Fête de Jeanne-d'Arc 2012 dans le Sud-Ouest: l'Action française tous azimuths!

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F.

 4 Piliers Fédération

 Par sa Fédération interprovinciale,

l'Action française est dynamique

dans tout le Grand Sud-Ouest

 

Du fait de la création, en janvier dernier, de la section de Pau & Pyrénées, le quatrième foyer de propagande ranimé en dix ans, la fête nationale de Jeanne-d’Arc devait revêtir, en ce sixième centenaire de la naissance de la Sainte de la Patrie, un éclat particulier dans le Grand Sud-Ouest. Il était inévitable que la lourde logistique, induite par l’expansion continue, tant en nombre qu’en qualité, des activités de la fédération interprovinciale de l’Action française, connût quelques imperfections mineures. Nos amis voudront bien nous les pardonner et ils peuvent être assurés que la Fédération, seule organisation politique royaliste active dans la grande région, y remédiera à l’avenir.

 

64000 Eg N.-D. intersection 12 bd Alsace-Lorraine rues Emil

La statue de Jeanne-d'Arc à Pau

avant le dépôt de gerbe par l'A.F.

(Photo: D.R.)

 

Dès le samedi 12 mai au matin, à Pau, pour la première fois depuis bien des années, notre nouveau délégué départemental dans les Pyrénées-Atlantiques honorait d’un dépôt de gerbe public la statue de Jeanne-d’Arc située devant l’église Notre-Dame. Des Dames royalistes et d’Action française s’étaient mobilisées pour l’occasion. Que tous soient remerciés de leurs efforts méritoires ! Leur fidélité et leur présence sont grosses de signification pour la renaissance et l’essor de l’Action française dans le Béarn et en Gascogne !

 

12-05-13 Bayonne

La statue de Jeanne-d'Arc à Bayonne 

artistiquement fleurie

par les soins de l'Action française

(Photo: section de Bayonne & pays basque de l'A.F.)

 

Le même jour, dans l’après-midi, aux statues de Bayonne et de Biarritz, les dépôts des gerbes abondantes, artistiquement composées par les Dames de la section de Bayonne & pays basque, furent effectués par de jeunes militants royalistes des deux sexes.

 

12-05-13 Biarritz

Il n'y a pas d'âge pour lire 

L'Action Française 2000

aux pieds de Jeanne-d'Arc:

ici, à Biarritz!

(Photo: section de Bayonne & pays basque de l'A.F.)

 

Comme on était loin des effets de manches usés des politicards corrompus et autres mondains habitués des petits fours des autorités ! Nul doute que, du haut des cieux, cette rafraîchissante cérémonie, dont la tradition a été rétablie en 2010 par l’Action française, plut, dans sa simplicité,  à Jeanne.

 

12-05-13 Dépôt gerbe Bayonne 2

Une Jeune Fille royaliste et un petit Chouan 

effectuant le dépôt de gerbe à Bayonne 

(Photo: section de Bayonne & pays basque de l'A.F.)

 

D’ailleurs, des descendants de ses proches compagnons d’armes, de Jeunes Filles royalistes et des hommes d’Action française connus de longue date dans la région avaient sans hésiter répondu : « Présents ! » à l’invitation généreuse de l’A.F. La fidélité à la mémoire de nos Maîtres en politique française : Maurras, Bainville, Daudet, Maxime Réal del Sarte, Pierre Pujo régnait.

 

12-05-13 Bayonne 1

La belle gerbe de la section de Bayonne & pays basque

de l'Action française

(Photo: section de Bayonne & pays basque de l'A.F.)

 

A l’inverse d’un romantisme se complaisant en rodomontades d’un chevaleresque douteux quasi-anarchisant, on notait dans notre pieux hommage, avec le sens de la mesure propre à notre Mouvement, le profond respect du particularisme basque et de son traditionalisme foncier, – la pleine conscience de l’accord d’un sain et légitime régionalisme avec la Monarchie à restaurer, – et un refus de la confusion entre spirituel et temporel dans l’obédience de la parole du Christ : Rendez à Dieu ce qui est à Dieu et à César ce qui est à César.

 

 

Statue de Jeanne-d'Arc à Bordeaux

 La statue équestre de Jeanne d'Arc à Bordeaux

(Photo: section de Bordeaux & Basse-Guyenne de l'A.F.) 

 

Le dimanche 13-Mai, cinquante-quatrième anniversaire du mouvement contre-révolutionnaire spontané d’Alger, Bordeaux, réagissait, dans le même esprit de fidélité et de combat contre les méfaits nés de la protestantisation progressive, au cours de la deuxième moitié du XXème siècle, de la pensée politique des meilleurs Français, – qui dès lors s’érigent en juges universels, quoique irresponsables, de qui est Français, de qui est nationaliste, de qui est royaliste, et de qui ne l’est pas etc… Sous le signe réconciliateur de la Pucelle d’Orléans, un agréable cortège, regroupant une quinzaine de personnes, a mené les pèlerins à la statue équestre sise devant le Jardin public.

 

 11-05 Gerbe Bordeaux

La gerbe tricolore de

la section de Bordeaux & Basse-Guyenne

(Photo: section de Bordeaux & Basse-Guyenne de l'A.F.)

 

Une belle gerbe tricolore fut déposée par une Dame royaliste, représentant la noblesse bordelaise, puis le discours politique d’usage fut prononcé par le Délégué régional de l’Action française dans le Grand Sud-Ouest, M. Vincent Gaillère. Pendant deux heures, l’orateur, dont les raisons multiples et l’humour acéré séduisirent l’assistance, démontra victorieusement la triple nécessité, pour la défense nationale, sociale et religieuse des Français, d’une Action française forte et fidèle à elle-même, qui recueille le meilleur de l’héritage de Jeanne : foi invincible, jeunesse éternelle, insolence à l’égard des faux prophètes et vrais gourous de la « rectitude politique » … Ce discours offensif fut suivi d’une vibrante Royale et d’un vin d’honneur, très goûté des militants, qui prolongea longtemps encore l’ambiance amicale.

 

 

Statue de Jeanne-d'Arc ToulouseLa statue de Jeanne à Toulouse,

peu avant la manifestation d'Action française 

(Photo: D.R.)

 

A Toulouse, l’après-midi du même jour, un rassemblement similaire de Dames royalistes d’une grande qualité honora également la Sainte de la Patrie au pied de sa statue équestre. A lui seul, en dépit des traverses, il a témoigné éloquemment de la persistance du sentiment royaliste des Toulousains.

 

Rendez-vous est donc pris avec confiance et résolution pour l’année prochaine où une organisation perfectionnée maintiendra, contre vents racistes et marées roses, la fête de la Nation française. Les participants aux différentes manifestations s’accordent généralement à reconnaître à la Fédération et à son Chef le dynamisme et l’allant indispensables pour réveiller les ardeurs combatives de notre école de pensée toujours d’actualité et la conduire au milieu des épreuves qui menacent la France. A nous seuls revient le mérite d’organiser régulièrement, de front, conférences et cercles de formation, militantisme de terrain et commémorations patriotiques dans le quart de la France (une quinzaine de départements), aucun autre groupement prétendument « anticonformiste » ne pouvant en dire autant. Seule, l’Action française, incarnée dans le Grand Sud-Ouest par la Fédération, son fer de lance, honore désormais la bonne Lorraine au jour de sa fête légale. Elle demeure le mouvement politique le plus cohérent d’opposition radicale au Régime démocratique, quelle que soit la couleur de celui-ci. Ce simple constat ne saurait manquer d’amener prochainement à sa propagande nationaliste et royaliste des développements décisifs…

 

V Victoire 2

Voir les commentaires

Christophe Bugeau, candidat souverainiste aux législatives, à l'Athénée le 5 juin 2012

Publié le par Section de Bordeaux & Basse-Guyenne

Drapeau français

 

Réunion publique

 

Mardi 5 juin 2012

à 20 h 30

à l'Athénée municipal

de Bordeaux

 

Christophe BUGEAU

candidat souverainiste

aux élections législatives

dans la circonscription

de Bordeaux-Centre

 

 

présentera son

programme d'action

 

Venez nombreux à cette manifestation soutenue par la section de Bordeaux & Basse-Guyenne de l'Action française!

Voir les commentaires

L'institution monarchique

Publié le par Fédération interprovinciale du Grand Sud-Ouest de l'A.F.

On sait que dans le régime de la monarchie héréditaire la valeur personnelle du souverain n’a qu’une importance secondaire. Comme l’a bien vu Ernest Renan, les bienfaits de ce régime tiennent à la nature de l’institution beaucoup plus qu’aux qualités des hommes.

 

Rappelons rapidement les avantages propres de cette institution :

 

Le Roi n’est pas l’homme d’un parti ; il lui est non seulement possible, mais facile d’être au-dessus de tous les partis. Il ne tient pas ses pouvoirs de l’élection, il ne dépend pas de l’opinion publique : il peut donc prendre, même contre l’opinion publique, les décisions que nécessite l’intérêt national.

 

Le Roi n’a pas sa fortune à faire. Le Roi est indépendant du pouvoir de l’or, véritable souverain en régime électif, puisque les élections dépendent de l’opinion publique, que l’opinion publique est faite par la presse et que la presse dépend des puissances financières. La preuve est faite que démocratie égale ploutocratie.

 

Le Roi a pour lui la durée, et, parce qu’il a la durée, il peut concevoir et mener à bien des projets à longue échéance, auxquels ne peuvent même songer les dirigeants éphémères de la République.

Si léger soit-il, le monarque héréditaire calcule la portée de ses actes et de ses paroles, car il sait que lui-même, son fils et son petit-fils en supporteront les conséquences lointaines.

 

En monarchie, aucune difficulté pour la transmission du pouvoir : à peine le Roi a-t-il rendu le dernier soupir que son successeur est intronisé sans contestation : « Le Roi est mort : Vive le Roi ! » Cette vieille formule exprime admirablement cette continuité, premier bienfait de la monarchie héréditaire.

 

L’intérêt national est l’intérêt personnel du Roi. Or tout individu, si peu doué qu’il soit de jugement et d’intelligence, voit cependant très clair quand il s’agit de son intérêt personnel, si bien que le Roi, aussi médiocre qu’on le suppose, en poursuivant son intérêt personnel, sert en même temps l’intérêt national, et si, par suite d’une erreur de jugement ou sous l’influence d’un mauvais conseil, il vient à commettre une erreur, il est ramené plus promptement que personne dans le droit chemin.

 

Voilà quelques uns des avantages inhérents à la monarchie héréditaire. Il est bien évident d’ailleurs que les bienfaits de l’institution sont multipliés par la valeur personnelle du monarque.

 

Le premier de ces bienfaits apparaît dans le choix des ministres : on sait comment se fait ce choix en République démocratique : l’homme politique qui est chargé de former un ministère n’a qu’une seule préoccupation : donner satisfaction au plus grand nombre possible de députés et de sénateurs, de façon à s’appuyer sur une forte majorité. Le Roi, au contraire, sera naturellement porté à choisir les hommes les plus sérieux, les plus laborieux, les plus sûrs, les plus aptes à mener les affaires de l’Etat, qui sont ses propres affaires. Le souci de son intérêt personnel sert merveilleusement l’intérêt national et de même pour tout le reste. Le Roi a intérêt à ce que l’ordre, la paix, la concorde règnent entre les citoyens. Il a intérêt à ce que la nation soit forte, et c’est aussi l’intérêt de la nation.

Voir les commentaires