cette semaine dans l'action francaise 2000

L'Action française Grand Sud-Ouest dénonce une usurpation de la "Nouvelle Droite": la "Nouvelle librairie nationale" de 2018!

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

Voir les commentaires

Le cas Viansson-Ponté à L'Action Française 2000 (suite du dossier)

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

L'Action Française Aquitaine, organe de la fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française, fête dignement, en ce mois de septembre 2016, par une série d'articles sur certains dessous de groupuscules et de personnalités se réclamant abusivement de notre école de pensée, son joyeux anniversaire! Dix ans d'activité continue sur internet et sur le terrain au service du nationalisme intégral, qui peut en dire autant? Résolue à poursuivre, par tous les moyens à sa disposition et suivant la ligne de la Fédération, son combat exclusif pour le Peuple français, L'Action Française Aquitaine invite ses lecteurs de plus en plus nombreux à ne pas hésiter à répercuter ses articles fouillés sur les réseaux sociaux.

Dans un précédent article ( http://af-aquitaine.over-blog.com/2016/08/le-cas-viansson-ponte-l-action-francaise-2000-a-l-encan.html ), nous avons levé le lièvre de l'intrusion de M. Jean Viansson-Ponté ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Viansson_Pont%C3%A9 ), l'un des pontes journalistiques du Régime, dans le saint des saints du Journal de notre école de pensée, et sur les nombreuses questions qu'elle pose. Les réactions d'abonnés et de simples lecteurs ont été à la hauteur de l'indignation que cette manœuvre occulte soulève. Nous poursuivons donc ici, comme exigé par nos lecteurs, notre enquête.

Faut-il encore acheter L'Action Française 2000?

Comme disait un syndicaliste du dix-neuvième siècle: "N’achetez jamais un journal, vous ramèneriez un patron à la maison!" Question à 1 000 000 d'euros depuis que le patron de Presse en vue et grand bourgeois conservateur Jean Viansson-Ponté (de la famille du journaliste libéral hostile à l'Algérie française Pierre Viansson-Ponté) est membre de son conseil d'administration, est-ce aussi vrai pour L'Action Française 2000? A l'époque de Maurice et de Pierre Pujo, les "barons Pié", grands prêtres du libéralisme politique et économique, restaient hors de L'A.F. Puisque son successeur, Mlle Pujo, en a jugé autrement, il n'est pas inutile de se renseigner sur les marottes du nouvel administrateur; on lira ci-dessous un échantillon des idées de ce curieux nationaliste d'aèfe:

http://www.strategies.fr/actualites/medias/234908W/2-13-3441/s-adapter-a-un-contexte-de-decroissance.html

Pour M. Viansson-Ponté, libéral simpliste qui ne croit pas à la force des idées mais à la seule puissance de l'Argent (sur les liens entre Grande Banque et Presse quotidienne régionale, lire: http://docpresse.esj-lille.fr/2012/07/10/credit-mutuel-ebra-est-republicain/), déguisée en "logique économique" en symbiose avec le Pouvoir, la "décroissance" justifie probablement toutes les audaces économiques et politiques, dans la Presse quotidienne régionale comme nationale, dans la presse d'information comme dans celle d'opinion, qui ne saurait être dans son esprit que le parent pauvre de la Grande Presse. Aujourd'hui, on se serre la ceinture, demain on renonce à ses droits syndicaux et pourquoi pas politiques. Pour se faire une idée de la main de fer qu'il fait peser sur la profession, distribuant sans complexe les bons et les mauvais points (lol), et de ses rapports "copain comme cochon" avec le Pouvoir actuel, on se reportera à l'éloquente section "Relations avec les Pouvoirs publics" du rapport d'activité pour l'exercice 2014-2015 de son "Union de la Presse en région" (de province, en bon français!), son bébé: http://www.upreg.fr/wp-content/uploads/2015/07/Rapport-annuel_UPREG_Juin-2015-BAT.pdf .

L'homme du "politiquement-correct"?

On observera aussi avec intérêt que M. Viansson-Ponté, en novembre de l'an dernier (http://www.fondationvarenne.com/frontpage?page=9 ; http://www.fondationvarenne.com/2015-presse-quotidienne-regionale-departementale), a fait partie du jury du prix de la fondation clermontoise Varenne qui porte sans honte le nom méprisé de ce socialiste antipatriote de la Belle Epoque, maire de Saint-Eloy-les-Mines, ennemi de Maurras et du Maréchal ( http://www.fondationvarenne.com/alexandre-varenne/biographie). (Cette année, on notait la présence du "droitiste" sarköziste "François d'Orcival", également "personnalité qualifiée" au sein de son conseil d'administration, qui est désormais bien en Cour dans le paysage de la Presse démocrate!...) Ce genre d'institution, où se cooptent les puissants pour maintenir leur domination idéologique de Gauche, permet aux hommes d'influence d'exercer leur emprise sur la jeune génération de journalistes et de se créer une clientèle toute dévouée de "professionnels", du fait de son fonctionnement très souple, pour ne pas dire arbitraire... ou "souverain" ("L’examen des dossiers et le choix des lauréats seront confiés à un jury indépendant composé de professionnels de la presse et de la communication. Celui-ci, souverain dans ses décisions, se réservera le droit de modifier le montant de la dotation et le nombre de lauréats en fonction de la qualité des travaux reçus": http://www.fondationvarenne.com/concours-prix-varenne/journalisme/prix-varenne-de-la-pqr-pqd/presentation).

On n'insiste pas assez sur le caractère rétrograde et hypocrite du patronat français; c'est aussi pour cela qu'il faut un Pouvoir fort (qui ne soit pas celui de M. Jean d'Orléans). Alors qu'aux Etats-Unis, leur grand modèle, leur seconde patrie, - à moins que ce ne soit la première, - on désamorçait dès l'Entre-deux-Guerres la lutte des classes par une politique sociale généreuse, en France, on n'a accepté celle-ci que contraint et forcé par la Guerre froide, tout en faisant payer cette assurance contre la Révolution - et non pas contre-révolutionnaire! - par les classes moyennes, et on s'efforce de la limiter le plus possible à la moindre occasion. Nous vivons bien dans une époque où le patronat est aussi inconscient et égoïste qu'en 1936!

"Not' bon maître" Viansson-Ponté, la liberté de la Presse et la propagande

Mais prenons au hasard, telles qu'elles sont officiellement livrées au grand public, quelques-unes des opinions du grand patron de droit divin qui est désormais "not' bon maître"! On lira ainsi plus bas le compte rendu de sa récente et incroyable audition (avril 2016, "accompagné de Mme Haude d'Harcourt, conseillère chargée des relations avec les pouvoirs publics": https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=8F1D3A0490E416A29B87AC2CB8C1C43C.tpdila16v_1?cidTexte=JORFTEXT000032447553&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000032447114), au titre de la Presse quotidienne régionale, par une commission d'enquête de la Chambre des députés sur les moyens de la lutte antiterroriste, dans laquelle il décerne au Régime un satisfecit que, malgré l'état d'urgence, la liberté de la Presse est intacte; sans doute faut-il comprendre que l'autocensure, en temps normal comme en temps de guerre, est si bien intégrée depuis l'école par les journalistes, qu'il n'y a nul besoin de mesures autoritaires ou répressives!

Il est paradoxal qu'en introduction de son propos, le président d'un organisme corporatif ne s'étonne pas (ou ne s'indigne pas!) qu'on le convoque dans une enquête qui concerne essentiellement les forces de police et les services de renseignement. La Presse n'est-elle qu'un vulgaire auxiliaire de la "Justice"? Qu'est devenue l'indépendance et la dignité de la Presse française par rapport à l'ignoble appareil répressif de l'Etat républicain? C'est bien la question qui se pose aujourd'hui à L'Action Française 2000!

http://www.assemblee-nationale.fr/14/pdf/cr-cemoyter/15-16/c1516017.pdf

Dans un autre congrès récent (juin 2016) de l'association des maires de France ( http://www.amf.asso.fr/), présidée par le politicien arriviste François Baroin, fils du grand maître du Grand-Orient, M. Viansson-Ponté semble voir dans la Presse quotidienne régionale le complément de la propagande (dite "communication") des collectivités locales (ces nouvelles féodalités), et se désole que sa pédagogie ne permette pas au lecteur de surmonter son ignorance (ou sa méfiance? ou son antidémocratisme foncier?) des élus et de tout le bien qu'ils nous font:

http://www.amf.asso.fr/upload/fichiers/documents/AMF_23749TELECHARGER_L_ARTICLE_SUR_L_ATELIER_COMMUNICATION_PUBLIQUE.pdf .

"J’aime travailler en meute"

Il est vrai que les deux se servent mutuellement la soupe (voir l'article dithyrambique, p. 22 du n° 93 de juin 2009 de Côte-d'Or Magazine: http://www.cotedor.fr/files/content/sites/cg21-2/files/communication-cg21/cotedormag-cg21/cotedormagazine-pdf/CotedorMagazine093-juin2009.pdf)... Avis au passage aux gens d'Axion Front-XVI: comme il sied à sa mentalité de grand patron, "not' bon maître" Viansson-Ponté aime "travailler en meute : modérer les échappés, faire monter les trainards"! On appréciera l'image, bien caractéristique d'une personnalité autoritaire, d'un projet politique et éditorial en adéquation avec la brutalité du libéralisme et d'une vision clanique du fonctionnement de la Presse. Attention aux retardataires réactionnaires qui ne seraient pas dans le sens du Progrès et de l'Histoire!

Il ressort clairement de ces interventions où il apparaît au naturel que le nouvel administrateur est résolument du côté du manche régimiste qui a si souvent frappé les camelots du Roi. Voilà pour le beau contre-révolutionnaire que M. Viansson-Ponté était il y a trois mois encore... avant son accession au conseil d'administration de L'Action Française 2000! Ne doutons pas que la fréquentation de ses nouveaux et compétents collègues transformera en profondeur ce libéral soixantenaire en jeune premier du nationalisme intégral!

Un obsédé du caporalisme d'entreprise à tous les étages

Mais un autre aspect de "not' bon maître" doit retenir notre attention. "M. Viansson Ponté, né Viansson Ponte (Jean, Jacques, Marie)", ce noble chevalier d'industrie... et de l'ordre national du Mérite et de la Légion d'honneur (https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000032295678 ; https://www.lalettrea.fr/journalistes-medias/2016/03/31/jean-viansson-ponte-decore-du%C2%A0ruban-rouge,108139450-BRL) appliquera-t-il à L'A.F. 2000 la politique de concentration des organisations professionnelles "représentatives", son obsession (http://www.ofop.org/articles/2015/11/vers-une-organisation-unique-reunissant-presse-regionale-et-presse-nationale), qu'il vante tant pour la Presse régionale (c'est-à-dire une perte sèche d'autonomie, sans autre avantage que des "économies d'échelle")?...That is the question... avec celle de la ligne politique aux prochaines présidentielles!

Rappelons que, si elle ne doit pas être étrangère à une gestion saine, opérée par ses membres les plus capables, l'Action française, Journal et Mouvement politiques, "préfigure" en quelque sorte la Société "hérissée de libertés" et de corps différenciés et libres ("autogérés") que la Monarchie nouvelle, si elle est instaurée un jour, devra impérativement favoriser! A n'en pas douter, Maurras lui-même, - et Pierre Pujo, - auraient été opposés irréductiblement à la combinaison Viansson-Ponté!

Mais cette obsession pour une concentration "organisationnelle" caporaliste ne se limite pas au monde corporatif; elle s'applique en premier lieu aux organisations de presse elle-mêmes; le prétexte de la perte du lectorat lui fournit son argument principal: http://www.lenouveleconomiste.fr/la-pqr-est-morte-vive-la-pqr-18460/. L'illustre Viansson-Ponté ne déclarait-il pas en novembre 2012 que "la presse quotidienne régionale reste très attachée au support papier même si elle intègre dans ses développement stratégiques le support numérique. La PQR s'interroge sur les attentes de ses lecteurs, sur les coûts de fabrication et de distribution du support papier et sur les synergies possibles pour diminuer le coût d'approche des zones les plus reculées et les moins denses" (http://www.inigraph.fr/Page-de-contenu)? Derrière le jargon gestionnaire, les "attentes des lecteurs" ont bon dos, alors qu'il est patent, à L'Action Française 2000, qu'on en tient moins compte que jamais!

Caporalisme corporatif, caporalisme d'entreprise: dès lors, quelle autonomie, quelle liberté reste-t-il, sous un patron unique, à des journaux qui ont des histoires différentes, des traditions, des publics, des tons différents? Tout ce qui en reste, dans le monde orwellien de M. Viansson-Ponté, c'est une infinie nuance de gris (50 Shades of Grey)! Hé bien, l'Action française ne veut pas faire partie de ce consensus conformiste! En dépit des dizaines de milliers d'euros qu'il pourra mettre dedans, au nom de ses mandataires, elle ne leur appartiendra jamais! Son ton nationaliste et anticapitaliste est inconciliable avec celui, libéral, de son nouveau patron!

Une O.P.A. sauvage sur L'Action Française 2000?

Il va sans dire qu'en période préélectorale, la constitution d'un grand trust rassemblant les quelques titres de la "Droite dure" (au nombre desquels on compte désormais, avec Valeurs Actuelles et tel magazine apolitique, L'A.F. 2000) faciliterait grandement la tâche antipatriotique des candidats de Droite les moins nationalistes (le Juppé, par exemple) pour rassembler le troupeau moutonnier de la bourgeoisie réactionnaire et "catho", et l'aider à faire le "bon choix"! Cette opération serait une forme d'application au public conservateur ("Un mot qui commence mal", disait au début du XXème siècle le très anticapitaliste Duc d'Orléans) du totalitarisme mou de la Pensée Unique, très hollandienne au fond...

Dans quelle mesure la prise de participation de M. Viansson-Ponté dans L'Action Française 2000 est-elle spontanée? Comment imaginer un seul instant que ce grand bourgeois libéral, soucieux de ses intérêts, lié par position au maintien du Régime et récompensé par lui, puisse le moins du monde favoriser (financer!) une entreprise déficitaire, authentiquement vouée à la destruction du faux ordre démocratique! Si nous ne nous trompons pas, de qui donc M. Viansson-Ponté est-il l'homme de paille?

Car, de deux choses l'une:

- ou L'Action Française 2000 et son appendice activiste Axion Front-XVI sont authentiquement (contre-)révolutionnaires et veulent un changement radical, institutionnel et social en France, et alors un bourgeois ne peut décemment pas les financer;

- ou ils ne le sont pas, et, dans ce cas, ils sont les complices du Régime, conscients ou pas, suivant leur degré de roublardise politique et leur propre place dans leur "hiérarchie" interne.

Il n'y a pas de troisième terme dans l'équation que pose la parachutage de M. Viansson-Ponté. Pour les organisateurs optimistes de ce parachutage, le silence face aux questions fondamentales que pose la fédération Grand Sud-Ouest de l'Action française sera de moins en moins tenable...

Un gestionnaire à courte vue... ou un liquidateur sans scrupules?

En tout cas, chose plutôt inquiétante pour L'Action Française 2000, dont les finances sont loin d'être florissantes, on sait que M. Viansson-Ponté s'y connait en matière de liquidation des actifs au détriment de sa propre corporation: http://dirigeant.societe.com/dirigeant/Jean.VIANSSON-PONTE.22260629.html . Il n'y a rien d'étonnant que ce grand patron conformiste sacrifie au dogme, - véritable vache sacrée de l'ultralibéralisme thatchérien, - de la liquidation systématique des actifs (comme si dégager des liquidités à court terme était pour une entreprise une fin en soi et la solution à tous ses problèmes structurels!).

Sans doute, la "vente des bijoux de famille" d'une société, cela est actuellement commun, non seulement dans le privé, mais dans les entreprises publiques et dans l'Etat (rappelons le scandale de la braderie de l'immobilier de l'Etat, par exemple de l'ancienne préfecture de Bordeaux, où officiait Maurice Papon, dont une partie a été acquise par de riches familles aristocratiques du Bordelais, déjà propriétaires de monuments historiques qu'on pourrait nommer!). Pour autant, est-ce de bonne gestion que de réaliser des actifs pour suivre une mode? A part ses locaux parisiens, quels sont les actifs que L'A.F. 2000 pourrait vendre? Est-ce que les profits ainsi rapidement réalisés servent réellement à moderniser l'outil de travail ou à s'en mettre plein les poches? Une chose est sûre: cela fait en tout cas marcher les promoteurs immobiliers et dans le Système capitalistique, tout se tient: "Je te fais faire une bonne affaire, tu me renvoies l'ascenseur!"

Ceux qui ont réfléchi aux questions économiques (Th. Philippon, par exemple) savent que le problème majeur des entreprises françaises, c'est le renouvellement des cadres et la promotion interne des employés méritants, au lieu de monopoliser les postes à responsabilités par de pseudo-élites de fils à papa issus des grandes écoles qui sortent des formules magiques avant d'ouvrir leurs parachutes dorés.

On sait aussi comment M. Viansson-Ponté procède en matière de dialogue social (http://www.filpac-cgt.fr/IMG/pdf/2011-03-30-reponse_a_JVP.pdf ; http://www.snjcentrefrance.com/2011/03/negociation-salariale-spqr-un-nouveau-coup-pour-rien/). On retrouve, dans cette morgue autiste de grand bourgeois qui refuse d'écouter le petit personnel (sauf les "jaunes", Bel-Ker, sauf les "jaunes"!), tout ce contre quoi l'anticapitalisme national de l'Action française a toujours combattu!

La curieuse politique du crafe

Si M. Viansson-Ponté, ce ponte du patronat, entre en force dans le capital de L'A.F. 2000 et dans sa direction, il est difficile de croire qu'il s'agisse d'une initiative isolée du P.D.G., Mlle Pujo. Elle a forcément été conseillée. Par quel homme d'affaires cosmopolite? De même, il est difficile de penser que les squatteurs sans titre des locaux parisiens, le groupuscule parisianiste Axion Front-XVI, aient été totalement ignorants de ce tour de passe-passe. Il est impossible qu'ils n'aient pas vu que cela signifie à terme l'aliénation de notre indépendance! En tout cas, ils n'ont rien fait, ces fameux "disciples de Proudhon", pour s'opposer à cette mainmise oligarchique!

Mais il est vrai que, vu la sociologie aristocratico-bourge du crafe, ce changement de ligne, de l'hostilité affichée à la soumission réelle au Gros Argent, n'est guère étonnant. (Ajoutons que, s'il existe évidemment une classe "libérale-libertaire" dominante et antinationale, il n'en subsiste pas moins, partiellement complice de l'autre, une bourgeoisie libérale en économie, faussement "vieille France" en politique et réactionnaire en matière sociale et de moeurs! C'est celle-là, qu'au lieu du Peuple, du pays réel, le crafe vise, contre toute raison, comme "coeur de cible" de "sa petite entreprise".)

C'est une trahison de plus de la ligne d'indépendance d'esprit et d'action vis-à-vis des partis de Pierre Pujo depuis la mort de celui-ci en 2007! N'est pas l'un de ses tout nouveaux responsables centraux, l'immortel Charles-Henri d'Herpès, étudiant en géopolitique et se disant futur officier de l'Armée française, déjà connu pour son manque absolu de respect pour les Jeunes Filles royalistes, qui professe qu'au crafe de Blanchonnet, Dejouy et Bel-Ker, "On n'est ni de Droite ni de Gauche. Disons encore moins de Gauche que de Droite"!

Oui, en effet, toute la déviation d'Axion Front-XVI est là, et elle n'est pas nouvelle: Même si on se donne le frisson de voter pour la Droite dure néo-F.N. au premier tour, au deuxième tour, on votera toujours pour la Droite parlementaire, histoire de défendre le petit portefeuille d'actions de papa (dans les sociétés de M. Viansson-Ponté, peut-être?). C'est ça, et pas autre chose, les "valeurs" du crafe. Comme on est loin de l'Action française; heureusement, la fédération Grand Sud-Ouest fondée par Pierre Pujo, ses sections locales (Bordeaux & Basse-Guyenne, Toulouse & Haut-Languedoc, Pau & Pyrénées et Bayonne & pays basque) sont là pour perpétuer notre école de pensée et notre Mouvement!

Faire le ménage à l'Action française

Comme nous l'écrivions déjà, M. Viansson-Ponté est un grand patron multicartes (https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000031397370&categorieLien=id ; http://www.lasemainedupaysbasque.fr/biarritz-les-mousquetaires-au-palais-71573 ; http://www.bienpublic.com/grand-dijon/2013/06/14/le-christianisme-et-l-art; http://lecomte-est-bon.blogspirit.com/archive/2009/10/17/fils-a-papa.html). Cela seul aurait dû nous le rendre suspect. Inutile de dire qu'être la danseuse (au prix de quelles contorsions!) du grand patronat mondialiste n'est pas ce pourquoi l'A.F. a été fondée, mais pour détruire le Système économico-politique dont M. Viansson-Ponté est l'un des piliers: Pour les hommes d'Action française, c'est le moment de revenir à nos fondamentaux et de faire le ménage à l'intérieur du Journal comme du Mouvement (ou de ce qu'il en reste). La fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française, dernière fédération encore fidèle à l'exemple et aux leçons de Pierre Pujo, est prête à y aider les hommes de bonne volonté!

En tout cas, sur le cas Viansson-Ponté et de ses curieux alliés au sein même d'Axion Front-XVI, les sahibs Blanchonnet, Dejouy, Bel-Ker, Hatem, comme disent les cathos LMPT: ONLRJJJ ("On lâchera rien, jamais, jamais, jamais!!!")! Nationalistes français, restez à l'écoute!

Anticapitalisme national et indépendance d'abord!

La Presse selon M. Viansson-Ponté: une infinie nuances de gris tirant sur la perversion démocratique! L'Action française refuse d'en faire partie!

Voir les commentaires

Le cas Viansson-Ponté: L'Action Française 2000 à l'encan?

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

Il nous revient de plusieurs côtés que s'est tenu récemment une assemblée générale de la société éditrice de L'Action Française 2000, dirigée jusqu'à son décès en 2007 par notre Fondateur Pierre Pujo. Lors de cette séance, entre autres questions techniques, portant notamment sur l'allongement de l'âge-limite des administrateurs, on en a profité pour inclure, dans son organe administratif directeur, une nouvelle tête, pour le moins inattendue, - celle d'un grand patron de Presse, directeur de journaux de province, président du syndicat de la Presse quotidienne régionale, membre du conseil supérieur des messageries, etc etc...

Une première dont on se passerait

C'est la première fois, dans notre longue histoire d’opposition au Régime républicain et démocratique, que nous comptons parmi nos chefs l'un des hommes qui, dominant de père en fils l'opinion publique depuis la fondation de la République, a le plus à perdre au renversement du Régime!

A la grande époque de l'Action française, Maurice Pujo caricaturait sous le nom drôlatique de "baron Pié" ces méprisables grands bourgeois libéraux qui prétendaient, en adoptant la ligne de la moindre résistance à l'Anti-France, amadouer les républicains farouchement révolutionnaires et anticléricaux. Qu'est-ce qui a changé depuis? Eux, ou nous?

Pas de bras, pas de chocolat?

On connait la facilité avec laquelle, dans l'industrie, on change la recette du chocolat, tout en gardant le même emballage et en dupant le consommateur. Mais L'Action Française 2000, - dont notre Délégué régional Vincent Gaillère a eu l'honneur d'être l'un des administrateurs à une période critique où ils ne se bousculaient pas au portillon (n'est-ce pas, Bernard Bonnaves?), - n'est pas un simple journal d'information, c'est avant tout un journal d'opinion, l'organe, non d'un mouvement réduit à sa plus déformante expression Auteuil-Neuilly-Passy/LMPT, mais d'une école de pensée qui nous survivra et triomphera quelque beau jour. On n'y touche pas impunément, elle a des gardiens vigilants au nombre desquels se placent au premier rang la fédération Grand Sud-Ouest et ses sections locales (Bordeaux & Basse-Guyenne, Toulouse & Haut-Languedoc, Pau & Pyrénées, Bayonne & pays basque). Que, depuis 2007, la valeur politique de sa rédaction, sous des plumes étrangères à l'A.F., se soit diminuée jusqu'à zéro (0), n'autorise pas que ce titre historique, que Pierre Pujo a ressuscité, soit mis à l'encan!

Les actionnaires, et même les simples lecteurs et sympathisants de notre école de pensée, ont le droit absolu de savoir ce que signifie et ce que pèse (pèze) ce changement à la tête pour l'avenir de la ligne du nationalisme intégral et, le cas échéant, de prendre en toute connaissance de cause la décision de s'abonner ou de se réabonner! Ils avertissent fermement ceux qui seraient tentés par cette frauduleuse opération intellectuelle de double substitution (d'un nouveau contenu "Droite dure" pour obtenir un nouveau lectorat "grand public") que ce genre d'alchimie électoraliste opportuniste est voué à l'échec: le créneau est déjà pris (voir Valeurs Actuelles).

Le cas Viansson-Ponté

Mais revenons à l'occasion de cet article: M. Jean Viansson-Ponté a donc été élu au saint des saints du Journal: le conseil d'administration.

Or, pour être élu administrateur, il faut déjà être actionnaire.

Donc, M. Viansson-Ponté est actionnaire.

Deux questions se posent dès lors: pourquoi l'est-il, et pour combien?

A la première, étant donné qu'il n'a jamais été question, de mémoire de cadre, - et les cadres, spécialement de province, ont la mémoire longue, - des sympathies avouées pour le nationalisme intégral de ce grand bourgeois libéral, il semble qu'il faille exclure un engouement subit, à plus de soixante ans, pour une Cause qui postule à terme la déchéance de l'influence sur la Société de son milieu exclusif! Se pourrait-il que ce soit par pure charité désintéressée, pour sauver un titre de Presse dont la voix délicate manquerait au concert harmonieusement politiquement-correct des Presses nationale et quotidienne régionale (dont M. Viansson-Ponté souhaite d'ailleurs la fusion des syndicats)?...

On ne sache pas de toute façon que cette famille, dont l'un des membres, Pierre, journaliste au Monde, était opposant, au nom du libéralisme, à De Gaulle, ait jamais été royaliste ou nationaliste; il est douteux qu'aucun de ses membres ait jamais été défenseur de l'Algérie française ou ait soutenu l'O.A.S. ; et comme dans ces familles, les traditions politiques Juste-milieu ne se changent pas, pas plus que le sens avisé de leur intérêt matériel, - le plus important à leurs yeux de possédants, - le lecteur concluera de quelle nature est la météorite qui nous apporte ce nouvel ami! Comme aurait pu dire Maurras: "timeo Danaos et dona ferentes" (ce qu'on peut traduire à peu près par: "Je crains les dissidents, les bourges, les flics et leurs cadeaux empoisonnés!")

Comment penser qu'un Viansson-Ponté s'égare à notre Action française, qui, hostile à la "fortune anonyme et vagabonde", a toujours été anticapitaliste-nationale? Il y a là un mystère que, seuls, les maîtres actuels du groupuscule, si fidèles à l'esprit "Révolution nationale" de notre maison (cela est de l'ironie), les sidis Blanchonnet, Dejouy, Bel-Ker, Hatem, pourraient nous interpréter... à défaut de nous convaincre!

A la deuxième question, décisive en l'état de nos finances, toujours fragiles, il faut se demander si conférer des responsabilités d'importance à un actionnaire de la veille est bien sage... Le montant de son apport le justifie-t-il? Si oui, ce montant n'est-il pas trop disproportionné pour être dénué d'arrière-pensées? Le P.D.G. du Journal, Mlle Pujo, aurait-t-elle, par hasard, cédé ses parts majoritaires à ce chevalier de la Légion d'honneur (nommé par Hollande) et de l'ordre du Mérite (nommé par Sarközy) si bien en cour avec les puissants du Régime, qu'il accueille généreusement dans les banquets corporatifs, propulsant ainsi ce prestigieux patron de Presse en position de lui succéder, le moment venu? Cela serait, pour le moins, hasardeux, - un peu comme jouer le futur et l'indépendance de notre école sur un coup de dés pipés!

Pour qui sonne le glas?

Il faut bien s'interroger: Venu de l'extérieur de notre école de pensée à l'approche des élections, se pourrait-il que M. Viansson-Ponté soit un homme de paille? Il faut reconnaître que, dans ce cas de figure, ce serait un bien mauvais investissement en terme de voix ramenées au bercail; mais, pour un candidat de Centre-Gauche bien doté comme Juppé, par exemple, qui a un besoin impérieux des voix de la Droite conservatrice, ce ne serait pas forcément un mauvais calcul. On ne laisse rien au hasard quand on se croit un destin national!

Quelles sont les intentions de M. Viansson-Ponté quant au gouvernement du Journal auquel il participe désormais? On sait que sa marotte en matière de management est le regroupement en trusts d'entreprises de Presse autrefois indépendantes. Rien de bien original, apparemment, ce patron classique colle parfaitement à la doxa ultralibérale thatchérienne; il commence même à dater un peu!

Concrètement, qu'est-ce que cela signifierait pour L'A.F. 2000? Ne s'agirait-il pas de la faire entrer, sous prétexte de "rationalisation économique", de "mutualisation logistique", bien entendu, dans un trust englobant la Presse de Droite dure, c'est-à-dire sympathisante de l'U.M.P. et compatible avec le F.N. new look? Et pour qui roulera ce trust aux élections présidentielles de l'an prochain? Les éditoriaux du boutangiste Axel Tisserand, fonctionnaire à l'Assemblée nationale, nous le diront, certes, mais trop tard, car c'est maintenant que nos amis doivent savoir la vérité! Il va sans dire qu'en l'espèce, outre la perte de notre autonomie de gestion, ce serait la fin de notre indépendance politique et de notre liberté de jugement, c'est-à-dire, ni plus ni moins, la fin du Journal de l'Action française. L'école, d'aphone, se trouverait muette.

On voit que, derrière le cas particulier Viansson-Ponté, et à travers lui, il y a là une énigme passablement embrumée, mais centrale, dont nous comptons bien avoir la solution un prochain jour, et nous l'aurons, que nos fidèles lecteurs nous fassent confiance!

A.F.-Grand Sud-Ouest

Voir les commentaires

Une homonymie trompeuse

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F.

A.F._2000_Couv.JPG

 

Suite à plusieurs questions, nous précisons que l’auteur de l’article « Dexia emporté par la crise » paru dans le numéro 2826 du 20 octobre de L'Action Française 2000 n’est pas notre ami Vincent Gaillère, Délégué régional de l’Action française dans le Grand Sud-Ouest, qui ne signe les articles qu’il donne au Journal du nationalisme intégral que sous son propre nom.

Voir les commentaires

Devenez inspecteur de la vente de L'Action Française 2000!

Publié le par Fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest de l'A.F.

L'Action Française 2000  a besoin de ses amis.

 

Pour s'assurer que sa distribution est bien faite sur tout le territoire français, en métropole et outre-mer, ses lecteurs, abonnés ou au numéro, peuvent se procurer la liste des points de vente situés aux alentours de leur domicile ou de leur lieu de travail.

 

Il suffit de taper leur adresse sur le site suivant: www.trouverlapresse.com et de vérifier ensuite par eux-mêmes la disponibilité et la visibilité de notre Journal auprès des marchands.

 

Les résultats de la recherche doivent être communiqués à Mademoiselle Lainé, au Siège central (tél.: 01.40.39.92.06).

 

Merci d'avance de votre aide.

 

 

10-11 Inspection vente

Voir les commentaires

L'A.F. 2000 n° 2777 est parue: tous à vos kiosques!

Publié le par Fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest


Le numéro de rentrée de L'Action Française 2000 est paru! On y trouvera, outre les rubriques de politique intérieure, économique et étrangère habituelles, tenues par nos rédacteurs réputés, un dossier sur le grand historien d'A.F. bordelais Philippe Ariès, dont l'oeuvre est toujours vivante, dû à la plume affûtée du délégué régional de l'Action française dans le Grand Sud-Ouest, Vincent Gaillère. Il rend notamment compte du colloque de Toulouse du 27 mai dernier et de la biographie de Guillaume Gros récemment publiée. Bonne lecture!

Voir les commentaires

A Bordeaux: Vigilance et combat tous azimuts

Publié le par Rémy Perrin

Extraits du numéro 2751 du 17 février 2005 de L'Action Française 2000:

"Dans la réorganisation de la fédération Aquitaine, l'année politique 2004/2005 marque une étape décisive. Après la réception du duc de Vendôme en octobre, la Fête des Rois du 29 janvier dernier a "crevé le plafond" des années précédentes au nombre de participants. Des représentants de toute la palette souverainiste : Vive la République, R.I.F., A.R.N., A.D.M.P., Front national, U.N.F.... s'étaient en effet joints à nos fidèles amis, pour écouter les discours de Pierre Pujo, président de l'Action française (...).

 

"(...) insista dans sa causerie sur le caractère artificiel de l'introduction de la Turquie, corps étranger non par ses lois positives, mais par la géopolitique et par ses mœurs, dans l'Union européenne. Il dénonce dans le projet de constitution européenne Giscard-Chirac, le double scandale, pour un patriote, catholique et français, de l'absence de toute référence chrétienne et de la criminalisation de la "discrimination" fondée sur l'orientation sexuelle, laquelle ouvre la porte à toutes les dérives... L'orateur a enfin invité l'assistance à se méfier des faux-frères stipendiés par le Pouvoir qui sont susceptibles de s'insinuer dans nos rangs comme par le passé pour saboter nos efforts.




"Pierre Pujo, quant à lui, devait mettre l'accent sur le fait que le projet qui va être soumis au corps électoral institutionnalise une doctrine libérale comme politique économique de l'Union. Elle présente les plus grands dangers pour la sécurité du travail français : d'un côté, elle n'empêche pas la délocalisation des moyens de production hors du Marché commun, et, de l'autre, comme la directive Bolkestein le proclame impudemment, le travail salarié deviendra, au gré du patronat, un objet de spéculation hors de toute protection nationale ! Les souverainistes et l'Action française doivent impérativement porter ces orientations à la connaissance des travailleurs.


"Un fructueux débat, animé par Vincent Gaillère, délégué régional de l'Action française, s'ensuivit, d'où il ressort des différentes interventions, notamment celles de André Louberssac, Christophe Bugeau, du R.I.F., Hervé Berbille, directeur de la Lettre de B.R.N. et Kavan Herbin, secrétaire général de l'A.R.N. (groupe d'Asnières) que la victoire du "NON" au référendum est possible, en particulier grâce au revirement des syndicats, conjugué à une action énergique de notre part.


"Une minute de silence a été observée à la mémoire de notre ami Jean David, décédé en juin dernier, avant que soient ouvertes les agapes.


"A.F. Aquitaine."

Voir les commentaires

L'A.F. 2000 n° 2767 est parue: tous à vos kiosques!

Publié le par Fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest



En-dehors des rubriques d'actualité habituelles, il est à noter un article nous emmenant "A la rencontre des ligueurs d'A.F.", par notre délégué régional.

Voir les commentaires

L'A.F. 2000 n° 2766 est parue: tous à vos kiosques!

Publié le par Fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest

Voir les commentaires

L'A.F. 2000 n° 2765 est parue: tous à vos kiosques!

Publié le par Fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest

Voir les commentaires

L'A.F. 2000 n° 2764 est parue: tous à vos kiosques!

Publié le par Fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest

Voir les commentaires

L'A.F. 2000 n° 2763 est parue: tous à vos kiosques!

Publié le par Fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest

Voir les commentaires

L'A.F. 2000 n° 2762 est parue: tous à vos kiosques!

Publié le par Fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest

Voir les commentaires

L'A.F. 2000 n° 2761 est parue: tous à vos kiosques!

Publié le par Fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest

Voir les commentaires

L'A.F. 2000 n° 2760 est parue: tous à vos kiosques!

Publié le par Fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest

Voir les commentaires

L'A.F. 2000 n° 2759 est parue: tous à vos kiosques!

Publié le par Fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest

Voir les commentaires

L'A.F. 2000 n° 2758 est parue: tous à vos kiosques!

Publié le par Fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest

Voir les commentaires

L'A.F. 2000 n° 2757 est parue: tous à vos kiosques!

Publié le par Fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest

Voir les commentaires

L'A.F. 2000 n° 2756 est parue: tous à vos kiosques!

Publié le par Fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest

Voir les commentaires

L'A.F. 2000 n° 2755 est parue: tous à vos kiosques!

Publié le par Fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest

Voir les commentaires

L'A.F. 2000 n° 2754 est parue: tous à vos kiosques!

Publié le par Fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest

Voir les commentaires

L'A.F. 2000 n° 2753 est parue: tous à vos kiosques!

Publié le par Fédération Aquitaine

Cette semaine chez tous les bons kiosquiers, vous trouverez L'Action Française 2000 n° 2753, valable tout le mois d'août. Notre rédacteur en chef, Michel Fromentoux, y décortique, dans un éditorial mordant et dans un article historique intitulé De Philippe-Egalité à Jack Lang, la pitoyable palinodie de la réforme constitutionnelle.



Notre chroniqueur médical, le Dr Jean-Pierre Dickès, dénonce avec force les manoeuvres insidieuses des partisans de l'euthanasie. Thidal évoque les points positifs (si, si, il en existe!) de la réforme militaire... (On se reportera aussi, pour une vue complète de l'état de la question, à l'article déjà publié sur le même sujet dans le blogue de la Fédération: http://af-aquitaine.over-blog.com/article-20936338.html.)

Notre chroniqueur judiciaire, Aristide Leucate, nous apprend les derniers développements de la justice mémorielle anti-Algérie française.

Notre correspondant permanent aux Etats-Unis, Philippe Maine, revient longuement sur l'important arrêt de la Cour suprême confirmant la liberté des heureux citoyens de ce pays de posséder une arme pour la défense de leurs droits. Pascal Nari, dans sa chronique de politique étrangère, soulève le voile sur les tenants et les aboutissants de la crise internationale née de la volonté de l'Iran d'acquérir la puissance nucléaire.

Plus revigorante est la lecture du portrait fait par Michel Fromentoux de la très populaire reine Béatrice des Pays-Bas, ainsi que la rubrique littéraire pétillante de vie d'Anne Bernet.

Il en va de même de la recension par Aristide Leucate de la publication par Christophe Dickès de sa thèse de doctorat sur Jacques Bainville: Les lois de la politique étrangère (éd. Bernard Giovanangeli, 2008, 23 €), et de la véritable leçon de politique naturelle, Sagesse du nationalisme, que nous livre, dans la rubrique doctrinale Les grands textes politiques, Gérard Baudin à propos d'Antonio de Oliveira Salazar. L'économiste Patrice Mallet dénonce, quant à lui, les déraisons de la libéralisation.

Enfin, la page Mouvement nous apprend deux nouvelles. L'une, triste, celle du décès du doyen de la fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest, maître Antoine Murat, membre honoraire du Comité directeur de l'Action française (nous reproduirons plus loin l'article nécrologique plein d'amour que lui consacre notre rédacteur en chef).



L'autre, joyeuse, témoigne du rebond significatif de notre école politique après la disparition de Pierre Pujo, dans la fidélité à sa mémoire et aux principes fondamentaux du nationalisme intégral: ainsi que nous l'avions annoncé récemment, la 56ème Université d'été de l'Action française est organisée, sous le haut patronage du président du Comité directeur, par la section Béarn-Bigorre-pays basque-Landes à Biarritz, du 28 au 31 août prochains.

Tous les renseignements complémentaires seront donnés en temps utile sur le blogue de la Fédération, mais toutes les questions d'ordre pratique des étudiants et lycéens des deux sexes intéressés par l'Action française peuvent d'ores et déjà être adressées à l'adresse courriel suivante: contact@actionfrancaiseaquitaine.com . Il y sera répondu aussi promptement que possible.

Le tarif est fixé à 80  € pour la durée de l'Université d'été, et les inscriptions se font à compter d'aujourd'hui par voie postale et sont à renvoyer avec le règlement par chèque à l'ordre de: C.A.E.C.,  avant le 21 août, à l'adresse suivante:

C.A.E.C.
B.P. 80093
33035 BORDEAUX CEDEX.

Nous remercions nos amis de France et de Navarre, qu'ils soient militants confirmés ou simples sympathisants, de répondre nombreux à notre appel et de réserver particulièrement les journées des 29 et 30 août pour assister à ce cycle de formation théorique et pratique d'un intérêt sans équivalent. L'Université d'été de Biarritz 2008 ne démentira pas, par par la qualité des interventions et par la joyeuse ambiance d'amitié française qui l'animera, les glorieuses traditions des camps d'A.F.

La séance continue.




Voir les commentaires

L'A.F. 2000 n° 2752 est parue: tous à vos kiosques!

Publié le par Fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest

Encore un excellent numéro de L'Action Française 2000 de paru! Le n° 2752 comblera, par sa perspicacité, tous les Français conscients et organisés qui veulent le rétablissement d'une Monarchie d'utilité publique!

Un grand entretien accordé, à l'occasion du centenaire du Journal, par Jean Madiran, directeur émérite de Présent, resitue l'influence de l'Action française dans son siècle.

L'éditorial de Michel Fromentoux analyse la comédie du 14-Juillet autour de la pseudo-union méditerranéenne. Un autre article de lui retrace l'évolution des rapports des pays riverains de la Méditerranée, cependant que Nicolas Hainaut trace des perspectives d'avenir.

Aristide Leucate dresse le tableau de la politique de l'immigration qu'il faudrait à la France et, quelques pages plus loin, évoque brillamment la mémoire de l'écrivain A.D.G. Dans un article économique, Patrice Mallet explore l'impossible équation des déficits.

Pascal Nari consacre sa chronique diplomatique aux incertitudes de la Turquie d'Erdogan. Anne Bernet, quant à elle, nous propose quelques polars particulièrement de saison. M. Fromentoux brosse un portrait particulièrement vivant du roi Charles XVI Gustave de Suède, un modèle de souverain constitutionnel.

La chronique philosophique de Gaël Fons traite du dernier livre de Renaud Camus sur la culture, et celle de Stéphane Blanchonnet de... Nietzsche!

Dans le sillage de l'article dans le précédent numéro de notre délégué régional, Jean-Philippe Chauvin, se basant sur les actes du colloque sur L'Action française: Culture, Société, politique, parus aux éditions du Septentrion (Paris, 2008, 24 €), nous donne un article-fleuve sur les nationalistes et l'A.F. au début du XXème siècle.

Enfin, ce qui fera enrager les dissidents, on apprend que nos finances se portent (relativement) bien, que le camp Maxime-Réal-del-Sarte est annulé pour cette année et que les permanences hebdomadaires  parisiennes reprendront normalement vendredi 5 septembre prochain à 18 h 30, 10 rue Croix-des-Petits-Champs (porte à gauche, deuxième étage)!

Voir les commentaires

L'A.F. 2000 n° 2751 est parue: tous à vos kiosques!

Publié le par Fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest

Comme annoncé par son rédacteur en chef, Michel FROMENTOUX, le numéro 2751 vient de paraître: outre son excellente Politique sur le thème "Sarkozy rattrapé par les nations", on y trouvera le compte rendu exhaustif par notre délégué régional Vincent GAILLERE et par Yves LENORMAND, autre plume sûre du Journal, de l'important colloque maurrassien qui a eu lieu à Metz le mois dernier.

La chronique étrangère de Pascal NARI porte sur le Proche-Orient et sur le rôle que la France pourrait y jouer. Anne BERNET nous donne une page littéraire de tout premier choix sur les polars britanniques. Sarah et Stéphane BLANCHONNET évoquent les causes de la dépréciation constante du baccalauréat. THIDAL signe également une analyse importante du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale.

La chronique d'Aristide LEUCATE traite des Immigrés victimes de l'antiracisme, un thème brûlant d'actualité. Un portrait de la reine Marguerite II de Danemarck prouve que la Monarchie est une solution populaire à la crise généralisée de l'Autorité. On lira avec intérêt un article sur Pierre Boutang d'H. NOWAK, jeune rédactrice, et l'entretien accordé par Alain de BENOIST à l'occasion du centenaire de notre Presse.

Enfin la page Mouvement publie le texte intégral et la glose du communiqué officiel du Comité directeur que quelques fous, heureusement exclus, prétendaient censurer: nous y reviendrons.

En bref, un numéro essentiel, qui témoigne de la vitalité de notre école de pensée unie sur la doctrine et diverse dans son expression. Allez vite l'acheter chez votre buraliste ou, mieux, abonnez vous (76 € le premier abonnement) ou donnez à la souscription (à adresser à: Mme Geneviève CASTELLUCIO / L'Action Française 2000. - 10, rue CROIX-des PETITS-CHAMPS 75001 PARIS): nous avons besoin de 9.000  € avant la fin du mois. Soutenez donc sans hésiter le seul organe du nationalisme intégral: même les dons les plus modestes sont bienvenus!

L'A.F. 2000 revient, qu'on se le dise!

Voir les commentaires

L'A.F. 2000 n° 2750 est parue: tous à vos kiosques!

Publié le par Fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest

Nous avons le plaisir d'informer nos amis que le numéro 2750 de L'Action Française 2000 est paru! Encore un numéro de très bonne tenue sous la direction notre ami Michel FROMENTOUX, qui signe La Politique. On y trouve, outre un entretien avec le grand historien Jean Tulard, les chroniques habituelles de Pascal NARI, Anne BERNET, Aristide LEUCATE et Jean-Baptiste MORVAN, des articles de nouveaux collaborateurs prometteurs, un article d'actualité de notre délégué régional, Vincent GAILLERE, sur Santé navale, ainsi que le compte rendu des récentes activités de la fédération.

Ils peuvent soit l'acheter (3  € le numéro) chez leur buraliste habituel, soit souscrire auprès du service des abonnements (tél. 01.40.39.92.06) un premier abonnement au tarif promotionnel de 76 €. Enfin, tous les dons, fut-ce les plus modestes, à notre souscription permanente sont les bienvenus (les adresser à l'ordre de: Mme Geneviève CASTELLUCCIO à L'Action Française 2000: 10, rue CROIX-des-PETITS-CHAMPS 75001 PARIS.)

Voir les commentaires

1 2 > >>