réaliste exigeant la confiance, un pseudonyme irresponsable ne saurait réclamer l'obéissance absolue au nom de son incompétence.
 
Avant d'être un Mouvement, l'Action française est une école de pensée: elle appartient à tous les Français désireux de relever notre Pays. Ce n'est pas vous ni vos amis qui empêcherez notre Fédération, fondée par Pierre Pujo, de faire bénéficier de ses leçons nos compatriotes, surtout les humbles, qui ont le plus grand besoin de la Vérité politique. Quant à notre légitimité pour agir, ne vous en faites pas pour elle: elle se vérifie tous les jours! D'ailleurs, dans l'état de faiblesse où, partie par l'inconscience, la suffisance et les trahisons de vos amis, se trouve le nationalisme intégral, Maurras a toujours préconisé que "l'ordre dispersé est le meilleur et le seul possible". Vous concevrez sans peine que nous préférions ses avis au caporalisme parisianiste que vous avez l'outrecuidance de nous apporter dans vos fourgons (surtout alors que le cénacle mondain auquel vous appartenez ne compte, nous dit-on, que cent adhérents... sur soixante millions de Français)? Au passage, ne comptez surtout pas sur "Paris" pour vous aider, vous seriez cruellement déçu! Peut-être vos contacts au fin fond du Sud-Gironde mettront-ils à votre disposition les fonds de la Fédération qu'ils n'ont jamais mis à la nôtre, s'ils sont encore en leur possession?...
 
Vous êtes bien jeune, Cybermilitant. On ne saurait vous le reprocher, mais on est forcé de constater que, loin d'être un pilier de l'Ordre, vous vous comportez en anarchiste solitaire et immature. Au lieu de rejoindre les seuls royalistes d'Action française (puisque vous vous dites de ce Mouvement) qui réalisent dans la grande région, d'accepter de vous former intellectuellement (car on ne sait rien à 18 ans) et d'apprendre à obéir avant de commander, vous voulez puérilement détruire l'oeuvre politique positive que nos amis ont patiemment construit depuis une dizaine d'années? Libre à vous, nous vous souhaitons bien du plaisir dans cette besogne contre-productive et vouée à l'échec! Dites-vous que des infiltrés comme vous, on en a vu passer et on en verra d'autres. Ils sont l'hommage du vice à la vertu, de l'activisme brouillon et malintentionné à l'action réfléchie et durable. Peut-être vos patrons parisianistes ne vous ont pas prévenu que d'autres arrivistes s'y sont cassé les reins? En tout cas, vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas.
 
Vous nous méprisez et nous condamnez? Fort bien. Vous croyez que, parce que votre petite personne, en mal de reconnaissance et imbue de romantisme, débarque dans une ville chargée de traditions et d'histoire, "les choses vont changer"? C'est à pleurer de rire. Décidément, vous connaissez bien mal Bordeaux! Quand vous aurez créé ou recréé quatre sections actives, organisé une centaine de réunions de propagande et converti les masses, on en reparlera. Ou pas. Restez plutôt dans vos salons poussiéreux, dont la peinture s'écaille, organisez-y des karaokés et des rallyes, ça, au moins, ce sera à votre portée. Mais soyez sûr aussi que nos amis du Sud-Ouest, qui tiennent le terrain, apprécieront à leur juste valeur les insultes qu'un jeune de l'Essonne, qui n'ose même pas avouer à ses parents ce qu'il fait, éructe du haut de ses 18 ans, et qu'ils sauront le leur faire savoir à l'occasion.
 
Pour nous, héritiers et praticiens lucides du nationalisme intégral, c'est avec les petits, les sans-grade de l'Action française, ceux qui jamais n'ont fait dissidence, ni alliance avec l'Anti-France, que nous resterons fièrement. Ce n'est pas nous qui avons changé, mais les comités-croupion dont vous vous réclamez! Nous ne sommes pas de ceux qui s'endorment sous vos lauriers desséchés, nous ne serons jamais de ceux qui ont fait des procès au plus honnête homme du monde, Pierre Pujo! Demandez donc à vos mentors bordelais pourquoi! Ni non plus de ceux qui, las de combattre et soucieux uniquement de préserver leur standing de petits-bourgeois, susurent "Démocratie royale, pourquoi pas?"
 
Nous vous entendons pleurer, Cybermilitant. Quoi? Vous avez l'excuse de "découvrir" l'A.F.? Eh bien, vous auriez dû en apprendre l'histoire, lire et relire de façon approfondie nos Maîtres et vous renseigner honnêtement sur les possibilités d'être utile à son Pays en province, au lieu de vous jeter la tête la première dans le seul camp, celui de l'inutilité, dont il est impossible de revenir. La politique d'Action française est une affaire trop sérieuse pour l'abandonner à des jean-foutres. Enfin, souhaitons que vous réussissiez mieux vos études supérieures que vos débuts en politique! Une chose est sûre: la Restauration, elle ne passera pas par vous!
 
Il nous est impossible de vous saluer.
 
Le Secrétaire

Voir les commentaires

Ce que propose l'Action française Toulouse aux étudiants

Publié le par Section de Bordeaux & Basse-Guyenne

Votre question:

 

Madame, Monsieur,

j'habite sur Toulouse et je suis très intéressé par le groupe Action Française étudiante que je suis depuis quelques temps déjà. Je souhaiterais assister à une réunion du groupe et en parler avec d'autres jeunes (je suis étudiant en ***). Auriez-vous certaines informations ?

Je vous remercie pour l'aide que vous pourrez m'apporter.

Pts interro

 

Notre réponse:
 
Je vous remercie pour l'intérêt que vous portez à l'Action française. Notre section d'Action française de Toulouse & Haut-Languedoc, rétablie en 2008, est la seule organisation royaliste active à Toulouse et dans le Languedoc. Elle groupe des gens de toutes origines et de toutes professions. Autant dire que, si l'on veut se former et militer utilement pour la France, c'est là qu'il faut être pour ne pas perdre son temps! En liaison étroite avec nos sections de Bordeaux & Basse-Guyenne, de Bayonne & pays basque et avec la petite dernière, créée cette année, de Pau & Pyrénées, la section de Toulouse permet à l'école de pensée réaliste de Maurras, Bainville et Daudet de rayonner dans tout le Sud-Ouest en ce début du XXIème siècle. En soi, cela est remarquable et montre la perpétuelle jeunesse de notre pensée et l'originalité de notre démarche. En effet, nous ne sommes ni un parti politique qui cherche à se répartir des places, ni des nostalgiques d'un Age d'or vivant dans une rêverie romantique, ni un groupuscule extrémiste qui pousse à la guerre civile. Notre action modestement politique entend servir la France qui existe et qu'il faut défendre, parce qu'elle est notre bien commun le plus précieux sur le plan temporel; elle se fonde sur l'analyse des faits politiques actuels.
  
La section d'Action française de Toulouse & Haut-Languedoc essaie donc d'agir sur les deux plans de l'esprit et de la présence physique; sauf exception, elle ne sépare pas les adultes des étudiants.
 
1/ Sur le plan de la formation des esprits:
 
Elle organise, aussi régulièrement que possible, des conférences destinées au public patriote sur des sujets d'actualité politique et économique ou historiques.
 
En ce qui concerne les étudiants, votre préoccupation, leur présence dans nos rangs est assez variable d'une année sur l'autre; elle n'est jamais très nombreuse, car nos idées ne sont pas en vogue, et il y a peu de chance que cela change prochainement. D'ailleurs, la plupart des jeunes qui viennent à nous le font pour des raisons superficielles: anticonformisme passager, désoeuvrement post-bac', dilettantisme intellectuel, velléité de se donner une figure intéressante. Notre point faible, aux yeux de ces jeunes gens pressés de réussir (et de leurs parents), est qu'évidemment, nous n'offrons pas de places, nous ne boustons pas les carrières. Mais notre action plus profonde, se situant sur la longue durée, offre aux jeunes Français la seule occasion d'être utiles à leur Pays en combattant le Régime de mort qui l'oppresse et l'amoindrit.
 
L'adhésion à l'A.F., au contraire, doit être bien réfléchie. Si elle est sincère, elle dure (sous différentes formes) toute la vie. Elle n'exclue pas le sentiment: amour de la Patrie et de ses gloires, dévouement à la Famille royale, camaraderie bien comprise, mais sa base est la réflexion personnelle et ajoutons: la lecture de nos Maîtres. D'où l'utilité d'appartenir à une section constituée, où des aînés et des cadres peuvent vous conseiller dans vos lectures, par leur propre expérience politique, etc.
 
Comme responsable régional, nommé par Pierre Pujo (+), je supervise personnellement la formation politique aux idées d'A.F. En fonction de la demande, celle-ci se réalise par des cercles de formation périodiques, qui traitent des thèmes les plus divers. On croit généralement que la pensée d'A.F. est une abstraction de haut vol, rien n'est plus faux: il n'y a pas plus réaliste et plus scientifique que de partir de constatations faites sur le réel, pour en dégager des lois plus générales de la constitution et de la vie des sociétés. L'empirisme organisateur n'est pas un dogme, mais une méthode. Si vous avez des amis intéressés, n'hésitez pas à leur faire part de notre existence.
 
Vous vous posez sans doute la question du nombre? Quant il s'agit de créer, le nombre ne fait rien à l'affaire: la Restauration de la Nation française est nécessaire. Elle sera longue. "Nous agissons pour 1950", disaient les Fondateurs de l'A.F.: dites-vous que nous, nous agissons pour 2050. Les outils politiques et intellectuels qu'ils nous ont légués sont là, inemployés: à nous d'apprendre à les manier intelligemment!
 
Loin de s'enfermer dans une chapelle, une bande de copains, il faut aller au peuple, au pays réel, qui étudie ou travaille et ne politique pas. Non par démagogie, mais parce que le royalisme ne s'adresse pas qu'à une classe privilégiée, à un club fermé, mais à tous les Français qui veulent être dignes de ce nom. Les années qui s'annoncent seront difficiles. Il est d'autant plus indispensable que les Français conscients tâchent de propager la Vérité politique et défendent, contre les démocrates peu soucieux de l'avenir du Pays, le seul intérêt national. Mais ne vous faites pas d'illusion: voir le succès, disait Maurras, est une affaire de chance personnelle.
 
2/ Sur le plan de l'action militante:
 
Des ventes à la criée de notre Journal, L'Action Française 2000, - qui sont un excellent exercice militant, - ont lieu à Toulouse. Ces actions de rue sont plutôt réservées aux jeunes gens.
 
Depuis 2009, nous organisons aussi l'après-midi du deuxième dimanche de mai, jour de la fête nationale de Jeanne-d'Arc, une cérémonie publique d'hommage à la Sainte de la Patrie au pied de sa statue. Il est important d'y participer afin de marquer son attachement à la France éternelle.
 
Ainsi, par notre propagande désintéressée en faveur de la Vérité politique, espérons-nous être dignes de nos grands aînés. Le mieux, donc, pour nous rencontrer, serait que vous veniez à notre réunion de rentrée, dont la date n'est pas encore arrêtée. Si vous voulez, je vous en ferai part.
 
En espérant avoir répondu à votre question, je reste à votre disposition pour d'autres contacts et vous prie de bien vouloir agréer l'expression de mes sentiments d'A.F. cordiaux,
 
Le Délégué régional de l'Action française
dans le Grand Sud-Ouest,
Vincent GAILLERE
 
4 Piliers Fédération
 
On trouvera, ci-dessous,
le lien vers le site de la section
de Toulouse & Haut-Languedoc
de l'Action française:
  

Voir les commentaires

Le Comte de Paris et la Restauration

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F.

Devant l'afflux de messages portant sur des thèmes susceptibles d'intéresser nos lecteurs, nous avons décidé d'inaugurer une nouvelle rubrique, dans laquelle nous répondrons aux questions essentielles que vous nous posez.
 
A vos plumes!
 
A.F.-Grand Sud-Ouest
 
Pts interro
 
Votre question:
 
Bonjour,
on me signale qu'une tentative de retour à la monarchie en 1939 fut proposée au comte de Paris à Bruxelle mais il n'osa pas , il n'y croyait pas. De Gaulle essaya également en 43, 45 46 et en 68.
Qu'en pensez vous ?
Bien cordialement
B***
 
Notre réponse:
 
Bonjour, B***!
 
Merci de votre message. Vous direz à votre informateur qu'il est un peu vague... Jamais entendu parler de ces tentatives!
 
Pour ce qui est du feu Comte de Paris, qui aurait dû régner sous le nom de Henri VI, sa volonté de prétendre au Trône de France est patente. C'est grâce à son action que la loi d'exil des Princes de la Maison de France a pu être abolie en 1950. Ce qui permet, aujourd'hui, aux Français de bonne volonté d'aller acclamer son petit-fils, le prince Charles-Philippe, duc d'Anjou, à Limoges en octobre dernier.
 
De même, la Famille de France s'est-elle engagée dans la défense de l'Algérie française (un de ses fils y est mort, et l'actuel Comte de Paris, Duc de France, y a gagné la Croix de la Valeur militaire). Sur un plan politique, les différents Prétendants ont lutté contre les tentatives d'intégration européenne dont nous crevons aujourd'hui. La Maison de France possède donc toute sa légitimité dynastique et patriotique aux yeux des bons Français.
 
Il n'a pas dépendu que des Princes de sauver la France, loin de là! Pour une Restauration, il faut plusieurs facteurs:
 
- des évènements diplomatiques, politiques, économiques ou sociaux graves (une crise économique par exemple);
- des fautes irréparables du gouvernement républicain;
- que le Prince prétende activement (et pas à des milliers de kilomètres) et soit prêt à répondre au premier appel;
- une élite de royalistes politiques et pas mondains (l'Action française est le seul mouvement royaliste pourvu d'une doctrine);
- des complices aux postes-clés de l'Etat (Armée, police, Administration, classe politique) qui sachent ce qu'ils veulent et en acceptent les conséquences;
- enfin le consentement d'une large majorité du peuple (acquise du fait des circonstances).
 
Ni en 1934, ni en 1939, ni en 1943, ni en 1946, ni en 1968, ni aujourd'hui, ces conditions ne sont réunies. Cela n'enlève rien au fait que la France meurt de la Démocratie, qui la ruine, et qu'elle revivrait par le bienfait de la Monarchie. Bien entendu, la Monarchie ne règlerait pas tous les problèmes d'un coup de sceptre magique; mais, représentant l'ordre et la tradition rajeunis, ayant pour elle la longue durée, elle serait en position excellente pour y remédier sans heurts.
 
Si donc on veut être utile à son Pays, il faut être un royaliste conscient, partisan d'une monarchie à la française, où le Roi règne et gouverne dans les affaires régaliennes, abandonnant aux corps intermédiaires (Famille, Commune, Provinces, Professions) l'administration courante. L'autorité en haut, les libertés en bas, ou si vous préférez: le Roi, président des républiques françaises. C'est la politique de la Maison de France depuis le Comte de Chambord jusqu'à l'actuel Comte de Paris, Duc de France, qui règnera sous le nom de Henri VII.
 
Bien cordialement,
 
Rémy

Voir les commentaires