militantisme d'action francaise dans le grand sud-

Fête nationale de Jeanne-d'Arc 2019 à Bordeaux, Toulouse, Pau et Bayonne

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

ACTION FRANÇAISE

Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest

fondée par Pierre Pujo (†)

Fête nationale de Jeanne-d’Arc 2019

sous la présidence effective du Délégué régional de l’Action française, Directeur politique national de l’Action française

Section de Bayonne & pays basque. – Samedi 11 mai 2019. – Le lieu et l’heure exacts seront précisés ultérieurement.

Section de Bordeaux & Basse-Guyenne. – Dimanche 12 mai 2019. – Le lieu et l’heure exacts seront précisés ultérieurement.

Section de Toulouse & Haut-Languedoc. – Dimanche 12 mai 2019. – Le lieu et l’heure exacts seront précisés ultérieurement.

Section de Pau & Pyrénées. – Dimanche 12 mai 2019. – Le lieu et l’heure exacts seront précisés ultérieurement.

Dépôt de gerbes, discours politique, chants & animations diverses.

Participation aux frais: 10 euros par personne (étudiant: 20 euros).

Disposition commune à toutes les sections locales : inscription préalable obligatoire par la rubrique « contact » (donner ses nom, prénom et coordonnées complètes).

Voir les commentaires

Offre de poste: Secrétaire général de l'Action française dans le Grand Sud-Ouest

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

Descriptif du poste

Rattaché étroitement à la Délégation régionale, vous contribuez à l'exécution de la politique de l'Action française-Grand Sud-Ouest fixée par le titulaire, M. Gaillère. Vous l'impulsez et la mettez en œuvre dans les sections actives de la région Grand Sud-Ouest (Aquitaine + Midi-Pyrénées), en lien avec les cadres locaux et les bénévoles:

- En lien avec les services fédéraux, vous pilotez l’ensemble des sections sur le territoire pour chaque filière métier (vendeurs à la criée, agitateurs, propagandistes, conférenciers) au service de nos adhérents, sympatisants et lecteurs de L'Action Française 2000. L'ensemble de vos actions s'inscrit en cohérence avec la stratégie fédérale, la gouvernance et la Délégation régionale;

- En collaboration étroite avec les chefs des sections (Bordeaux & Basse-Guyenne, Toulouse & Haut-Languedoc, Pau & Pyrénées et Bayonne & pays basque, vous contribuez à l'animation de la vie militante sur le territoire, en favorisant les synergies entre bénévoles et cadres. Vous accompagnez l’évolution de l’organisation en capitalisant sur le maillage territorial important de la Fédération fondée par Pierre Pujo et dynamisée par le Délégué régional, et dans une optique de transversalité et de mutualisation des activités ;

- Vous préparez le conseil fédéral de discipline, vous accompagnez, soutenez et supervisez la gestion des sections enracinées: finances et budget, ressources humaines et relations sociales, qualité du produit doctrinal, communication, relations publiques...

- Vous êtes l’interlocuteur vigilant des partenaires politiques souverainistes et de Gauche et assurez la sérieux du travail militant sur les sections. Vous en assurez également l’équilibre financier. Vous pilotez les projets de développement et d'organisation répondant aux besoins spécifiques de la grande région;

- Vous représentez la Fédération tant en interne qu’à l’externe ; vous portez ses principes et valeurs, vous garantissez sa reconnaissance vis-à-vis des interlocuteurs institutionnels, financeurs, partenaires, réseaux locaux (franc-maçonnerie et bourgeoisie à particule et noms composés exclues)...

Compétences et expérience souhaitées

- Obligatoirement issu d'un milieu populaire extérieur à l'A.F., facultativement de formation supérieure en sciences po' (Bac+5), ayant nécessairement lu les auteurs de notre école de pensée (condition sinéquanone), vous justifiez d’au moins 10 années d’expérience en management d’équipes de direction, impérativement sur des activités multi-sites/multi-entités et dans les domaines d’intervention de l'Action française-Grand Sud-Ouest: politique, économique, social, culturel, religieux;

- Manageur confirmé, femme ou homme de réseaux (mais pas trop), votre connaissance du territoire et votre capacité à développer des projets en lien avec nos partenaires et financeurs seront des atouts indispensables à la réussite de vos missions;

- Votre pratique des organisations multi-sites et multi-secteurs est éprouvée. Vous y avez développé des projets de portée régionale voire nationale au service des populations bénéficiaires (coups fumants non-acceptés).

Poste basé à Bordeaux; déplacements réguliers sur le territoire et régions limitrophes : Aquitaine, Midi-Pyrénées, Poitou-Charentes, Limousin, Pays de la Loire, Languedoc-Roussillon, Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Ile-de-France.

Secteur: Associations et organisations politiques et syndicales.

Type d’emploi: Bénévole à plein temps (remboursements de certains frais).

Expérience: Confirmé.

Poste: Gestion.

Voir les commentaires

"Escape game" sacrilège à Saint-Seurin (Bordeaux): l'Action française Bordeaux & Basse-Guyenne condamne l'implication du clergé et de la bourgeoisie bordelais

Publié le par Section de Bordeaux & Basse-Guyenne de l'Action française

On lira en cliquant sur l'image la réaction de la section locale de Bordeaux & Basse-Guyenne de l'Action française à l' "escape game" sacrilège récemment organisé avec l'aval du clergé et de la bourgeoisie bordelais dans la basilique historique de Saint-Seurin (Bordeaux). Les commentaires sont aussi à lire.

Voir les commentaires

Lire "LBC", c'est s'abaisser!

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

Voir les commentaires

La poignée de main de la mort du faible Blanchonnet avec le dissident Augier de Crémiers

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

Voir les commentaires

Malgré toutes leurs manigances, les dissidents de l'Action française resteront toujours des dissidents!

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

Voir les commentaires

Pays légal et pays réel d'Action française: la fédération Grand Sud-Ouest contre la rue Croix-des-Petits-Champ'!

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

Voir les commentaires

Principes d'Action française de Pierre Pujo, trahison de ses "successeurs"!

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

Voir les commentaires

La fête de Jeanne-d'Arc 2018 de l'Action française à Bordeaux, Toulouse, Pau et Bayonne: un succès de la fidélité et de l'intelligence politique!

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

Voir les commentaires

Fête nationale de Jeanne-d'Arc 2018 à Bordeaux, Toulouse, Pau et Bayonne

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

ACTION FRANÇAISE

Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest

fondée par Pierre Pujo (†)

Fête nationale de Jeanne-d’Arc 2018

sous la présidence effective du Délégué régional de l’Action française

Section de Bayonne & pays basque. – Samedi 12 mai 2018. – Le lieu et l’heure exacts seront précisés ultérieurement.

Section de Bordeaux & Basse-Guyenne. – Dimanche 13 mai 2018. – Le lieu et l’heure exacts seront précisés ultérieurement.

Section de Toulouse & Haut-Languedoc. – Dimanche 13 mai 2018. – Le lieu et l’heure exacts seront précisés ultérieurement.

Section de Pau & Pyrénées. – Dimanche 13 mai 2018. – Le lieu et l’heure exacts seront précisés ultérieurement.

Dépôt de gerbes, discours politique, chants & animations diverses.

Disposition commune à toutes les sections locales : En raison des circonstances, inscription préalable obligatoire par la rubrique « contact » (donner ses nom, prénom et coordonnées complètes).

 

Voir les commentaires

La position de l’Action française Grand Sud-Ouest sur les dissidents: exclusion totale et sans retour

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

Suite à des questions de lecteurs de nos blogues officiels, la fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l’Action française, fondée par Pierre Pujo (+), précise qu'elle n'admet dans ses rangs aucun dissident, passé ou présent, interne ou externe, même si des décennies se sont écoulées depuis sa trahison. On ne gagne pas une bataille avec des traîtres. Le fait de faire dissidence, c'est-à-dire de se séparer de la Vérité politique exprimée par l'A.F. au point d'affaiblir son audience et de nuire à son expansion, est pire qu'une faute politique, un crime patriotique irrémissible. Elle estime logiquement que ces sinistres individus, dont le discrédit définitif aux yeux de nos amis est démontré et toujours démontrable, sont morts à l'Action française.

Le rôle d'un cadre responsable de la Fédération - et au-delà - est de s'opposer sans faiblesse à ces infiltrations, qui préludent, comme le montre toute notre histoire récente depuis la mort de Pierre Pujo (celle du journal L'Action Française 2000 comprise, avec l'affaire Viansson-Ponté), à une neutralisation de notre politique et finalement à une déviation doctrinale aboutissant à la disparition de la Cause nationale et royale dont la France a pourtant le plus grand besoin.

Nous rappelons ci-après la liste des principales espèces dissidentes en voie d'extinction:

- "nouvelle action royaliste", dite nafe, abritant les démocrates Renouvin et Aumont;

- "restauration nationale", dite hèrenne, ashram des "visionnaires" Augier de Crémier et Pascaud;

- "centre royaliste d'action française", dit crafe, trusté par les "rentiers de situation du maurrassisme" Bel-Ker, Blanchonnet et Dejouy.

Les médiocres fanzines associés à ces groupuscules sont de même condamnés; nous invitons fermement ceux de nos amis qui les recevraient à titre promotionnel à les renvoyer, ou qui s'y seraient abonnés par hasard à résilier leur abonnement. Ceci vaut pour les ​blogues et autres pages "fessebouc".

Enfin, le fait d'avoir combattu la fédération Grand Sud-Ouest à un moment ou à un autre, par un procédé ou par un autre, emporte ipso facto exclusion définitive de l’Action française des intéressés, de leurs conjoints, de leurs enfants, et en général de toute leur famille.

Ainsi sera maintenue la pureté doctrinale et le tranchant de notre école de pensée et d'action!

"Est-ce clair?"

Toulouse, le 15 septembre 2017.

Le Délégué régional de l'Action française dans le Grand Sud-Ouest

signé: GAILLERE

Voir les commentaires

"Faux et usage de faux": Mise au point de l’Action française Toulousain et rappel de ses activités

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

La section de Toulouse & Haut-Languedoc de l'Action française communique:

Une dissidence faiblarde

Contrairement à certaines allégations virtuelles, l'Action française Toulousain n’organisera pas de "réunion de rentrée" cette année, ni à Toulouse, ni à Bordeaux, Pau ou Bayonne. Cela lui est inutile: en contact permanent avec ses adhérents, militants, sympathisants et lecteurs du Journal, elle n'a nul besoin de se présenter pour se faire reconnaître comme le seul organe légitime et vivant du nationalisme intégral dans la grande région couvrant une vingtaine de départements du Midi-Pyrénées et de l'Aquitaine.

Nous mettons donc fermement en garde contre une poignée de jeunes activistes dispersés sur trois-quatre localités, inconnus au bataillon de la Vérité politique ou réputés racisto-identitaires, dotés de "chefs" parachutés de Paris (la personne se mettant en avant comme responsable de ce "coup" est l'une de celles à qui Pierre Pujo refusait l'accès aux colonnes du Journal, en raison de son hétérodoxie doctrinale!) qui prétendent faire reluire le miroir aux alouettes en criant qu'"avec eux, on va voir ce qu'on va voir"! La politique sérieuse est affaire de lenteur plus que d'agitation stérile sans lendemain. L’Action française Toulousain, forte de son expérience politique des coups tordus, est donc sereine: cette "dissidence", on en reparlera dans deux ans!

Notre légitimité d'Action française se fonde sur les faits

Cette mise au point faite, l'occasion nous permet de rappeler l'histoire de la section de Toulouse et la logique durable de ses activités. Notre section enracinée, active depuis 2008, a été refondée dans la ligne de Pierre Pujo et d'Henri Gept par la fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest, à la demande de nos amis toulousains. A l'époque trouble qui suit, encore aujourd'hui, la disparition de notre Chef incontesté, c'est seuls, - contre même certains "responsables" parisianistes qui, "maurrassiens" de salon et staliniens en pratique, ne veulent voir qu'une seule tête, vide de préférence mais alignée sur leur médiocrité, - que nous avons maintenu le flambeau de l’Action française dans le Midi. Voici, à titre d'exemple pour ceux qui en ignoreraient tout, quelques unes de nos activités de fond qui en témoignent:

2008: relance de la section par le Délégué régional Gaillère après le décès d'Henri Gept; expulsion d'un inverti interlope et d'un ex-attaché de groupe au conseil régional prétendant en accaparer la mémoire; conférences très appréciées de Philippe Prévost, historien bien connu de nos amis sur "Les origines de la tragédie palestinienne" et sur "La Condamnation de l'Action française: mythes et réalité", ainsi que, celle, très vivante, de Marguerite Puget, agrégée de lettres classiques (pas modernes, comme Diaphane Pâlichon!) sur la grande figure méridionale catholique et royaliste du cardinal de Cabrières; organisation dans la grande région du camp d'été Réal-del-Sarte de Biarritz 2008 auquel les Toulousains ont assisté en nombre.

2009: conférence bienvenue de Philippe Prévost sur "70 ans après sa levée: La Condamnation de l'Action française entre politique et religieux".

2010: conférences érudites des universitaires Gérard Bedel, Christophe Dickès et F. B*** de B***, respectivement sur "L'Action française en 2010", sur "Bainville, historien d'Action française, et nous", et sur "Bonald et l'Action française" et du professeur Germain Sicard sur "L'éducation républicaine en France de Condorcet à Sarközy"; congrès de la Fédération à Bordeaux, avec une participation importante des Toulousains.

2011: conférences de haute volée de Gérard Bedel, professeur et directeur politique de L'Action Française 2000 sur "L'Action française en 2011: nationaliste et anticapitaliste", et de Philippe Prévost sur "L'Eglise, la France et les trois Ralliements: 1892 - 1926 - 1965".

2012: conférences très courues du Dr Philippe Ploncard d'Assac sur "Le nationalisme français" et de Philippe Prévost sur "La canonisation de Jeanne-d'Arc: un parcours du combattant politico-religieux".

2013: conférences retentissantes du journaliste et écrivain Jean-Michel Vernochet sur "Iran, destruction programmée?" et de Philippe Prévost sur "Vichy, acteur de la modernisation de la France".

2014: conférence marquante de Jean-Jacques Dumur, historien, sur l'histoire de "La Grande Guerre vue par le maréchal Pétain".

En outre, nous avons rétabli chaque année, depuis 2008, au jour de sa fête nationale, la fête de Jeanne-d'Arc, fête du patriotisme, sous la présidence du Délégué régional, et contribué, en toute indépendance, dans la grande région comme à l'extérieur, à diverses manifestations culturelles contre-révolutionnaires et autres colloques universitaires (notamment, présence de stands aux Journées chouannes de Chiré-en-Montreuil et participation active au colloque parisien "La Grande Guerre inédite" et à celui sur Philippe Ariès).

Nos activités à l'avenir

L'Action française Toulousain continuera naturellement en 2017 et années suivantes ses activités, et ce jusqu'à instauration d'un Ordre nouveau, monarchique et national, enfin conforme aux intérêts du Peuple, dont elle est le meilleur défenseur. Si elle a paru ralentir, en surface, ses activités ces deux dernières années, cela est uniquement dû au fait que la période en cours étant largement parasitée par la campagne électorale permanente qui résulte de l'adoption du quinquennat, l'audience de l'Action française, déjà faible dans les médias, est inaudible du "Français moyen". De plus, bien que nous n'ayons rien à faire dans ce qui est une vaste comédie mise en scène par le Gros Argent, nous avons néanmoins donné des consignes de votes précises, largement suivies par nos amis, témoignant de notre vigilance patriotique et de notre engagement en faveur d'un "compromis nationaliste permanent".

L'année politique 2016-2017 a également vu notre présence sur la toile s'enrichir d'une page "fessebouc" ( https://www.facebook.com/Action-fran%C3%A7aise-Grand-Sud-Ouest-Bordeaux-Toulouse-Pau-Bayonne-1878104159091410/ ) quotidiennement (et souvent plus) mise à jour, qui démontre notre capacité de réaction raisonnée à l'actualité, tant nationale et internationale que locale, au plus près des réalités et des préoccupations méridionales.

Ainsi, la section de Toulouse & Haut-Languedoc de l'Action française, affiliée à la fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest fondée par Pierre Pujo, continue donc imperturbablement son chemin, sans hâter le pas, ni se soumettre à l'agenda de l'Anti-France, quelque soit sa couleur, fut-elle "catho" ou d’extrême-Droite! Nous annoncerons, sur ce blogue officiel de la section ( http://actionfrancaiseaquitaine.over-blog.com/ ), en temps utile, celles des activités que nous organisons à destination du grand public patriote; le reste de nos activités reste réservé à nos adhérents à jour de cotisation. 

Nos buts à long terme

Comme nous l'avons maintes fois déclaré ici, notre position sur le militantisme est: formation d'abord. Nous disons aux jeunes gens qui rêvent de coups d'éclat de commencer d'abord par lire Maurras, Bainville et Daudet; sans cette préparation indispensable pour laquelle nous tenons à leur disposition nos conseils pédagogiques, aucune action n'est durable (comme on s'en apercevra avec les clones qui prétendent "faire mieux que nous"); ensuite, et seulement ensuite, nous pourrions les admettre éventuellement dans les rangs de notre avant-garde (toutefois, après règlement préalable de l'adhésion: 120 euro pour un adulte, 240 pour un étudiant, payable exclusivement par virement bancaire à l'ordre de C.A.E.C. - C.C.P. La Banque postale 15 503 63 W BOR). Cette discipline est sans doute jugée trop dure par les dilettantes, mais c'est la condition du succès de nos idées.

La section, solidairement alliée aux autres sections de proximité de la Fédération (Bordeaux & Basse-Guyenne, Pau & Pyrénées, Bayonne & pays basque), ne se mobilise que pour les grands enjeux nationaux, tels que, par exemple, le projet de constitution européenne Giscard-Chirac il y a dix ans.

Il est malheureusement douteux que d'autres combats, aussi importants pour notre Indépendance, se représentent dans un futur prévisible, vu la stratégie d'évitement des conflits frontaux en matière doctrinale et d'évasion du domaine politique en faveur du "sociétal", que la classe politique a adoptée à la suite de la victoire du Peuple; si cette tactique rend d'autant plus difficile notre propagande souverainiste, nationaliste et royaliste, cela ne la frappe nullement d'obsolescence, mais exige de nous une inventivité stratégique et technique de tous les instants pour faire passer notre message à un public dépolitisé!

Pour ce but, nous devons cependant "être toujours prêts": parce qu'il illustre une disposition d'esprit propre à notre école politique, c'est bien le seul slogan que nous empruntons aux boy-scouts impuissants qui, des beaux arrondissements de Paris et de Lyon, prétendent diriger par oukases l'"Axion Front-XVI"! Les combats mineurs, sociétaux ou localiers, ne doivent pas disperser nos efforts qui consistent à forger une élite intellectuelle nationale capable de peser sur les événements politiques, le moment venu. Soyez-en sûrs, l’Action française Toulousain y prendra toute sa part, sous la direction de ses cadres légitimes et dynamiques.

Toulouse, le 1er septembre 2017.

Le Délégué régional de l'Action française dans le Grand Sud-Ouest

signé: GAILLERE

Voir les commentaires

Fête nationale de Jeanne-d'Arc 2017 à Bordeaux, Toulouse, Pau et Bayonne

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

ACTION FRANCAISE

Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest

fondée par Pierre Pujo (†)

Fête nationale de Jeanne-d’Arc 2017

sous la présidence effective du Délégué régional de l’Action française

Section de Bayonne & pays basque. – Samedi 13 mai 2017. – Le lieu et l’heure exacts seront précisés ultérieurement.

Section de Bordeaux & Basse-Guyenne. – Dimanche 14 mai 2017. – Le lieu et l’heure exacts seront précisés ultérieurement.

Section de Toulouse & Haut-Languedoc. – Dimanche 14 mai 2017. – Le lieu et l’heure exacts seront précisés ultérieurement.

Section de Pau & Pyrénées. – Dimanche 14 mai 2017. – Le lieu et l’heure exacts seront précisés ultérieurement.

Dépôt de gerbes, discours politique, chants & animations diverses.

Disposition commune à toutes les sections locales : En raison des circonstances, inscription préalable obligatoire par la rubrique « contact » (donner ses nom, prénom et coordonnées complètes).

Voir les commentaires

La citation du jour: Esprit moutonnier et Axion Front XVI

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

Ne pas laisser les dissidents de l'Action française prévaloir, voilà pourquoi il faut combattre l'insipide Stéphane Blanchonnet, qui se prétend sans rire le digne successeur de... Pierre Pujo:

« Tout chef sera un détestable tyran si on le laisse faire. »

(Alain)

« Un peuple de moutons finit par engendrer un gouvernement de loups. » (...ou de requins!)

(Agatha Christie)

Voir les commentaires

Les consignes de vote de l'Action française-Grand Sud-Ouest pour les primaires de Gauche: Battre Valls à tout prix!

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

Comme elle l'a fait pour la primaire de Droite (http://af-aquitaine.over-blog.com/2016/11/voter-fillon-pour-battre-sarkozy-et-juppe.html), la fédération Grand Sud-Ouest de l'Action française donne des indications de vote pour celle de Gauche. Faire une politique utile au Pays, comme nous nous y employons loin de tout activisme stérile, c'est se saisir de toutes les occasions de le sauver, fut-ce les plus infimes!

Parmi les sept candidats retenus (http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/primaires-gauche/2016/08/19/35005-20160819ARTFIG00243-qui-sont-les-cinq-candidats-a-la-primaire-a-gauche.php), il convient d'écarter de prime abord les candidats des mouvements associés au parti socialiste qui n'ont aucune chance: Mme Pinel et MM. Benhamias et de Rugy, même si M. Jean-Luc Benhamias, ancien militant gauchiste passé par l'écologie et devenu notable, est de loin celui qui inspire le plus d'intérêt du point de vue nationaliste.

Restent les quatre socialistes: MM. Hamon, Montebourg, Peillon et Valls. Tous ont partagé, à des postes divers, les responsabilités gouvernementales sous la présidence malheureuse de François Hollande.

Il semble cependant qu'il faille faire un distinguo dans le caractère mortifère de leurs politiques démagogiques. Si le passage de M. Hamon au gouvernement a été relativement insipide, on ne saurait en dire autant de ses collègues.

En effet, alors que M. Peillon a été, à l'Education nationale, d'un laïcisme agressif complètement démodé, mais largement dans les nuées, M. Valls, comme ministre de l'intérieur puis comme premier ministre, a été l'artisan le plus actif du quinquennat en matière d'aliénation haineuse de nos libertés, continuant en cela l'agenda "néo-con" de Sarközy.

Ainsi, tout comme Sarközy et Juppé étaient à éliminer politiquement à Droite, Valls apparait nettement comme le candidat le plus néfaste à l'intérêt de la France. D'ailleurs, la candidature de Peillon, téléguidée à la dernière minute par l'Elysée pour défendre le bilan de Hollande et faire échec à celle de Valls, est trop négative pour rassembler largement. Tout au plus, peut-elle rallier les plus "légitimistes" des socialistes.

Telle n'est pas la démarche de Montebourg, entamée, non sans enflure, dès son départ du gouvernement,  et dont la coloration de Gauche et cocardière ne peut que plaire à l'électeur de base. Dès lors, le recours au vote Montebourg semble, pour ceux de nos sympathisants qui ont l'intention de participer à ces primaires, la seule option efficace pour battre Valls. Que son échec soit cuisant est une nécessité absolue pour torpiller la suite de sa carrière antifrançaise.

Soulignons que Montebourg, au ministère de l'industrie, a été confronté de plein fouet aux délocalisations, voulues par la "fortune anonyme et vagabonde", qui tuent notre économie, ce qui, toutes choses égales, n'a pas dû manquer de lui inspirer une conception plus nationale du socialisme français.

La Fédération appelle donc tous ses amis à employer sans hésiter ce moyen, puisqu'il permet de peser sur le cours ultérieur du processus électoral. Notre force est sans doute d'avoir raison, mais, en l'état de nos forces, tout ce que nous pouvons est de faire, avec notre bulletin, échec au Mal, à la Mort démocratiques dans ses incarnations les plus dangereuses. Faisons-le joyeusement!

Pour la Fédération:

Le Délégué régional de l'Action française dans le Grand Sud-Ouest,

signé: GAILLERE

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/12/17/97001-20161217FILWWW00074-primaire-du-ps-sept-candidats-definitivement-retenus.php

Voir les commentaires

Les spécificités transfrontalières du pays basque au crible de l'Action française-Grand Sud-Ouest

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

On lira ci-après, à l'approche des fêtes de Bayonne, auxquelles notre section locale participe joyeusement, un intéressant article d'une universitaire bordelaise sur les influences réciproques des pays basques espagnols et français.

A.F.-Grand Sud-Ouest

http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/typespace/frontier/FrontScient5.htm

Le calendrier des fêtes et férias dans les Landes:

http://www.sudouest.fr/2016/04/11/landes-le-calendrier-complet-des-fetes-et-ferias-de-l-annee-2016-2327695-716.php

... et dans notre pays basque français!

http://www.sudouest.fr/2016/04/21/pays-basque-le-calendrier-complet-des-fetes-et-festivals-de-l-annee-2016-2336460-4018.php

Dans chacune de ces fêtes, la section la plus proche (Bordeaux & Basse-Guyenne, Bayonne & pays basque, Pau & Pyrénées et Toulouse & Haut-Languedoc) tiendra un stand pour vous recevoir et vous informer sur nos activités dans la grande région!

Voir les commentaires

Jeanne 2016: à Bordeaux, notre honneur s'appelle légitimité

Publié le par Section de Bordeaux & Basse-Guyenne de l'Action française

Une jeune étudiante d'Action française de Bordeaux déposant la gerbe au pied de la statue de la Libératrice
Une jeune étudiante d'Action française de Bordeaux déposant la gerbe au pied de la statue de la Libératrice

Dimanche dernier, la section de Bordeaux & Basse-Guyenne de l'Action française a honoré par une brève et émouvante cérémonie la Sainte de la Patrie à Bordeaux.

Bordeaux, bastion de la fidélité à l'A.F.-Grand Sud-Ouest

Sous la présidence du Délégué régional Gaillère, au regard brillant de fierté patriotique d'hommes et de femmes de toutes les classes de la Société, allant de la noblesse authentique et de la laborieuse bourgeoisie bordelaises aux ouvriers et artisans de la C.U.B. et aux paysans de l'Entre-deux-Mers, - à l'exclusion de tout fonctionnaire prévaricateur ou autre postier oisif, - une jeune et ravissante étudiante d'Action française a déposé une belle couronne de lys, offerte par un des plus grands fleuristes de Bordeaux, sympathisant, au pied de la statue équestre faisant face au Jardin public.

Prenant la parole pour le traditionnel discours politique toujours très attendu de nos amis, qui exprime la pensée de tous les participants, tire les leçons de l'expérience et fixe la ligne pour l'année à venir, le Délégué régional, comme il l'avait fait un peu plus tôt dans la journée à Pau, a rappelé que la mémoire des premiers militants de l'Action française, qui ont permis l'institution de la fête nationale que nous célébrons seuls dans la grande région, est sacrée et que n'importe qui ne peut pas s'en réclamer. Le combat qui vient est celui de la légitimité. Non celui de la légitimité monarchique, qui est tranché depuis la fin du XIXème siècle, - même si ceux au profit de qui elle joue sont loin de toujours présenter les qualités de leurs prédécesseurs, - mais celui du nationalisme.

Si la légitimité monarchique est indispensable, mais non suffisante, pour régner, - le couronnement prématuré d'un imbécile ruinerait pour rien la figure du Roi que l'A.F. a sauvé de l'oubli, - celle du nationalisme est un préalable nécessaire pour agir. Car, dans l'Inrerrègne depuis 1848, le nationalisme, vigie essentielle de la Patrie, assure une permanence de la fonction royale. Au contraire, un nationalisme frelaté, - "du Maurras, Canada Dry, tel qu'on le sert de nos jours dans les apéros natios", pour reprendre les mots de M. Gaillère, - ne profiterait à aucun Français. Il faut "penser clair pour marcher droit"; aussi, s'agit-il de savoir à qui appartient l'Action française, ce qu'elle est et n'est pas.

Ce que Pujo aurait pensé de l'Action française d'aujourd'hui

On connait la certitude de la fédération Grand Sud-Ouest, fondée par Pierre Pujo, qu'elle développe sur tous les supports à sa disposition (conférences, propagande orale et écrite, internet): L'Action française est autre chose qu'une propriété de famille (des 20 familles); elle a fondé une tradition politique, distincte en tout point d'une sommaire réaction bourgeoise, tradition dont notre Fédération, enracinée depuis quinze ans, est la seule dépositaire dans le Grand Sud-Ouest (une quinzaine de départements), mais aussi dans le reste de la France, du fait de la démission de l'immense majorité des cadres de l'époque de Pierre Pujo.

Pour le Délégué régional, qui l'a connu et servi indéfectiblement, Pujo, notre Fondateur, aurait condamné sans ambages les trafics parisianistes avec le néo-F.N. et incité nos amis à se déterminer, en politique électorale, non pas en faveur d'un parti failli (quarante ans de voie de garage), mais selon le seul intérêt national. L'A.F., bien que participant aux élections - elle agit "par tous les moyens même légaux" - n'est pas une réserve de voix tout acquise (ou qu'on pourrait acheter avec des positions éligibles aux prochaines régionales en Rhône-Alpes et en Ile-de-France), ni une chasse gardée pour ceux qui ont toujours tout raté sur tous les plans, et qui cherchent une surface sociale pour "briller". Elle exige à sa tête des Incorruptibles, plutôt du genre d'Eliott Ness que de Robespierre!

De fait, il aurait refusé les nominations injustifiables qui ont eu lieu depuis 2007, tant dans les organes prétendument "directeurs" du Mouvement qu'à la rédaction du Journal, et qui en ont fait un pandemonium de toutes les dissidences. Confronté à des accaparements illégitimes, à la limite du détournement moral, il aurait estimé qu'au-dessus de la survie d'une structure squelettique, il y a la Cause qui exige tous les sacrifices, mais pas tous les aveuglements, et qui justifie la continuation du combat avec toutes les armes en notre pouvoir. Dans cette optique, il aurait reconnu dans la fédération Grand Sud-Ouest, qu'il avait voulu, la "voie du salut bien repérée". Des hommes de gabarit différent peuvent bien passer... et être oubliés, des générations plus ou moins dignes se succéder, - une Cause ne meurt jamais.

Il aurait également rappelé que nos idées politiques réalistes appartiennent au Pays tout entier, c'est-à-dire au Peuple à qui nous devons redonner la parole. C'est proprement la tâche du nationalisme. C'est ce que fait pour sa part la Fédération et ses sections locales (Bordeaux bien sûr, mais aussi Toulouse, Bayonne, sans oublier Pau! http://af-aquitaine.over-blog.com/2016/05/fete-de-jeanne-d-arc-2016-mission-accomplie-a-pau.html). Pour notre "complot à ciel ouvert" contre la Démocratie et pour le Peuple, c'est là le secret de la victoire. Malheureusement pour nos dissidents, il ne s'invente pas!

Qu'est-ce que la légitimité politique?

Le critère de la légitimité politique n'est pas la longévité (sinon ceux qui traînaient leurs guêtres boueuses dans nos environs dans les années 60, 70 ou 80 la détiendraient évidemment, quel que soit le mépris qui se soit attaché depuis à leurs noms de traîtres et de routiniers), - mais la fidélité. Fidélité à nos idées vraies (qui ne se résument pas à des slogans de circonstance qui ont naturellement vieilli), à la mémoire pure de nos Maîtres indépendants des pouvoirs temporels, mais fidélité surtout à une méthode plastique, l'empirisme organisateur, qu'un philosophe chrétien actuel qualifiait d'excellente "boîte à outils" pour comprendre notre monde en déliquescence.

La légitimité n'est pas dans la singerie des camelots ou des anarcho-syndicalistes de 1910: ceux des privilégiés qui s'y adonnent cherchent surtout à s'acheter une bonne conscience entre 18 et 21 ans, avant de sombrer dans la léthargie et l'hypocrisie du conservateur bien-pensant pour le reste de leur triste existence. A moins que, plus âgés, ils ne soient aussi plus calculateurs (au moins pour leur carrière)... Bref, sur tous ces points, "Nous ne cèderons jamais, parce que nous sommes légitimes, a conclu le Délégué régional; personne d'autre ne peut en dire autant".

Le fanal de la légitimité

A ces erreurs et ces crimes de notre temps, qui retomberont dans les poubelles de l'histoire, il faut donc opposer sans faiblir notre légitimité: "ce n'est pas un F.N., mais un fanal qu'il faut au milieu du brouillard des idées". Pour sortir des bouleversements, la Nation a besoin de trouver un chemin qui lui soit propre et familier. L'Action française est cette seule "troisième voie" possible en France, pas simplement entre le capitalisme borné et le marxisme assassin, pas seulement entre l'ultralibéralisme déréglé et l'économie dirigée, pas uniquement entre le souci de la Nation et le désir de la justice sociale, pas exclusivement entre l'esprit de lucre et l'esprit de jouissance: elle est la corde, délicate et incontournable, qui lie la gerbe des idées et des intérêts les plus divers.

L'A.F. n'est pas un équilibrisme impossible, compromis horizontal entre termes idéologiquement opposés, sorte de "juste milieu" démo-chrétien de sensibilité royalisante, mais la somme de nos rêves et de nos cauchemars, le total de nos calculs sordides et de nos actes désintéressés, le solde mental et humain qu'elle fait servir à notre avenir de Peuple. L'A.F. ne se regarde pas d'en-bas, au ras du sol; elle ne se voit bien "qu'en avion", de haut. Elle est la réalité même de notre Peuple.

Après ces fortes paroles vivement acclamées, La Royale et La Marseillaise ("Amour sacré de la Patrie..."), nos deux hymnes nationaux, ont été entonnés. Nos amis se sont séparés en se donnant rendez-vous à la rentrée militante de la section en septembre, sous la direction de nos cadres habituels.

A.F.-Bordeaux & Basse-Guyenne

Voir les commentaires

Fête de Jeanne-d'Arc 2016: Mission accomplie à Pau

Publié le par Section de Pau & Pyrénées de l'Action française

Mission accomplie à Pau le 8-Mai 2016

Depuis le réveil de notre section de Pau en 2012, nous n'avons jamais manqué de célébrer pacifiquement la fête nationale de Jeanne-d'Arc, fête du patriotisme français.

Cette année, la statue de Jeanne avait été taguée, mais le diable portant pierre, une forte mobilisation de personnes est venue réparer la profanation, comme à Bayonne du temps de Pierre Pujo! Dans la ville du roi Henri, en général en province, on n'a pas la mémoire courte, mais des fidélités tenaces!

Lorsque la délégation de l’A.F. Pau-Béarn est arrivée sur les lieux de la cérémonie, d’autres personnalités étaient déjà présentes et l’ont accueillie avec chaleur. Nous l'avons souvent constaté: notre désintéressement nous rend incontournables. Une preuve de plus qu'entre patriotes sincères, la France est un trait d'union sur toute autre considération partisane ou associative.

Deux jeunes gens de l’A.F. ont déposé, avec une très belle gerbe composée avec goût par les Dames et Jeunes Filles royalistes du Béarn, leur hommage à la Pucelle; sur la banderole immaculée était simplement mais clairement inscrit en lettres d'azur: ACTION FRANCAISE.

Puis, en la présence vigilante de nos cadres locaux, le Délégué régional de l‘A.F. a prononcé un discours où il a rappelé le rôle et les sacrifices des militants de l’A.F. qui ont imposé la Fête de la Vierge Guerrière dont ils vengé l’honneur en fessant publiquement l’ignoble Thalamas, et la nécessité de leur rester fidèles, ainsi qu'à nos Maîtres, afin que leur combat pour Jeanne et la France n'ait pas été vain.

Pour achever en beauté cette journée de la mémoire, une jeune chorale, l'orgueil de notre section, a entonné une « Royale » vibrante et récité d’une voix forte Ave Maria et Je Vous salue, Marie, le tout salué de salves d’applaudissements et de félicitations des personnes présentes qui ont échangé les coordonnées et demandé de remettre cela tous ensemble l’an prochain.

L’A.F. ne pouvait faire moins dans la cité d’Henry IV. A son enseigne glorieuse, l'amitié d'Action française n'est pas un vain mot!

Un détail de la très belle gerbe déposée en l'honneur de Jeanne- d'Arc par la section du Béarn le 8-Mai 2016 à Pau (Photo D.R.)

Un détail de la très belle gerbe déposée en l'honneur de Jeanne- d'Arc par la section du Béarn le 8-Mai 2016 à Pau (Photo D.R.)

Voir les commentaires

Fête de Jeanne-d'Arc 2016 le 7 mai à Bayonne, le 8 mai à Bordeaux, Toulouse et Pau

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

ACTION FRANCAISE

Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest

fondée par Pierre Pujo (†)

Fête nationale de Jeanne-d’Arc 2016

sous la présidence effective du Délégué régional de l’Action française

Section de Bayonne & pays basque. – Samedi 7 mai 2016. – Le lieu et l’heure exacts seront précisés ultérieurement.

Section de Bordeaux & Basse-Guyenne. – Dimanche 8 mai 2016. – Le lieu et l’heure exacts seront précisés ultérieurement.

Section de Toulouse & Haut-Languedoc. – Dimanche 8 mai 2016. – Le lieu et l’heure exacts seront précisés ultérieurement.

Section de Pau & Pyrénées. – Dimanche 8 mai 2016. – Le lieu et l’heure exacts seront précisés ultérieurement.

Dépôt de gerbes, discours politique, chants & animations diverses.

Disposition commune à toutes les sections locales : En raison des circonstances, inscription préalable obligatoire par la rubrique « contact » (donner ses nom, prénom et coordonnées complètes).

Voir les commentaires

L'Action française-Grand Sud-Ouest a toujours raison: Il n'y a pas de "droitisation" de la France!

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'Action française

Comme le dit Robert De Niro dans L'Avocat du Diable: "J'adore avoir raison". L'Action française-Grand Sud-Ouest, fondée par Pierre Pujo et dirigée sans discontinuer depuis 15 ans par le Délégué régional Gaillère, - ce qui compte, en matière de persévérance!, - pourrait dire la même chose, et tellement souvent!

Qu'il s'agisse de l'essoufflement prévisible de la "Manif' pour tous", - du ralliement de ses chefs à l'U.M.P. contre des places, - de l'impossibilité des cathos de faire de la politique, - de la niaiserie des bourgeois (à particule ou à noms composés) quand il s'agit de la France, etc etc. - la Fédération, dont la ligne politique est fixée, dans la durée et la tradition de l'A.F., par le Délégué régional, se trompe rarement. On peut le vérifier aisément sur ses blogues officiels (pour Bordeaux et l'Aquitaine: http://af-aquitaine.over-blog.com/ ; et pour Toulouse, le Languedoc et les Pyrénées orientales: http://actionfrancaiseaquitaine.over-blog.com/ ). Exemple: la prétendue "droitisation", dont se gargarisent patriciens figés au XIXème siècle et activistes de tout poil!

Il n'y a pas de "droitisation"!

La "droitisation": éternel miroir aux alouettes des têtes de linottes nuisibles par leur bêtise, qui croient au "printemps français", au "jour de colère" (le pendant sans imagination et sans lendemain du "grand soir" de la Gauche), et qui se rêvent "héritiers du 6-Février" (comme s'ils arrivaient au talon de ces combattants politiques)! C'est le vieux piège, classique et éculé, de la Gauche, pour susciter un front "antifasciste": "Au secours, la Droite revient!" (un slogan de 1986, pour ceux qui auraient la mémoire courte, ou, plus vraisemblablement, qui ne seraient pas nés à cette époque et se dopent à la "droitisation"!)

On avait déjà eu, mais de manière moins tranchée, quelques aperçus de cette falsification néfaste, qui neutralise, en outre, en les rassurant à bon compte, les conservateurs sclérosés. Cette fois-ci, l'universitaire Crapez, qui pour n'être pas d'A.F. n'en est pas moins bon observateur, décortique ce mythe dans l'article riche en réflexions ci-dessous. Inutile de dire qu'il apporte à la fédération Grand Sud-Ouest toutes les confirmations scientifiques souhaitables à sa démonstration politique faite de longue date. Visiblement, elle était assez bien pensée!!

(Quant à Zemmour, Soraël et compagnie, que tant d'illettrés prisent, nous leur avons fait le sort méprisable qui leur revient: http://af-aquitaine.over-blog.com/2014/12/zemmour-patriote-francais-vraiment.html ; http://af-aquitaine.over-blog.com/2015/12/la-reponse-de-l-action-francaise-bordeaux-aux-nouveaux-reactionnaires-pfft-et-pschitt.html.)

Dans le paysage politique français, il n'y a plus, en fait de Droite électorale, que d'anciennes Gauches et quelques jeunes gens arrivistes, imbibés de "Nouvelle Droite" évolienne et païenne, et autres ambitieux du néo-F.N. C'est peu, bien peu, trop peu, pour constituer un front du refus intelligent et valable de la Démocratie, et d'ailleurs, tel n'est pas leur propos! C'est, théoriquement, le rôle de l'Action française.

L'état de l'Action française

Hélas, six cent soixante-six fois hélas, depuis la mort de Pierre Pujo (2007), celle-ci est tombée dans la main de ces mêmes arrivistes (pour ne pas dire pire!), tout prêts à pactiser avec le Diable et ses suppôts pour se faire une place au soleil de Satan... nous voulons dire au conseil régional d'Ile-de-France ou Rhône-Alpes! Mais, dans leur hâte de parvenir à n'importe quel prix (fut-ce d'une ignominie, d'un reniement ou d'un ralliement, même à des dissidents!), ils n'ont pas mesuré que l'âme de l'Action française n'était pas à vendre et que son corps ne se limitait pas aux arrondissements centraux de Paris ou de Lyon!

Il est facile de faire le constat qu'en France, aujourd'hui (2016), il n'y a guère que notre Fédération fondée par Pierre Pujo qui ait maintenu intactes et la méthode, et ses résultats (la Monarchie nationale, le nationalisme intégral chimiquement pur, le sens du compromis nationaliste), ainsi que la culture de réalisme et de modernité qui baigne notre pensée politique cohérente! Oui, seuls nos cadres et notre structure fédéraux sont désormais le canal historique de la légitimité de l'Action française. C'est peu, sans doute, mais suffisant pour une Renaissance!

Pourquoi nous avons raison

Et pourquoi avons nous raison si souvent? Y a-t-il une recette-miracle? Sommes-nous infaillibles comme le Pape quand il parle politique? (lol!) Peut-être avons-nous, dans nos hôtels particuliers des Chartrons, nos villas de Caudéran et d'Arcachon, nos châteaux viticoles du Médoc ou nos ruines médiévales, une boule royaliste en cristal de Baccarat? Non, sérieusement: Parce que nous ne faisons pas de l'activisme militantiste, - nous appliquons tout simplement la méthode que nous a enseignée Pierre Pujo: l'empirisme organisateur. Elle exige de l'humilité devant le réel, de l'honnêteté intellectuelle et de la discipline militante, - pas des réflexes pavloviens réactionnaires, pas des automatismes manichéens! Malheureusement, ce n'est pas à la portée de tout le monde... mais c'est comme ça! C'est pourtant si évident que tout être supérieur devrait avoir la chance de connaître l'Action française-Grand Sud-Ouest!

Pourquoi venir à l'Action française-Grand Sud-Ouest?

Jeunes et moins jeunes, un conseil: N'écoutez pas les prophètes de malheur croisés au hasard d'un rally, les boy-scouts fanfarons qui font leur B.A. militante de l'année le 21-Janvier! Lisez plutôt Maurras dans le texte... et pas seulement son Petit Manuel de l'Enquête sur la Monarchie! Loin du culte de la personnalité et de tout dogmatisme, l'A.F., c'est aussi une méthode de développement personnel au profit de la collectivité, elle ne se résume pas dans un petit catéchisme qu'on lirait entre deux bières! Et l'A.F.-Grand Sud-Ouest, c'est comme la méthode Assimil du nationalisme intégral!

L'Action française-Grand Sud-Ouest et ses sections actives de Bordeaux & Basse-Guyenne, de Toulouse & Haut-Languedoc, de Pau & Pyrénées et de Bayonne & pays basque sont disponibles pour vous montrer le chemin de la Vérité politique et vous accompagner tout au long de votre existence au service de la France. Car, à l'A.F.-Grand Sud-Ouest, pas le temps de s'ennuyer: on considère qu'un engagement vrai dure longtemps et se renouvelle constamment; il n'y a pas qu'une manière de servir, l'essentiel est de vouloir servir. Nos Fédération et sections enracinées ont des structures de formation et d'action éprouvées et reconnues, même par nos ennemis, parce que:

1/ Nous sommes depuis 15 ans dépositaires exclusifs de la légitimité de l'Action française au plan local, régional et même national. Ce n'est pas négligeable en politique, car notre école de pensée centenaire, créée en 1899, a rendu des services importants à la France. Nous sommes les seuls dans ce cas en France. Toujours réalistes et constructifs, nous servons la Cause nationale et royale, la seule qui vaille, quelle que soit la situation politique (Gauche ou Droite au Pouvoir), ne versons pas dans l'activisme raciste ou électoraliste et ne nous décourageons jamais! Nous sommes donc fiables.

2/ Nous vous proposons une formation intellectuelle et doctrinale sans équivalent dans la grande région! Nous vous apprendrons ce que vous n'avez trouvé nulle part, ni à l'école, ni à l'église, ni à la fac', ni au taf', ni dans les partis - à utiliser votre matière grise pour être utile à notre Pays!

3/ Nous ne sommes pas des charlatans de la Monarchie! Nous ne vous faisons pas de fausses promesses de "restauration rapide", sans efforts, nous vous promettons au contraire "du sang, de la sueur et des larmes!" Nous ne sommes pas non plus des nostalgiques d'une Société d'ordre ou d'une mythologie pseudo-militante ou ouvriériste dépassées! A la Fédération, nous ne singeons pas les grands ancêtres! Nous ne cachons pas d'intérêts de classe derrière de grandes idées, comme Dieu et le Roi! C'est le Peuple français, - pas la bourgeoisie à particule ou à noms composés, - qui justifie l'existence de l'Action française et la solution monarchique, - pas la nostalgie plus ou moins intéressée ou le racisme des possédants! Notre Action française est donc durable, parce que, quoi qu'il advienne, nous serons toujours au service de la Cause dans cinquante ans (2066), avec la même raison et le même enthousiasme, tant qu'une Monarchie moderne et progressiste n'aura pas été instaurée pour le bien de nos concitoyens!

Sautez le pas!

Vous, jeunes et moins jeunes qui voulez sincèrement être utiles à votre Pays à Bordeaux, Toulouse, Pau et Bayonne et leurs environs, vous ferez donc bien, si vous ne voulez pas perdre votre temps à coller des stickers à perpète et si vous voulez faire enfin quelque chose de votre vie, de rejoindre nos rangs! Nous vous accueillerons à bras ouverts dans nos sections localement enracinées depuis des décennies dans les capitales provinciales du Grand Sud-Ouest. Vous y trouverez, non des pots et des joints, mais la certitude autrement enthousiasmante de la Vérité politique et, surtout, vous vous trouverez vous-mêmes! Chacun de vous n'a donc plus qu'à sauter le pas et sortir de son petit milieu respectif! Nous vous attendons de pied ferme pour sauver la Patrie!

D'ailleurs, vous vous en apercevrez vite, il n'y a pas photo: de toute la France, c'est dans la fédération Grand Sud-Ouest qu'on peut chanter avec plus de conviction, de liberté, de sincérité et de vérité La Royale : Oui, jeunes gens réactionnaires et Jeunes Filles royalistes, venez à nous, "notre force est d'avoir raison!" ... et bien plus encore! Pour de vrai!

A.F.-Grand Sud-Ouest

Morceaux choisis:

La "droitisation"

"Il s'agit d'une escroquerie intellectuelle pour six raisons: elle ne correspond pas aux tendances observables dans la vie politique française, elle est inférée par des sondeurs à partir de questions biaisées, elle est certifiée sans qu'il soit jamais question de la gauchisation son contraire, elle traduit en fait l'épuisement du processus de gauchisation structurelle qui nourrit chez les élites une impression subjective de droitisation conjoncturelle, c'est une arme idéologique destinée à relancer le moteur de la gauchisation en culpabilisant l'adversaire, c'est enfin une stratégie qui déplace subrepticement les pions sur l'échiquier afin de dissimuler une droitisation circonstancielle du parti socialiste."

La gauchisation du paysage politique électoral

"Les tendances observables dans la vie politique française indiquent depuis quarante ans un processus continu de gauchisation. Primo, il n'existe plus de personnalités aussi à droite que Poniatowski ou Pasqua. Secundo, ce sont des personnalités comme Chirac ou Juppé qui ont effectué des glissades de gauchisation (le premier était surnommé «facho-Chirac» et le second prônait le «retour au pays» des immigrés). Tertio, en dépit des accusations et procès d'intention, la question des alliances électorales avec le Front national n'a jamais été aussi peu à l'ordre du jour (même pour des personnalités considérées comme droitières, tels Xavier Bertrand et Christian Estrosi). Quarto, si la droite n'a pas bougé, le FN suit un processus de «dés-extrême-droitisation» depuis deux décennies."

En revanche, sur la médiocrité du personnel politique, on sera plus et moins sévère que Crapez: Démocratie parlementaire ou pas, idéologies mises à part, il y eut sous les IIIème et IVème Républiques d'authentiques hommes d'Etat (Thiers, Ferry, Clemenceau et Poincaré, Tardieu, Laval; Mollet, Bourgès-Maunoury... et quelques autres!)

"Si le personnel politique est incapable de réformer la France depuis trente ans, ce n'est pas dû à une sorte de médiocrité d'ensemble. Hormis la génération façonnée par la Résistance, le personnel politique fut fort médiocre à certaines périodes de la troisième République ou de la Quatrième (de Charles Dupuy à Maurice Bourgès-Maunoury)."

La Gauche domine le paysage intellectuel

"(...) au sein des professions intellectuelles, la gauche s'assume comme telle, alors que la personne de droite, de peur de se retrouver isolée sinon «blacklistée», affiche souvent un souci d'ouverture afin de donner des gages. Concrètement, un éditeur peut se permettre d'avoir un catalogue d'auteurs exclusivement de gauche, mais la réciproque n'est plus possible. Autre exemple, un politologue de gauche -qui propage les idées jumelles de droitisation, de mort de la gauche et de silence des intellectuels-, va être interviewé dans des médias de droite, alors qu'il ne viendrait pas à l'idée d'un média de gauche d'interviewer un politologue de droite.

"Cette question des professions intellectuelles est importante puisque celles-ci contribuent à «faire l'opinion» et qu'elles penchent nettement à gauche. Dans ces milieux, l'expression «marqué à droite» n'a pas son équivalent pour la gauche. Il est, en effet, considéré comme légitime d'être très à gauche et l'expression «extrême-gauche» est prohibée, on doit dire la «gauche de la gauche». À l'inverse, les intellectuels sont prompts à «extrême-droitiser» tout ce qui déborde «à droite du centre-droit», selon la formule de l'un d'eux."

La décadence généralisée des "élites"

"Il est trop facile d'intenter le procès des hommes politiques par rapport aux hommes de plume, qui souvent deviennent eux aussi des hommes de micros. Au story-telling des hommes politiques correspond la «people-isation» du débat d'idées."

La baisse générale du niveau, l'absence d'une Action française et le terrorisme intellectuel de la Gauche entraînent la domination du consensus libéral et expliquent la timidité des politiciens et la surévaluation du F.N.:

"L'incapacité à réformer est dû à une série de causes telles que l'emballement européiste (à distinguer de l'enthousiasme pro-européen), l'obsession du Front national, la phobie du populisme, la propagande anti-libérale, la paresse démagogique, l'éclipse des grandes figures de droite (mort de Raymond Aron puis d'Annie Kriegel). Au total, le facteur FN prédomine. Il obnubile et obscurcit le jugement."

Violence politique résiduelle et virulence verbale intense

"...la violence politique physique a considérablement régressé. Mais la virulence verbale demeure importante."

La "Droite" et la Nation, des notions paralysantes: Oui, tant qu'on reste en système démocratique, façonné par la Gauche; en-dehors, la notion idéologique de "Droite" devient inutile et peut être supplantée par celles de Contre-Révolution et de nationalisme, fondées sur le réel.

"(...) un souci de désamorcer le fait de parler de «nation» en montrant qu'on n'est pas d'extrême droite.

"On touche du doigt la grande inhibition sémantique dictée par la gauche. Pour échapper à la stigmatisation du mot d'ordre de gauche contre «la droite et l'extrême droite», les notables LR se réclament du centre-droit. Dans mon livre Naissance de la gauche, j'avais souligné ce problème d'équation sémantique qui handicape la droite: difficile de convaincre que l'on est meilleur que la gauche dès lors que l'extrême-droite, qui contient le mot droite, incarne l'erreur absolue."

Si l'on veut rester en Démocratie, au contraire, alors la Droite, pour exister conceptuellement, devrait se montrer aussi intransigeante idéologiquement que la Gauche... on peut toujours rêver!

L'Action française a pourtant toutes ses chances:

"Les idées ne courent pas les rues. Les idées nouvelles ne sont pas légion. Les brides d'idées nouvelles ou les réagencements d'idées anciennes peuvent devenir novateurs."

Source: http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/02/19/31001-20160219ARTFIG00427-tre-de-droite-a-t-il-encore-un-sens.php

Le site de l'auteur: http://marccrapez.net/

Voir les commentaires

Comment travaille la nouvelle police politique; rappel des consignes pour le militantisme

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F.

Parce que le "service d'investigation transversale" (S.I.T., un sigle à retenir), une nouvelle police politique, a été récemment impliqué dans la persécution de manifestants pacifiques en faveur de la famille traditionnelle, et qu'il n'est pas inutile de profiter de l'expérience des militants d'extrême-gauche en matière de répression, on lira avec intérêt, ci-dessous, le récit d'une affaire banale de dégradations s'étant déroulée récemment à Paris. Les précautions prises par le Pouvoir républicain montrent à quel point il est peu assuré du lendemain pour craindre la moindre opposition, fut-elle la plus futile. Mais il faut bien reconnaître que passer trois jours en prison et être fiché par la police politique, uniquement pour s'être donné le frisson de quelques graffitis aussitôt effacés, est stupide.

 

A ce propos, il ne sera pas superflu de rappeler aux amateurs isolés de militantisme solitaire les consignes permanentes de la fédération Grand Sud-Ouest de l'Action française en matière d'affichage, en vigueur depuis le 29-Mai 2005 et valables dans toutes la grande région: 1° Les collages d'affiches ou d'affichettes autorisés par la Fédération sont actuellement suspendus. - 2° Aucun collage d'affiches ou d'affichettes ne doit avoir lieu en dehors des emplacements autorisés (panneaux municipaux de "libre expression"). - 3° Tous les graffitis sont interdits. - Ces consignes s'expliquent à la fois par la priorité donnée à la formation politique des militants (elle a lieu à travers notre cycle de conférences "J'apprends à lire et à réfléchir avec Maurras": http://af-aquitaine.over-blog.com/article-programme-du-cycle-de-formation-j-apprends-a-lire-et-reflechir-avec-maurras-de-l-action-fran-aise-111413141.html) sur l'activisme désordonné, et surtout par la vanité d'une activité qui, on le voit, peut conduire tout droit en prison et dont le rendement est infime (une affiche ou affichette n'est vue que par celui qui la colle, un tract sur 10.000 porte...). Au total, le jeu, s'il permet à d'inconséquents romantiques de se faire plaisir à bon compte, n'en vaut pas la chandelle. La politique n'est pas affaire de coups d'éclat, mais de persévérance au long cours. 

 

A.F.-Grand Sud-Ouest

 

c.r.s. = s.s.

 

"Il est autour de 1h du matin ce vendredi 16 novembre 2012 quand une voiture de la police de proximité s’arrête au niveau du 150 avenue Daumesnil (Paris 12ème). Nous sommes alors deux sur le trottoir juste devant la permanence du Parti Socialiste. Et sur les murs de celle-ci, quelques inscriptions au marqueur et une série d’affiches sont apposées là pour soutenir la lutte contre le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Trois flics débarqués du véhicule entreprennent de nous interpeller et font un inventaire (avec photographies) des « dégradations », avant de crachoter dans leur talkie-walkie : Delta, Oscar, Mike...

 

"On nous embarque. Motif invoqué : « Outrage à personne dépositaire de l’autorité publique » (Article 433-5 du Code Pénal). Il semblerait que l’inscription « Ayrault-porc, nous serons ta Bérézina » relevée sur la façade soit à l’origine de l’inculpation. Et il semblerait même que les policiers nous ont pris en flagrant délit de l’avoir fait. Pourtant, personne n’écrivait sur ce mur lorsqu’ils sont arrivés. Et nous nous trouvions juste là, en pleine contemplation de l’œuvre.

 

"Alors que je suis déjà menotté dans la voiture, la radio de celle-ci annonce que nous allons être transférés dans les locaux du Service d’Investigation Transversale, situés rue Riquet dans le 19ème. Ça me rappelle quelque chose : http://paris.indymedia.org/spip.php...

 

"Et voilà que les deux voitures de police qui nous emmènent sont lancées à toute blinde sur les avenues de Paris, manquant à chaque intersection de tuer un cycliste pour être certains de ne pas dépasser les délais légaux imposés par la procédure. Précisons qu’arrivés à mi parcours, les flics de la première voiture se rendent compte qu’ils ont oublié les marqueurs sur le rebord de fenêtre de la permanence socialiste. Retour – très - rapide avenue Daumesnil : ce serait bête d’oublier les pièces à conviction...

 

"Arrestation + 30 minutes :

transfert au SSIT (Paris 19ème)

 

"1h15, on est placés en garde-à-vue. Un flic présent dans le hall m’écrabouille la mâchoire parce que j’ai osé ne pas me taire quand il m’a demandé de la boucler. Mise en condition. On nous place bientôt en cellule : retrouvailles avec les clapiers qui puent la pisse. D’autres gars sont déjà là, accusés de cambriolage. Forcément, c’est aussi une des spécialités du SIT d’enquêter sur ce type d’affaires, en plus des violences urbaines, des phénomènes de bandes, du racolage et de certaines affaires sensibles incombant à la Direction de la Police Urbaine de Proximité (DPUP).

 

"Bientôt, nous retrouvons l’OPJ sorti d’un vieux film anglais qui sévit toujours à cette adresse. Nous avons chacun une avocate qui nous assiste pendant l’audience. Nous n’avons rien à déclarer, l’OPJ s’ennuie. Mais il reste flegmatique, placide, pose ses questions de routine et imprime son PV qu’il nous demande de signer. Pas envie de signer, on retourne en cellule. Plus tard, on nous demande aimablement si nous souhaitons donner notre ADN. Que dalle, on refuse. Un nouveau chef d’inculpation apparaît dans notre procédure : « refus de se soumettre à un prélèvement biologique » (Article 706 du Code Pénal).

 

"Arrestation + 11 heures :

transfert au 27 boulevard Bourdon (Paris 4ème)

 

"Alors qu’on est enroulés dans les couvertures dégueulasses de la taule Riquet pour résister au froid, quatre flics en civil viennent nous tirer de nos cellules pour nous emmener dans les autres locaux du SIT près de Bastille. Dans la voiture, la flique assise entre nous deux, Alison, écrit des sms à son collègue Olivier concernant des clés de bagnole, tandis que ses collègues nous demandent la raison de notre interpellation. Un autre nous précède en moto.

 

"Toujours menottés, on nous sort de la voiture et on nous fait entrer par la petite porte arrière du commissariat située rue de l’Arsenal, puis on nous colle dans deux cellules juxtaposées du poste de police. Un flic d’accueil nous explique gentiment comment utiliser le robinet et le wc turc qu’il y a dans chaque cellule. En tout cas les cellules sont plus propres et moins glauques qu’à Riquet. Mais une taule reste une taule.

 

"Quelques temps après, entretien avec nos avocates respectives et nouvelle audition, cette fois-ci avec Alison et en présence des avocats encore une fois. Elle nous demande d’expliquer notre version des faits, à savoir quand et comment nous nous sommes trouvés devant la permanence du PS et si oui et de quelle manière nous en avons gribouillé les murs. Autant dire qu’on n’a pas grand chose à déclarer. Elle nous interroge aussi sur nos raisons de refuser de tourner le coton-tige dans notre bouche. Elle nous sort l’argument classique du « si c’était ta fille qui s’était faite violer, tu serais contente qu’on retrouve le violeur avec son ADN ». Que dire ? Évoquer la question du totalitarisme, du contrôle total de la population au nom de la prévention du crime ? Je me tais, c’est mieux. Mais à la rigueur on s’en fout, c’est la suite qui est croustillante. Et j’y viens.

 

"Dans l’après-midi, coup d’éclat. On nous notifie une supplétive de garde-à-vue : dix nouveaux chefs d’inculpation s’ajoutent à ceux d’outrage et de refus d’ADN. Quelqu’un quelque part a suggéré aux braves agents du SIT de nous interroger sur dix autres faits de dégradations commis à l’encontre de différents locaux du Parti Socialiste entre le 28 octobre et le 10 novembre ! Que de faits d’armes à notre actif !

 

"Arrestation + 17 heures :

prolongation de la GAV de 24 heures

 

"L’enquête a pris soudainement une autre dimension. Mon camarade de galère est emmené à son domicile pour une perquisition. Et après 19 heures, alors qu’il a été ramené en cellule et que le procureur a décidé du prolongement de notre garde-à-vue, le SIT prend congé de nous pour une longue nuit de silence. Toutes les cellules sont occupées et la nuit apporte de nouveaux voisins, certains interpellés pour bagarre, d’autres pour état d’ivresse. Les loquets des autres cellules claquent, des gens passent et repassent dans le couloir, puis finalement le sommeil finit par venir.

 

"Arrestation + 32 heures :

seconde perquisition

 

"Je suis réveillé vers 9 heures du matin par Nicolas, Grégoire, Jerome et Ken, quatre flics du SIT qui viennent m’emmener en perquisition à mon domicile. Pas de mandat, puisqu’on est dans le cadre d’une enquête de flagrance. « Flagrance », ça veut dire que la police fait ce qu’elle veut dans un délais de 7 jours suivant l’arrestation en flagrant délit. Ils ont trouvé ma vraie adresse (que je ne leur avais pas donné) et foncent à travers la capitale ensommeillée pour aller fouiller mon appart. En cours de route, je leur fait remarquer qu’il font le boulot d’une police politique et leur demande ce qui peut bien motiver une perquisition si ce n’est la recherche d’éléments sur mon appartenance politique, éléments qui intéresseraient bien la DCRI ou la SDIG, mais n’ont pas grand chose à faire dans une enquête sur des « dégradations légères ». Ils me répondent qu’ils sont à la recherche « d’éléments préparatoires » (en gros, d’indices permettant d’attester que les inscriptions auraient été préparées chez moi). Quand je leur demande quels types d’éléments peuvent être pris en considération, le silence me répond, éloquent. Mais au demeurant, l’équipe de flics qui m’accompagne est bien sympa. Trop à mon goût.

 

"Ils sonnent, réveillent ma copine qui ne s’y attendait pas trop (elle dormait). Ils font intrusion dans notre appart avec leurs grosses godasses et commencent à fouiller le salon après m’avoir permis de faire un brin de toilette. Tout les intéresse. Ils ouvrent toutes les boites, portes, tiroirs, s’étonnant du rangement. L’un d’eux s’arrête sur le bouquin « La force de l’ordre » de Didier Fassin, tandis qu’un autre prend des photos d’affiches politiques sur mes murs. Autant dire qu’ils sont satisfaits de trouver sur la table des tracts et affiches en rapport avec la ZAD : sans doute les éléments préparatoires qu’ils cherchaient. Ils en profitent pour prendre des documents personnels permettant de retracer mon parcours politique et l’ensemble de mon matériel informatique (trois pc contenant 4 disques durs, plus 2 disques durs externes, plusieurs clés USB, un camescope...). Puis, alors que je crois la perquisition terminée, ils partent fouiller le véhicule d’une copine dont j’avais emprunté la clé et qui avait été localisée par l’un de leur collègue la veille (si ça ce n’est pas de l’espionnage digne d’une police politique !). Dans le coffre, ils trouvent deux bombes de peinture blanche et jaune et un flacon de peinture rouge : d’autres « éléments préparatoires ». Ils prennent la voiture en photo et on s’en retourne boulevard Bourdon. Autant dire que la gardienne de l’immeuble n’était pas du tout étonnée de me voir passer menotté et entouré de quatre flics.

 

"Arrestation + 38 heures :

avec les flics informaticiens

de la BEFTI

 

"Après la pause de midi et alors qu’on s’assoupit dans les cellules, on me fait monter au troisième étage du commissariat, où deux flics de la Brigade d’Enquête sur les Fraudes aux Technologie de l’Information (BEFTI) sont venus en renfort du SIT. Là, tout le matériel informatique saisi dans nos appartement est passé au crible à l’aide du logiciel EnCase Forensic for Law Enforcementet d’appareils de blocage en écriture. Tous les fichiers, y compris préalablement supprimés, sont extraits et analysés à partir de mots clés en rapport avec les faits de dégradation : « parti socialiste », « zad »... Toutes nos photographies et documents personnels passent sous les yeux des techniciens-flics, qui démontent et analysent nos ordinateurs pendant plusieurs heures. Ce qui les intéresse est gravé sur un CD rom et ajouté aux scellés.

 

"Arrestation + 40 heures :

ultime audition

 

"La dernière audition porte sur les faits commis à l’encontre des différents locaux du PS au cours du dernier mois. On nous demande de commenter. On n’a évidemment rien à dire, puisqu’on n’y était pas. Et puis Jérôme, le flic qui m’interroge et fait preuve d’une évidente sympathie pour nous (mais sert quand même le pouvoir), tente d’en savoir plus sur mes idées politiques, feignant la discussion informelle « hors audition ». Il tente quelques incises, parlant d’acratie (absence de pouvoir), d’anomie (absence de règles), d’anarchisme de droite, citant Kropotkine et un poète anarchiste, attendant de moi que je donne mon avis. Mais hélas pour lui, le contexte n’invite pas à la discussion. Je n’ai rien à déclarer. Derrière le gars sympa (et semblant sincère) se cache un flic, ne jamais l’oublier.

 

"Arrestation + 44 heures :

fin de la GAV et transfert

au dépôt du Palais de Justice

 

"Vers 20 heures on nous notifie la fin de notre garde-à-vue et notre transfert dans les quatre heures vers le dépôt du Palais de Justice de la Cité. On nous dit que notre matériel informatique nous sera rendu dans les trois jours, excepté les peintures, quelques documents et nos portables, qui restent sous scellé (un service spécialisé sera chargé de déterminer où étaient nos portables les soirs des 28 et 31 octobre, 1er, 4, 7 et 10 novembre).

 

"Alors que nous dormons, vers 1 heure du matin une équipe de flics de la police de proximité vient nous chercher pour nous amener à Cité. Dans le fourgon, l’une des flique fait par à sa collègue de sa déception d’être avec nous au lieu d’intervenir sur une bagarre, exprimant son envie de « cogner sur quelqu’un » : la finesse des équipes de nuit...

 

"Peu après, nous sommes placés en cellule dans le dépôt du Palais de Justice, une grosse prison avec plus d’une soixantaine de cellules alignées sur deux étages, avec des coursives comme à Fresnes. Tout est clean depuis que le dépôt a été rénové en 2010 et après que le Conseil de l’Ordre des avocats avait dénoncé son insalubrité en 2009. Mais l’endroit reste affreusement glauque.

 

"Arrestation + 57 heures :

transfert vers la cage des déférés

 

"Après avoir été réveillé dans la nuit pour une nouvelle tentative de prélèvement biologique, nous sommes réveillé vers 9 heures du matin pour être emmenés un par un avec un quinzaine d’autres personnes à travers la « souricière » (couloirs souterrains ressemblant à la ligne Maginot) jusqu’au Palais de Justice, menottés et accompagnés chacun d’un gendarme. Placés ensuite dans une cage collective sous la bonne garde d’un groupe de gendarmes, nous attendons un entretien avec l’assistance sociale censée établir nos garanties de représentation (si nous sommes socialement intégrés), puis avec notre avocat et enfin avec le procureur qui doit décider de notre sort.

 

"Arrestation + 62 heures :

passage devant le procureur

et remise en liberté

 

"Peu avant quinze heures, on passe devant ledit procureur après avoir poireauté près de cinq heures dans la cage des déférés (autant dire qu’on a eu le temps de faire connaissance avec tous nos compagnons d’infortune : escrocs, bagarreur/euses, utilisateur/trices de faux papiers). L’entrevue avec le procureur dure cinq minutes, juste le temps de se voir remettre une convocation en justice pour le 16 janvier 2013 à 9h00 devant la 24ème chambre du TGI et une fiche de sortie du dépôt.

 

"Retour au dépôt, remise de nos fouilles. On peut enfin sortir, après 62 heures enfermés pour des dégradations légères !! Précisons qu’entre temps l’inculpation pour outrage a disparu des chefs d’inculpation et que le tribunal ne semble pas retenir (pour l’instant) les faits commis sur les autres permanence PS au cours du mois passé. Heureux de savoir que l’ensemble de mes données personnelles sont passées entre les mains des flics...pour rien !

 

"Que cherchaient vraiment les flics du SIT ? En quoi l’accumulation d’éléments relatifs à nos appartenances politiques et une perquisition à notre domicile permettent-elles de déterminer notre participation à des dégradations ?

 

"Ça suinte le procès de mauvaises intentions..."

 

Source: http://zad.nadir.org/spip.php?article638

Voir les commentaires

Le militantisme, vu par l'amiral Schwerer, président de la Ligue d'Action française

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F.

Nous donnons ci-après, pour l'édification de nos fidèles lecteurs, un extrait d'une lettre privée, adressée à Charles Maurras par l'amiral Antoine Schwerer (1862-1936), président de la Ligue d'Action française au début des années 1930. Nous souhaitons que les observations sagaces - et toujours d'actualité - du grand Chef militaire et politique que fut l'Amiral, suscitent chez eux des réflexions salutaires sur leur propre action (ou inaction suivant les cas), afin qu'elle serve toujours plus efficacement et dans la discipline la Cause nationale et royale, seule digne d'un bon Français.

 

A.F.-Grand Sud-Ouest

 

 

 « Nos ligueurs de toutes les régions peuvent se diviser en trois catégories :

 

« 1°/ Ceux qui sont fidèles, dévoués, actifs. Ils agissent avec plus ou moins d’adresse selon leurs moyens ; mais ils sont disciplinés, sont toujours prêts à suivre les directives qu’on leur donnera. On peut toujours compter sur eux. Je n’ose pas dire qu’ils forment la majorité.

 

« 2°/ Ceux qui certainement désirent le rétablissement de la monarchie, qui sont au fond assez attachés à l’AF mais qui n’ont pas en elle la foi robuste qui serait nécessaire. Ils ne font pas grand-chose, soit parce qu’ils sont incapables, soit parce qu’ils ont peur de se compromettre et de plus ils se laissent facilement troubler par tous les bobards. Il faudrait constamment les soutenir, relever leur moral. Après une réunion, ils sont rassérénés, pleins d’ardeur ; ils me répètent à l’envi une phrase, toujours la même et qui finit par m’agacer : « Amiral, comme vous nous avez fait du bien ! ». Ils promettent de travailler. Et puis huit jours après, ils n’y pensent plus.

 

« 3°/ Enfin, il y a ceux qui dans l’AF voudraient ne voir qu’une sorte de cercle mondain. Ils voudraient surtout la diriger, donner des conseils. Ils sont toujours prêts à critiquer, jamais à agir. Ceux-là sont beaucoup plus nuisibles qu’utiles. Je ne désire qu’une chose, c’est les voir quitter la Ligue. »

 

signé: Amiral Schwerer

 

 

Et toi, quel type de militant es-tu?

 

Fleur de lys de Sainte-Eugénie

Fleur de lys médiévale

(Photo: Service photographique

de la fédération Grand Sud-Ouest

de l'Action française)

Voir les commentaires

Fascisme pas mort?

Publié le par Section de Bordeaux & Basse-Guyenne

A.F. 2000 Couv 

 

A l’entrée du métinge d’une candidate d’extrême-droite au Palais des Congrès de Bordeaux-Lac, dimanche 22 janvier, jour de la Saint-Vincent, alors qu’il criait pacifiquement notre antidémocratisme, un vendeur volontaire de L’Action Française 2000, organe pourtant pas franchement hostile à ladite candidate, s’est vu molesté sur la voie publique par les gros bras de son service d’ordre, qui a déjà fait l’objet d’une enquête parlementaire. Ses journaux ont été dispersés et lui-même a manqué d’être piétiné, avant que les « forces de l’ordre » ne se décident à intervenir. Plusieurs témoins ont assisté à cette scène de violence politique, d’une intensité qu’on croyait révolue depuis la fin de la Guerre froide. Faisant preuve du sang-froid propre à notre Mouvement, il a néanmoins pu continuer imperturbablement sa vente sur le même lieu, pendant toute la durée du métinge, réalisant même un beau succès à la sortie.  

 

Depuis quand la police abandonne-t-elle la sécurité des lieux publics à une milice privée ? Y a-t-il intérêt pour les libertés publiques, qui sont au cœur des préoccupations de l’Action française, à donner sa voix à une telle candidate ? Chacun répondra comme il veut ; quoi qu’il en soit, l’A.F. ne se laissera dicter par quiconque le choix de ses points de vente.

 

 

Petit logo A.F

Voir les commentaires

Dynamisme de la fédération Grand Sud-Ouest: Ouverture d'une nouvelle section à Pau en janvier 2012!

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F.

 

Armes Pau 2

 

Une bonne nouvelle pour tous les bons Français en cette fin d'année: la fédération Grand Sud-Ouest de l'Action française ouvre enfin une section à Pau pour le Béarn et la Bigorre (Pyrénées-Atlantiques et Hautes-Pyrénées). Cela nous était demandé par nos amis béarnais depuis longtemps.

 

Ainsi, la ville royale de Henri IV, cité de traditions d'A.F., verra-t-elle à nouveau des conférences et séances de formation, des ventes à la criée et d'autres manifestations royalistes régulières. C'est une nouvelle preuve de la volonté d'aboutir des nationalistes français du Sud-Ouest et un gage de renouveau pour le militantisme local!

 

Par cet acte fondateur, la fédération Grand Sud-Ouest de l'Action française, seul organe du nationalisme intégral combatif dans la grande région, entend montrer à qui sait voir qu'elle inscrit son action pour la défense de la Patrie dans la longue durée, non dans un activisme passager.

 

Nous donnons donc rendez-vous aux amis et sympathisants palois et des environs de la Cause nationale et royale pour la

 

Conférence inaugurale

de la section de Pau

& Pyrénées 

 

qui aura lieu sur le thème:

 

Le Nationalisme français

 

 Livre Nationalisme Francais

 

par le

Docteur Philippe PLONCARD d'ASSAC

neurochirurgien,

journaliste et

auteur de nombreux essais

historiques et politiques 

 

Samedi 28 janvier 2012

à 15 h

 

à l'Hôtel Quality Pau-Centre

(ex-Kyriad)

80, rue Emile-Garet

 (proche du Musée des Beaux-Arts

et du centre commercial Bosquet)

 

Participation aux frais: 8 € par personne. Nombre de places limité. Prière de s'incrire avec son règlement par chèque  à l'ordre de: C.A.E.C. avant le 19 janvier 2012 auprès de: C.A.E.C. - B.P. 80093 - 33035 BORDEAUX CEDEX. Tous renseignements par courriel via la rubrique "Contact" du site.

 

 

Voir les commentaires