humour

La réponse de l'Action française-Bordeaux aux "nouveaux réactionnaires"? Pfft! et pschitt!

Publié le par Section de Bordeaux & Basse-Guyenne de l'Action française

Cela fait quinze ans qu'on nous bassine avec la question des "nouveaux réactionnaires". Jeunes intellos de Droite (maintenant recyclés au C.N.I., en attendant l'U.M.P.!) et vieux de la vieille (nostalgiques de l'O.A.S. et de l'anticommunisme simpliste des années 70 reconvertis dans l'idolâtrie de Poutine) croient y voir l'alouette qui ferait... le "printemps français", un renfort bienvenu à la Vérité politique qui les dispenserait de tout effort, spécialement intellectuel et stratégique!

Quelle blague! La Vérité politique, Messieurs, prouvée une fois pour toutes qu'elle est par l'Action française, se suffit sans doute à elle-même dans le ciel des idées! Mais elle engage ceux qui y adhèrent. Elle les oblige à la cohérence, à l'intelligence et à l'innovation. On s'y convertit, elle n'est pas un divertissement pour se donner le grand frisson, pour tromper le temps qui passe! On conçoit que cela soit d'une ascèse difficile, mais personne non plus n'est forcé de venir à l'A.F., de la squatter, ou d'y revenir! En matière politique, les meilleures plaisanteries sont aussi les plus courtes!

L'interviouve qui suit montre de façon convaincante la connivence profonde de ces prétendus anticonformistes avec la "Droiche" (voir Raymond Devos: https://www.youtube.com/watch?v=h55iV-Va1f0 : "Quand on appuie à Droite, ça souffle à Gauche; quand on appuie à Gauche, ça siffle à Droite... et au milieu, c'est du vent!") idéologiquement, politiquement et socialement dominante, et donc leur incompatibilité foncière avec toute Contre-Révolution réelle.

Que de temps à autre les Français votent à Droite ou manifestent dans la rue (ou collent des affichettes), qu'est-ce que ça change à l'existence de la Démocratie et à la domination du nihilisme contemporain? C'est seulement pour quelques charlatans astucieux des parts de marchés à prendre, celles de la vieille bourgeoisie sclérosée, qui n'aime rien tant que se faire avoir!

Que disait Le Lay, P.-D.G. de T.F. 1? "Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible." (http://lexpansion.lexpress.fr/entreprises/patrick-le-lay-president-directeur-general-de-tf1_1428488.html) Eh bien! la bourgeoisie, avec ses particules et ses noms composés, qu'elle soit versaillaise ou bordelaise, a gavé temps libre à gaspiller, sans aucun profit pour la Cause nationale et royale!

L'Action française a mieux à faire que de défendre cette classe morte et ses marottes. Politique d'abord, France d'abord!

A.F.-Bordeaux & Basse-Guyenne

Source: http://www.lefigaro.fr/vox/culture/2015/10/30/31006-20151030ARTFIG00324-les-nouveaux-reactionnaires-mythe-ou-realite.php

Morceaux choisis:

"S'il est nécessaire et salubre de déconstruire le discours du libéralisme de gauche et de droite actuellement dominant, avec les effets divers qu'il exerce sur l'ensemble du champ idéologique, il n'est pas moins nécessaire d'interroger la posture qui consiste d'un côté à se présenter en porte-parole d'un peuple oublié et à sonner l'alarme au sujet de réalités masquées par la doxa, tout en se montrant, de l'autre, hostiles aux sciences sociales et aux résultats des enquêtes de terrain. Des deux côtés, si l'on peut dire, le peuple a bon dos, qu'il soit vu à travers le prisme de l'angélisme ou du racisme de classe, ou encore à travers la vitre déformante des faits divers. (...) Toute valeur morale mise à part, il y a des acquis de l'histoire, de la sociologie, de l'anthropologie sur lesquels il ne devrait pas être question de céder sous la pression de ceux qui entendent en découdre avec ce qu'ils appellent le «politiquement correct»."

Evidemment, on pense ailleurs que dans les salles de rédaction (si l'on y pense encore...) et sur les plateaux de télé! Il serait ridicule de le négliger, ce que font ces pseudo-anticonformistes bien intégrés au Système médiatique qu'ils alimentent et qui les fait vivre grassement:

"S'il y a une chose que montre la montée en puissance du discours «néo-réactionnaire», c'est bien que la culture du débat, de la joute verbale, héritée de toute une tradition littéraire et politique, reste très prégnante en France et que l'on peut même y faire carrière, en récoltant de gros succès de librairie et d'exposition sur les plateaux de télévision. La question utile serait, plutôt, de se demander à quelles conditions le débat devrait répondre pour être autre chose qu'un affrontement polémique s'alimentant à ses propres effets de surenchère."

D'ailleurs, la visibilité des pseudo-"nouveaux réactionnaires" est surtout un effet de loupe trompeur sur le vide sidéral de l'Intelligence française:

"L'absence de grandes voix à gauche - et du côté de la «gauche de gauche» - depuis la disparition d'un Bourdieu par exemple ou d'un Derrida a ouvert aussi un vide dans lequel continuent de s'engouffrer des intellectuels et des chroniqueurs de combat dont le discours et la rhétorique sont étroitement ajustés (...) au régime médiatique qui s'est établi avec le tournant néo-télévisuel de médias de masse relayés par les réseaux sociaux. Sur les plateaux des talk-shows, puis sur You Tube, rien n'est plus payant que le «clash», la provocation, la dynamique de surenchère."

C'est toute l'explication de la vogue cheap d'un Soral, qui, sans les médias, ferait pschitt.

"Sans doute faudrait-il ici faire le départ entre succès médiatique et effets sur l'opinion, et aussi se demander si l'offensive «néo-réactionnaire» contre la doxa «néo-progressiste» n'entretient pas avec celle-ci un rapport de complémentarité inattendu, par une sorte de partage du travail de domination idéologique. (...) Il est frappant en tout cas de constater que leur discours n'a pas grand chose à envier à la langue de bois qu'ils aiment à dénoncer. Rien de plus prévisible que ce discours, qui avance tout armé de clichés et qui, s'il frappe fort, frappe beaucoup à côté. Et deux choses ne sont pas moins frappantes: qu'ils sont de plus en plus nombreux, paradoxalement, à se prévaloir sur les plateaux de télévision de l'ostracisme dont ils font l'objet et que, forts de l'aura de provocation dont ils s'entourent, ils ne sont pas à l'abri des gros chiffres de vente ni des lauriers que décernent les institutions les plus étatiques de la vie littéraire, à commencer par l'Académie française."

On songe ici à la littérature de gare du retraité Villiers (Charette, Saint-Louis, Jeanne-d'Arc et les autres!), qui est à la Contre-Révolution ce que Guillaume Musso est au roman. Retournons plutôt à Maurras (et pas seulement à son Petit Manuel de l'Enquête sur la Monarchie), ou, mieux, venons-y! C'est tout le mal que l'Action française-Bordeaux souhaite aux "néo-réactionnaires" de papier!

Voir les commentaires

L'Action française emm*** la jeunesse de Droite! (lol)

Publié le par Section de Bordeaux & Basse-Guyenne de l'Action française

Certains politologues croient apercevoir une réaction conservatrice de la jeunesse française. C'est un peu le miroir aux alouettes... qui annoncerait le "printemps français"! (lol)

En réalité, depuis 1945 et 1968, la Gauche n'a nullement été détrônée dans son rôle de direction intellectuelle, politique et morale de l'esprit français. Et même si certaines positions absurdes de celle-ci (en matière d'immigration, par exemple) donnent aujourd'hui lieu à des retours de bâton dans l'opinion, cela ne signifie en rien la fin du Régime qui se fonde sur la démagogie et l'abêtissement généralisés: la Démocratie. Donc, rien n'est réglé.

Tout reste à faire en matière de Contre-Révolution et ce n'est pas quelques manifs ou des élections partielles qui tiendront lieu de réflexion approfondie sur les conditions d'une Restauration française. Or, une Contre-Révolution se pense, au moins dans ses grandes lignes, avant de s'accomplir! C'est pour cela aussi qu'une Action française rationnelle et populaire est absolument nécessaire, telle que la fédération Grand Sud-Ouest, dirigée par son Délégué régional, et ses sections de proximité (Bordeaux & Basse-Guyenne, Toulouse & Haut-Languedoc, Pau & Pyrénées et Bayonne & pays basque) l'incarnent seules dans le Midi de la France!

"Droitisation" ou pas "droitisation"?

On trouvera plus bas une analyse nuancée d'un jeune universitaire grenoblois, à laquelle l'Action française-Bordeaux souscrit dans l'ensemble. Il est parfaitement exact que "depuis l'après-guerre, la société française a évolué dans un sens favorable à la gauche, avec le déclin du catholicisme, le discrédit du nationalisme, la remise en cause de l'autorité, la disparition du monde rural au profit d'une classe moyenne urbanisée et libérale sur le plan des mœurs." Qu'est-ce que l'Action française n'a cessé de combattre d'autre depuis 70 ans? Et sans succès encore, Mesdames et Messieurs! Alors, votre prétendue "droitisation"!...

A propos de cette fameuse "droitisation" de la Société, l'auteur précise qu' "Il est effectivement devenu courant de parler d'une «droitisation» de la société, mais les évolutions semblent plus complexes. Si on prend par exemple le domaine des mœurs, notamment l'égalité hommes-femmes et l'homosexualité, il serait plus juste de parler d'une «gauchisation». En revanche, il est vrai que l'opinion s'est durcie ces dernières années sur l'immigration et la sécurité. On a même vu remonter le soutien à la peine de mort." Il est dès lors évident qu'une "droitisation" refusant la transcendance et la Réforme intellectuelle et morale, liée qu'elle est à des problèmes temporaires de sécurité, n'est pas une vague de fond mais un phénomène purement conjoncturel, qu'un bon ministre de l'intérieur de Gauche saura canaliser par un politique brutalement répressive.

Vain militantisme

L'auteur note avec raison, parmi les symptômes de la désespérance française, "d'autres formes de radicalité, par exemple le phénomène de l'expatriation, lequel a manifestement pris de l'ampleur ces dernières années. Une enquête a ainsi montré que 43% des 18-24 ans se disent prêts à partir à l'étranger, contre 21% dans l'ensemble de la population. Certes, l'expatriation correspond à une radicalité moins inquiétante que le djihad, mais tous ces phénomènes sont vraisemblablement liés ; ils expriment les différentes facettes d'une époque dont la mondialisation et la crise économique constituent la toile de fond." La perte de sa substance la plus précieuse, la jeunesse, est, en effet, pour une Nation, extrêmement grave et les partis protestataires ne disent rien là-dessus!

Sur le phénomène militant, notre jeune professeur rappelle que "les jeunes n'exercent pas de responsabilité, ce qui les rend disponibles pour les engagements risqués ou excitants, surtout lorsque la répression policière est quasiment inexistante." C'est un des écueils principaux du militantisme que le romantisme politique, auquel l'A.F. elle-même n'échappe pas: combien de jeunes gens sans envergure, pour briller en soirée à Auteuil-Neuilly-Passy, Versailles, Nantes, Bordeaux, Lyon ou Aix, viennent y traîner sans conviction leurs guêtres... avant d'aller faire carrière à l'U.M.P., à l'Université ou dans les entreprises de (beau-)papa!

Il est amusant de noter au passage que "les identités se construisent les unes par rapport aux autres". Oui, et voilà pourquoi le racisto-identitarisme est totalement artificiel!

Politique d'abord!

A.F.-Bordeaux & Basse-Guyenne

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2015/09/24/31001-20150924ARTFIG00331-pourquoi-les-jeunes-sont-passes-a-droite.php

P.S. Nous ajoutons une nouvelle pièce au débat, qui ne change en rien notre analyse et nos conclusions: il faut une Action française renouvelée et populaire. Voici cette autre vision, inspirée à un jeune politologue de Gauche appelé Brustier par le marxiste Gramsci, de la situation:

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2015/10/09/31001-20151009ARTFIG00299-gael-brustier-la-gauche-a-gagne-dans-les-urnes-la-droite-dans-les-tetes.php

Une mauvaise méthodologie

La naïveté (ou le dogmatisme) de Brustier sont assez révélateurs de l'objectivité de sa méthode: "Tous les concepts forgés, développés ou utilisés par Gramsci sont d'une réelle actualité. Que l'on parle d'hégémonie culturelle, de bloc historique, l'articulation entre consentement et coercition, la question de l'Etat intégral etc… tout cela est utile aujourd'hui." Remplacez le nom de Gramsci par celui de Maurras et les notions d'hégémonie culturelle ou d'Etat intégral par celles de "politique d'abord" et de nationalisme intégral, et vous aurez une idée du parti-pris qui lui serait reproché, s'il était d'A.F.! Notre avantage est de ne pas vouloir faire entrer la réalité dans les cadres intellectuels de 1930, mais de la prendre telle qu'elle est, et de l'analyser en fonction de l'intérêt du Pays.

On notera que, pour l'auteur, qui confirme en cela nos analyses, la Droite et l'extrême-Droite n'ont pas d'idées et qu'elles profitent surtout de la disparition de la spécificité idéologique d'une Gauche alignée sur les postulats néo-libéraux. Remarquable, aussi, sa peur panique qu'une contestation populiste des "élites" "("peuple" contre "caste")" survienne en France comme en Espagne!... L'intellectuel faisant partie de la caste dominante qu'il est se sentirait-il visé?

Des résultats faussés

Quant aux réactions éphémères de type "LMPT/ONLRJJJ", il ne s'agit que d'un remake du conservatisme sociopolitique le plus étroit, sorte de paternalisme moralisateur relooké à la "dernière mode" soixante-huitarde ("écologie humaine", "décroissance" et compagnie, toutes idées appartenant au domaine de la Gauche depuis longtemps). On ne voit pas comment, en se battant avec le vocabulaire et sur le terrain de l'adversaire, une poignée de jeunes bourgeois arrivistes et individualistes, refusant la discipline de l'A.F. (pourtant seule en mesure de leur donner une consistance et une cohérence), qui pis est retardataires et mal formés (ou pas formés du tout), pourraient l'emporter et battre à leur jeu trouble des dialecticiens révolutionnaires rompus au débat d'idées, à la domination intellectuelle et travaillant en équipe...

Le postulat de base de Brustier suivant lequel, il y a trente-quarante ans, "la Gauche gagnait dans les urnes pendant que la Droite gagnait dans les têtes" semble d'autre part assez simpliste. D'abord, il faudrait que néo-libéralisme et Droite, - si l'on admet que la volonté de régénérer la Patrie appartienne de quelque manière à cette coalition de défense d'intérêts matériels, - soient équivalents. Pour ne prendre que l'exemple de la France, qui importe seul à un patriote, le fait, premièrement, que la Droite française est principalement composée d'anciens radicaux amateurs d'ordre, avec, parfois, une coloration cléricale; deuxièmement, qu'il y ait toujours eu, depuis le gaullisme, des "majorités d'idées" pour les réformes sociétales; enfin, que les liens de la Gauche avec le monde des affaires sont connus de longue date invalident cette prétention.

En réalité, le spectacle d'ombres à quoi nous assistons, c'est une Droite qui s'adapte psychologiquement à une Société gauchisée depuis 1945 et 1968, en abdiquant en pratique sinon absolument dans son discours toute velléité de Réforme intellectuelle et morale (comme le reconnait ici un communicant, "la plupart des leaders de droite savent qu'on ne reviendra pas sur la loi Taubira": http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/01/22/31001-20160122ARTFIG00091-christian-delporte-nicolas-sarkozy-s-est-fait-violence-pour-faire-son-mea-culpa.php ), tout comme la Gauche, dans les années 1990-2000 s'est psychologiquement adaptée à l'économie libérale, en abandonnant le mythe du "grand soir" au profit de la "classe ouvrière". Tout le reste (laïcisme antimusulman, gauchisme seventies dépassé, racisto-identitarisme, paternalisme LMPT) n'est que littérature.

L'Action française-Bordeaux & Basse-Guyenne a donc raison: Tout reste à faire en matière de Contre-Révolution. Elle se tient prête, avec les autres sections enracinées de la fédération Grand Sud-Ouest, à l'entreprendre.

P.P.S.: Encore une nouvelle réflexion d'un autre universitaire qui va totalement dans le sens de l'analyse de l'Action française-Bordeaux & Basse-Guyenne: Il n'y a pas de "droitisation". Comme dit Robert De Niro dans L'Avocat du Diable: "J'adore avoir raison"... ce pourrait être un slogan de l'Action française-Grand Sud-Ouest!

"Il s'agit d'une escroquerie intellectuelle pour six raisons: elle ne correspond pas aux tendances observables dans la vie politique française, elle est inférée par des sondeurs à partir de questions biaisées, elle est certifiée sans qu'il soit jamais question de la gauchisation son contraire, elle traduit en fait l'épuisement du processus de gauchisation structurelle qui nourrit chez les élites une impression subjective de droitisation conjoncturelle, c'est une arme idéologique destinée à relancer le moteur de la gauchisation en culpabilisant l'adversaire, c'est enfin une stratégie qui déplace subrepticement les pions sur l'échiquier afin de dissimuler une droitisation circonstancielle du parti socialiste." Et pan pour la "Manif' pour tous" et ses sectateurs!

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/02/19/31001-20160219ARTFIG00427-tre-de-droite-a-t-il-encore-un-sens.php

Voir les commentaires

Le 11-Septembre a déjà eu lieu... en 1945!

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

Pour le quatorzième anniversaire de cet évènement de politique mondiale, on lira avec intérêt un article humoristique sur un précédent de moindre gravité du 11-Septembre, survenu en... 1945!

http://www.lepoint.fr/c-est-arrive-aujourd-hui/28-juillet-1945-un-demi-siecle-avant-al-qaida-un-b-25-s-encastre-dans-l-empire-state-building-28-07-2012-1490361_494.php

Voir les commentaires

L'Action française-Bordeaux contre la "rebellitude" de Droite

Publié le par Section de Bordeaux & Basse-Guyenne de l'Action française

Une citation qui donne à réfléchir...

"Manif pour tous, Zemmour, etc.... La rebellitude de droite, c'est quand les enfants de Thiers se mettent à parler comme Guy Debord. C'est à la fois indécent et rigolo."

Source: http://feusurlequartiergeneral.blogspot.fr/2014/10/propos-comme-ca-13.html

Voir les commentaires

L'Action française interdit le golf, sport bourgeois et mondialiste, et autres passe-temps décadents

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

Nous donnons ci-après le texte d'une décision interne du conseil de discipline de la fédération Grand Sud-Ouest de l'Action française, dont nous souhaitons que d'autres fédérations et sections locales s'inspirent, notamment dans la région Rhône-Alpes:

"Décision n° 2015-01 du conseil de discipline de la fédération Grand Sud-Ouest de l'Action française sur les loisirs antinationaux

"Informé qu'une épidémie de pratique du golf, sport bourgeois et mondialiste gangrénant par le snobisme la conscience politique du militant et parasitant ses activités, s'est répandue chez certains cadres de l'Action française extérieurs à la Fédération, dans le but d'en éviter la propagation dans le Grand Sud-Ouest soumis à son autorité:

"1/ Le conseil de discipline de la fédération Grand Sud-Ouest de l'Action française interdit à ses cadres, adhérents et sympathisants de pratiquer le golf, sport bourgeois et mondialiste.

"2/ Sont également interdits les passe-temps décadents à caractère étranger qui suivent: la pratique du bridge, la participation aux rallyes, le scoutisme.

"3/ Les membres de l'A.F. continuant de pratiquer ces loisirs antinationaux après la présente décision seront exclus de la Fédération.

"4/ Le conseil de discipline se réserve d'augmenter la liste des activités de loisirs interdites aux membres de la Fédération.

"Bordeaux, le 6-Février 2015.

"Signé: Le président du conseil de discipline de la Fédération: Vincent GAILLERE

"Délégué régional de l'Action française dans le Grand Sud-Ouest

Documentation annexe: http://www.lefigaro.fr/international/2014/12/16/01003-20141216ARTFIG00072-les-fonctionnaires-chinois-interdits-de-golf.php

Voir les commentaires

La Saint-Valentin à l'Action française-Bordeaux

Publié le par Section de Bordeaux & Basse-Guyenne de l'Action française

Une évidence: notre prochain cercle de formation sur "81 ans après, les leçons du 6-Février" ( http://af-aquitaine.over-blog.com/2015/02/prochain-cercle-de-formation-d-action-francaise-le-15-fevrier-2014-a-bordeaux-comment-prendre-le-pouvoir-les-lecons-du-6-fevrier.htm ) aura lieu le jour de la Saint-Valentin, fête des amoureux.

Nous conseillons donc fortement aux jeunes gens réactionnaires qui y assisteront de suivre le sage conseil des vers de mirliton qui suivent, et d'adresser un poème aux Jeunes Filles royalistes de Bordeaux qui les retrouveront pour cette occasion mémorable de réflexion sur les moyens de prendre pacifiquement le Pouvoir dans une Démocratie moderne au XXIème siècle.

On pourra même organiser un concours après le cercle: le gagnant, désigné impartialement par le Délégué régional, remportera un abonnement d'essai à L'Action Française 2000! Voila qui devrait stimuler l'ardeur à l'étude des jeunes militants, les détourner de tout activisme stérile et atténuer l'aridité supposée du sujet. Après tout, Maurras n'a-t-il pas fait de même?

A.F.-Bordeaux & Basse-Guyenne

"Plus que les fleurs, quelques mots de ta main

Font ton amante assurément ravie :

Car les fleurs n’ont qu’un bref moment de vie

Et tes écrits, les vastes lendemains.

Ronsard, devant ce triomphe certain,

Tu sais garder ta douce modestie ;

Jamais ta foi n’avance travestie,

Ni ne s’abrite en de grands mots latins,

Mais en chansons qui font rêver les dames,

En madrigaux qui attisent leur flamme,

Sans nul besoin de les faire trop longs.

À celle qui te semble la plus belle,

Tu lui écris quelques strophes nouvelles

Que tu lui lis dans un ombreux vallon."

Source: http://heraldie.blogspot.fr/2014/12/sagesse-de-ronsard.html

Voir les commentaires

Actualité de la Contre-Révolution philatélique avec l'Action française-Bordeaux

Publié le par Section de Bordeaux & Basse-Guyenne de l'Action française

On a appris récemment que la nouvelle Marianne, choisie par un jury "représentatif" de lycéens, serait en fait une féministe hystérique et une étrangère violemment hostile à la France. L'Action française-Bordeaux & Basse-Guyenne suggère donc à tous les réactionnaires de France, de Navarre et d'outre-mer, à défaut de pouvoir utiliser, pour le moment, des timbres à la noble effigie du Roi légitime Henri VII, de coller les timbres litigieux à l'envers, en guise de protestation permanente contre cette infâmie antipatriotique et d'appel au retrait de cette série très peu esthétique. Ils ne feront d'ailleurs que reprendre une manière de protester très répandue depuis le XIXème siècle sous tous les horizons, comme le verra en lisant l'intéressant article ci-dessous.

A.F.-Bordeaux & Basse-Guyenne

"Politique philatéliste

"Article paru dans le Figaro du 8 avril 1914.

"Il y a en Angleterre quelques bonnes gens, qui s'intitulent légitimistes et partisans de la Rose Blanche, pour lesquels le roi Georges V n'est pas le roi légitime du Royaume-Uni. À leur sens, la maison de Hanovre s'est indûment emparée du trône et l'a illégalement transmis à ses descendants. La couronne devrait, à leur avis, être enlevée au souverain régnant et donnée à la reine Marie-Thérèse de Bavière, que dans un petit cénacle on n'appelle que la Reine tout court: The Queen.

"Cela est bien inoffensif, et de même leur façon de manifester leur opinion et de protester contre ce qu'ils appellent l'usurpation de Georges V. Lorsqu'ils affranchissent leurs lettres, ils ont soin de coller leurs timbres la tête en bas. C'est un signe de ralliement, auquel, d'ailleurs, la poste ne fait aucune attention.

"Cette manière de protestation et de manifestation n'est du reste qu'une imitation. L'idée leur en vient d'Haïti où elle fut appliquée pour la première fois en 1888, après la révolution qui renversa le président Salomon. Les nouveaux maîtres du pouvoir, par mesure d'économie, durent épuiser le stock de timbres-poste portant l'effigie du président déchu, mais ils décidèrent que pour être valables, lesdits timbres devaient être collés la tête en bas. Toutes les autres correspondances étaient transmises aux destinataires, mais considérées comme non affranchies et passibles de l'amende."

Source: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/04/14/01016-20140414ARTFIG00229-1914-l-angleterre-decouvre-la-protestation-philateliste.php

Voir les commentaires

Citation d'Action française du jour: la Démocratie

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

Bien que l'Action française ne soit absolument pas "nietzschéenne", ni qu'elle croie en un quelconque sens de l'Histoire", ses amis liront avec intérêt la pensée suivante du philosophe germanique, qui se vérifie tous les jours dans notre France:

"La Démocratie moderne est la voie historique vers la décomposition de l'Etat."

Nietzsche

Voir les commentaires

Alix au pays des pédérastes: "Ils sont fous ces Gaulois!"

Publié le par Lamidaeff

Parce qu'un peu d'humour ne fait pas de mal en ces temps de crise de la Famille, et avant que l'inversion de l'instinct sexuel ne soit gravée dans le marbre de la Loi, un petit visuel d'anticipation de la situation  de la France en 2023, après dix ans d'application du "mariage pour tous": bien entendu, il s'agit de pure science-fiction, toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé n'est que pure coïncidence!  

 

 

Alix_au_pays_des-pederastes.jpg

Voir les commentaires

Claire Mazeron: "Vous chantiez? eh bien, dansez, maintenant!"

Publié le par Lamidaeff

« Mesdames et Messieurs, en piste ! »

    

 

Ecole des petits rats de l’Opéra ? Thé dansant du dimanche après-midi ? Non. Ainsi parle Rodney, enseignant à l’école primaire n°115 de Brooklyn et représentant du très officiel « programme » mis en place depuis 1994 par la municipalité de New York : l’enseignement des danses de salon aux petits élèves du Bronx ou du Queens, fraîchement débarqués d’îles caribéennes en déshérence. Dix semaines pour apprendre, non le hip hop ou la tecktonik, mais des horreurs rétrogrades telles que le tango à papa, la rhumba à maman, et le fox-trot des grands-parents. Dix semaines pour apprendre la grâce, pas celle promise par les officines religieuses, mais celle que donne la précision du geste. Dix semaines pour apprendre, non pas la tolérance — à réserver, comme disaient Clemenceau ou Claudel, aux maisons du même nom — mais à ne pas marcher sur les pieds de l’autre, au propre comme au figuré. Et, au-delà et surtout, dix semaines pour apprendre à gagner : car de pré-sélections en challenges de quartiers, et jusqu’à la grande finale, l’objectif est bien présent dans tous les jeunes, et moins jeunes esprits : rapporter le trophée, plus haut que soi, qui récompensera la meilleure école en lice.

    

 

« Est-ce qu’il y aura des médailles ? » demande, les yeux brillants, Cyrus, petit blondinet bouclé et joufflu de huit ans. Qui remarque un peu plus loin, perplexe, qu’ « on dirait un sport que l’on n’appellerait pas un sport ».

    

 

Un sport un peu particulier en effet. Un jeu tout d’abord : en témoigne le plaisir évident que prennent nos jeunes danseurs à torturer la rhumba, et, au-delà, le bras de leur partenaire. Pédagogisme, me direz-vous : faire danser les élèves sur les heures de cours, ne serait-ce pas un énième avatar de la pédagogie du détour ? Après « loisirs créatifs et lutte contre les discriminations » ou « pâte à crêpes et remédiation lecture », voici « danse et citoyenneté » !

 

 

10-05-11_Mazeron.jpg Claire Mazeron, ex-championne de danses de salon

(Photo D.R.)

 

Je ne suis pas fan de l’éducation à l’américaine, dont nous avons tous pointé depuis des lustres les errances pédagogistes. L’enseignement si volontiers « progressiste » y a longtemps tué dans l’œuf toute possibilité de réelle promotion sociale par l’Ecole. Il y a pourtant sans doute quelque chose de moins pourri sur les terres de l’Oncle Sam qu’au royaume du Mammouth. Car loin de proposer aux élèves ce qu’ils peuvent déjà trouver en bas des immeubles, au nom de l’adaptation au milieu local, c’est une véritable acculturation salutaire qu’imposent ces écoles américaines : l’accès gratuit — c’est suffisamment rare au pays de l’argent-roi pour le souligner — à tout un pan de la culture dominante, celle des beaux quartiers, la seule qui permette d’acquérir les codes de la réussite. La « contre-culture », si elle existe, celle du rap et du hip hop, ne franchira pas, tout au long des 90 minutes de ce documentaire, les portes de l’école. Le misérabilisme non plus : on évoque avec pudeur entre copines, sur les marches des immeubles défraîchis, ceux qui ont « dévié » du droit chemin, tombés dans la drogue ou la délinquance, ou les recompositions familiales parfois complexes. Mais dans le gymnase au parquet immaculé, on se tait, on rentre sa chemise et on la mouille.

  

 

Un sport, donc : l’apprentissage de l’effort, et d’une technique de haut vol, presque centenaire. Pas de place ici pour l’improvisation, pour l’expression du moi profond, pour la construction de ses propres savoirs. On ne bavasse pas en rond pour savoir si les Britanniques, fondateurs du genre, ont eu raison ou non de placer ainsi les corps. On répète, heure après heure, des gestes codifiés à l’extrême, précis à la phalange près. On est vite ridicule lorsqu’on ne les respecte pas… Car la sensualité apparemment débridée du merengue ou de la rhumba est tout sauf spontanéité : comme l’art de la drague se nourrit de la maîtrise des mots, elle se construit par l’apprentissage, dans la sueur, des gestes de la séduction. La créativité personnelle viendra plus tard, lorsque menottes et petons seront animés d’une vie propre et autonome.

    

 

Un sport, oui, mais un sport collectif. Et fait unique, une équipe mixte, à l’âge où garçons et filles s’évitent soigneusement. Premiers contacts. Les mains se cherchent, hésitent avant de s’agripper, maladroitement d’abord, plus fermement au fil des semaines. « De quelle couleur sont les yeux de ta partenaire ? » questionne insidieusement Rodney, face aux regards qui s’évitent. Les garçons volontairement « machos » sont renvoyés à leurs propres lacunes : « Ils ne mènent rien ! » Apprentissage de la tolérance au final donc, mais sans que jamais le terme ne soit mentionné par les uns ou les autres. Pas de « leçon citoyenne » dans ce film : on n’apprendra qu’à la toute fin du film, au passage, que « Michelle n’a posé aucun problème de discipline cette année » ou que « Wilson est devenu un vrai petit monsieur ». Un progrès collatéral en somme. Tout comme la confrontation aux grands textes permet seule, au fond, l’apprentissage des valeurs démocratiques et de la vie en société, loin des discours et autres sensibilisations « hors-sol ».

    

 

Car l’objectif final est bien avant tout de relever le défi : placer son école en tête du classement. « Soit on gagne, soit on perd. Si on n’est pas numéro un, on a perdu. C’est une leçon de vie », rappelle le grand ordonnateur du concours. L’échec est admis, mais pas le manque d’effort ou de combativité. On est loin des délires égalitaristes de la Constante Macabre. Chacun sera d’ailleurs récompensé au final, mais selon ses mérites : par l’attribution de « rubans » — bronze, argent, puis or —, correspondant à un niveau donné, chaque équipe est incitée à progresser. La compétition est au-delà, l’apprentissage de l’échec aussi : les enseignants réconfortent les perdants, mais incitent à la responsabilité personnelle, loin des réactions spontanées et épidermiques de déception bien compréhensibles.

    

 

Une expérience qu’il serait peut-être intéressant d’envisager de l’autre côté de l’Atlantique. Elle n’est certes pas exempte de critiques. La forme même du documentaire, scénarisé comme seules savent l’être les productions américaines, doit inciter à la retenue dans l’enthousiasme. Et comment oublier l’image de Taha et Mohammed assis dans un coin du gymnase, soumis aux interdits de religions haineuses du corps — et que les enseignants excluent, puisqu’ils n’hésitent pas à s’exclure ? On gardera pourtant en mémoire cette phrase d’une enseignante, qui conclut le film : « Trouver une chose qu’on aime faire, et la faire très bien ». Une maxime que seraient bien avisés d’adopter les fossoyeurs d’un enseignement de qualité et autres thuriféraires du collège unique.

    

 

Claire MAZERON

ex-championne de danses de salon,

vice-présidente du

Syndicat national autonome

des lycées et collèges

(S.N.A.L.C.)

et auteur de

L'Autopsie du Mammouth (Gawsévitch, 2010).

 

autopsie du mammouth

 

PS. Bande-annonce, extraits significatifs et interview (en anglais…) de la réalisatrice sur http://www.youtube.com/watch?v=F5wEb_3S2VM

 

Source: http://bonnetdane.midiblogs.com/archive/2009/04/27/eh-bien-dansez-maintenant.html

 

Voir les commentaires

Avec Sarkozy: Libéralisme tous azimuth

Publié le par Lamidaeff

La dépêche vient de tomber aujourd'hui 1er avril... 

 

Source:http://www.neoprofs.org/t25338p15-claire-mazeron-contre-le-cheque-education#497442

"Le gouvernement, déjà tenté par la mise en place du "chèque éducation", système permettant aux parents de choisir l'école de leur enfant au sein d'un marché libéralisé, à l'aide de bons fournis par l'Etat, aurait dans ses tuyaux un projet de "chèque protection".

"Pourquoi s'arrêter à l'éducation? confie-t-on dans les couloirs de l'Elysée. Il faut rompre avec l'étatisme franco-français et confier les missions de service public à des agences déconcentrées, ce qui augmentera l'efficacité, par le jeu de la libre concurrence. Regardez ce qui se passe au Pays-Bas et dans les pays scandinaves. La France est à la traîne en Europe et dans le monde !"

"Concrètement, le citoyen voulant recourir aux services de la police pourra souscrire à une offre diversifiée. Police de proximité, C.R.S., "police plurielle" (c'est ainsi que s'appellent elles-mêmes les associations qui auraient répondu à l'appel d'offre confidentiel lancé récemment par l'Etat), il n'aura que l'embarras du choix.

 

Anne Coffinier froide

Anne Coffinier, âme damnée du libéralisme scolaire?

(Photo D.R.)

 

"On rapporte aussi que Mme Anne Coffinier, ayant eu accès, depuis quelques mois, aux oreilles du président, militerait pour l'extension du chèque protection à un chèque justice, ainsi qu'à un chèque hôpital. L'U.O.I.F. a d'ores et déjà fait savoir qu'elle proposerait très prochainement une maquette de tribunal musulman, plus propre, selon son porte-parole, à "respecter la diversité des valeurs des Françaises et des Français". L'archevêché de Paris, interrogé sur cette initiative, a fait savoir qu'elle ne ferait aucun commentaire sur ce projet, affirmant simplement que "l'Eglise a une expertise millénaire en matière de justice".

"Rappelons que le chèque natation mis en place par Martine Aubry à Lille remporte un franc succès depuis quelques années. Libéraliser et donner le choix aux usagers, c'est finalement entériner des situations déjà existantes. La démocratie a tout à y gagner."

Voir les commentaires

L'esprit du partenariat... anglo-américain, par Hugues Grant

Publié le par Rémy Perrin

 

 

 

Une petite leçon d'Hughes Grant sur l'égalité dans un partenariat politique n'est jamais inutile...

 

 

" Er, yes, Peter.
- Mr President, has it been a good visit?
- Very satisfactory indeed. We got what we came for and our special relationship is still very special.
- Prime Minister?
- l love that word ''relationship''. Covers all manners of sins, doesn't it? l fear that this has become a bad relationship. A relationship based on the President taking exactly what he wants and casually ignoring all those things that really matter to... Britain. We may be a small country but we're a great one, too. The country of Shakespeare, Churchill, the Beatles, Sean Connery, Harry Potter... David Beckham's right foot... David Beckham's left foot, come to that. A friend who bullies us is no longer a friend. And since bullyism's only respond is strength, now onward, l will be prepared to be much stronger. And the President should be prepared for that."

Voir les commentaires

14-Juillet: fête de l'Armée!

Publié le par Rémy Perrin

 
Une amusante vidéo sur le défilé de l'école polytechnique, il y a quelques années, sous la présidence de Jacques Chirac!

Voir les commentaires

Mayotte, enfin département français!

Publié le par Fédération Aquitaine-Grand Sud-Ouest de l'A.F.

Les élections cantonales se sont déroulées normalement à Mayotte, comme sur le reste du territoire national. Avec ceci de particulier qu'à partir de cette année Mayotte la française, que l'Action française et Pierre Pujo ont tant défendue lorsque Giscard menaçait de la "larguer", est enfin devenue un département d'outre-mer.

 

Fêtons cette victoire de la tenacité et du patriotisme des Mahorais avec cette sympathique vidéo du chanteur Latéral, porte-parole de la jeunesse de l'île aux Parfums, qui fait une amusante critique du jacobinisme déplacé que l'on voudrait imposer à nos compatriotes de l'océan Indien!

 

 

 
Vive Mayotte! Vive la France! 
 

Voir les commentaires

Avis à toutes fins utiles...

Publié le par Charles-Martel

Certain blog "royaliste libertin", ayant fait une étrange publicité pour une de ces confs soporifiques organisée il y a peu par la dissidence locale de l'Action française, nous donnons à nos lecteurs un aperçu de ce à quoi ils ont échappé:

 

"Véritable alchimiste, Jean Sévillia transmute, dans l'athanor (1) de son savoir-faire, le plomb et les lamentations convenues en l'or des best-sellers et des réputations flatteuses. Entre ce qui satisfait les uns, sans risquer de les faire réagir efficacement, et ce qui fâche les autres, sans les inquiéter, il arpente prudemment sa bande de terrain préférée (2).

 

"Après les fiches hâtives de l'Historiquement correct, démarqué de Jean Guiraud, et qui se garde d'une seule allusion à ce qui irriterait vraiment l'adversaire, voici, à l'abri de son infaillible recette, un Moralement correct, d'un ton très sévilliste, revue de ce que les médias alignent chaque jour. Enseignement, famille, travail, autorité, relations sexuelles, délinquance, immigration, culture, anti-racisme, etc..., à peu près rien n'échappe à sa plume, sous laquelle chacun trouve de quoi alimenter sa capacité à gémir dignement. Certes, on approuve, car, à défaut d'être utile, la litanie des absurdités et horreurs qui conditionnent l'homme moderne mérite bien la malédiction: "société déréglée" -dit-il- qui "ne tourne pas rond", "vit dans la confusion mentale". Chacun de nous le sait bien, tout heureux de trouver, sous une plume adroite, l'essentiel de son fonds de protestation intime. Mais tout cela pour aboutir à quoi? Et là, ce livre cesse d'être inutile pour devenir nocif. Car, si nous pouvons nous lamenter en compagnie de l'auteur, il nous faut le quitter dès qu'il prétend nous indiquer un chemin. En effet -conclut-il- "c'est d'une morale dont nous avons besoin". Passons sur le solécisme (3)!

 

"Et les dernières pages prennent une sonorité de sermon, pour appeler à un retour à la morale... meilleur moyen pour prolonger indéfiniment la démocratie ravageuse. Du fait qu'elle concerne les personnes privées, en effet, la morale, nécessaire dans son ordre, est inopérante par nature pour corriger les vices sociaux! Rappelons avec saint Thomas d'Aquin que la vertu est un habitus social, et que c'est par la loi que la société fixe les moeurs indispensables à sa stabilité; non l'inverse, qui n'est qu'une illusion entretenue par l'ennemi. Aussi n'est-ce pas tellement de morale dont nous avons besoin; c'est d'un Etat soucieux du bien commun, selon la formule maurrassienne: "Politique d'abord!"

 

 

 

Que rajouter à cette excellente recension, parue dans un magazine politique de bonne tenue, celui-ci: Monde & vie, n° 778, du 28 avril dernier? Qu'elle remet le bonhomme à sa juste place et qu'elle montre exactement pourquoi, tout comme la "nouvelle action royaliste" d'avant-hier, d'autres dissidences, plus récentes, ou encore en germe (4), qui nous sont connues, sont vouées à l'échec final.

 

C'est à l'oeuvre de l'Action française (canal historique) que saint Pie X a promis en 1914 qu'elle aboutirait, pas à ses déviations!  La fidélité à nos maîtres et aux fédérations et sections locales, principaux organismes vivants de l'Action française, qui constituent le cadre naturel d'une politique conforme à l'empirisme organisateur, est l'unique règle du succès.

 

Il faut bien constater que, dans certains milieux "djeun's" (5), comme dans tout le Mouvement national, on a trop cru habile de balancer par-dessus bord la doctrine et l'expérience des combats du passé, pour rendre aimable l'homme (ou le prince) providentiel que l'on portait à bout de bras. De récentes expériences montrent que ces calculs sont absolument vains.

 

La consigne pour les amis de l'Action française-Aquitaine et, au-delà, pour tout ceux qui veulent rester fidèles à notre idéal nationaliste est donc claire: Pas un homme, pas un sou pour de telles dissidences, qu'elle soit externes ou même internes! Hardi! Qui vive? France!

 

Notes:

 

(1) Sorte d'alambic.

(2) Le public de Sévillia n'est autre en effet que les lecteurs du Fig' Mag'! L'élite de la Contre-Révolution, en somme!

(3) Construction syntaxique incorrecte.

(4) De ces dernières, on devrait peut-être dire: vérolées...

(5) C'est-à-dire: étudiants petits-bourgeois affectant de singer le parler des cités-dortoirs et les moeurs de leurs habitants. Le tout sous couvert de "libertinage de bon ton", Monseigneur!

Voir les commentaires

Défendez Tintin, employez les injures du capitaine Haddock!

Publié le par Charles-Martel

Parce que vous connaissez certainement des gens à qui cela s'applique:

(Extrait de L'Etoile mystérieuse, 1942, p. 40. Tous droits réservés.)

Accapareur, aérolithe, amiral de bateau-lavoir, amphitryon, anacoluthe, analphabète diplômé, anthracite, anthropophage, anthropopithèque, apache, apprenti-dictateur à la noix de coco, apophtegme, arlequin, astronaute d'eau douce, athlète complet, autocrate, autodidacte, aztèque.

Babouin, bachi-bouzouk, bachi-bouzouk des Carpates, bandit, bayadère de carnaval, bibendum, boit-sans-soif, brontosaure, brute, bulldozer à réaction, bougre d'ectoplasme, bougre d'amiral de bateau-lavoir, bougre de crème d'emplâtre à la graisse de hérisson, bougre d'extrait de cornichon, bougre d'extrait d'hydrocarbure, bougre de faux jetons à la sauce tartare, bougre d'extrait de crétin des Alpes,

Cachalot, calamentran, canaille, canaque, cannibale, cannibale emplumé, catachrèse, cataplasme, cercopithèque, chauffard, chenapan, choléra, chouette mal emplumée, chrysantème, cloporte, clowns, clysopompe, coléoptère, coloquinte, coloquinte à la graisse de hérisson, concentré de moule à gaufres, coquin, cornemuse, cornichon, cornichon diplômé, corsaire, Coupe-jarret, cow-boy de la route, crème d'emplâtre à la graisse de hérisson, crétin de l'Himalaya, crétin des Alpes, crétin des Balkans, cromagnon, cuistre inopérant, cyanure, cyclone, cyclotron, Cyrano à quatre pattes.

Diablesse, diplodocus, doryphore, dynamiteur.

Écornifleur, écraseur, ectoplasme, ectoplasme à roulettes, égoïste, emplâtre, empoisonneur, enragé, épouvantail, équilibriste, esclavagiste, escogriffe, extrait de cornichon, extrait d'hydrocarbure, espèce de porc-épic mal embouché, espèce de loup-garou à la graisse de renoncule de mille sabords.

Fatma de prisunic (censurée dans les tirages modernes et remplacée par bayadère de carnaval), faux jeton, faux jeton à la sauce tartare, flibustier, flibustier de carnaval, forban, Frère de la côte, froussard.

Galopin, gangster, garde-côte à la mie de pain, gargarisme, garnement, gibier de potence, goujat, gredin, grenouille, gros-plein-de-soupe, gyroscope.

Hérétique, hors-la-loi, hurluberlu, hydrocarbure.

Iconoclaste, Inca de carnaval, invertébré, ivrogne.

Jet d'eau ambulant, jocrisse, Judas, jus de réglisse, jus de poubelle,

Khroumir, Ku Klux Klan.

Lâche, lépidoptère, logarithme, loup-garou à la graisse de renoncule, lorton.

Macchabée d'eau de vaisselle, macaque, macrocéphale, malappris, malotru, mamelouk, marchand de guano, marchand de tapis, marin d'eau douce, marmotte, mégacycle, mégalomane, mercanti, mercenaire, mérinos, mérinos mal peigné, manœuvre à la graisse de hérisson, mille sabords, mille millions de mille milliards de tonnerre de Brest (les dérivés de ces deux derniers sont multiples), misérable, mitrailleur à bavette, moratorium, moricaud, mouchard, moujik, moule à gaufres, moussaillon, mufle, Mussolini de carnaval, mé-jambon rien.

Naufrageur, négrier, noix de coco, nyctalope.

Olibrius, ophicléide, ornithorynque, oryctérope, ostrogoth, ours mal léché.

Pacte à quatre, paltoquet, pantoufle, papou, papou des Carpates, paranoïaque, parasite, patagon, patagon de zoulous, patapouf, patate, patate pourrie, pébron, péronnelle, vieille perruche bavarde, pénultième, phénomène, phlébotome, phylactère, phylloxéra, pignouf, pirate, pirate d'eau douce, pirate du ciel, polichinelle, polygraphe, porc-épic mal embouché, potentat, poussière, profiteur, projectile guidé, proparoxyton, protozoaire, pyromane, pyrophore.

Rapace, rat, ravachol, renégat, rhizopode, rocambole.

Sacripant, sajou, saltimbanque, sapajou, satrape, sauvage, sauvage d'aérolithe, schizophrène, scolopendre, scorpion, serpent, simili-martien à la graisse de cabestan, sinapisme, soûlographe, sous-produit d'ectoplasme, squatters, squelette de pantoufle, sagouin, sombre oryctérope, souris neurasthéniques.

Tchouk-tchouk nougat, technocrate, tête de lard, tête de mule, tigresse, tonnerre, tonnerre de Brest (il existe des dérivés nombreux), topinambour, tortionnaire, trafiquant de chair humaine, traîne-potence, traître, troglodyte, trompe-la-mort.

Vampire, vandale, va-nu-pieds, vaurien, végétarien, Vercingétorix de carnaval, ver de terre, vermicelle, vermine, vieille baderne, vipère, vivisectionniste, voleur, voleur d'enfants.

Wisigoths.

Zapotèques, zèbre, zigomar, zouave, zouave interplanétaire, Zoulou. 

 

Voir les commentaires

La profonde humanité du président Vladimir Poutine

Publié le par Lamidaeff

Voir les commentaires

Rions un peu...

Publié le par Lamidaeff

 

 
 
Où l'on voit la vanité de certaines campagnes de propagande...
 
 

Voir les commentaires

La famille Royal

Publié le par Lamidaeff

 

Sans commentaires, n'est-ce pas?

Voir les commentaires

<< < 1 2